chemical weapons
 
 
Des installations de production d'armes chimiques et 40 tonnes de substances toxiques ont été trouvées dans des zones libérées des militants en Syrie. 

"Le ministère syrien des Affaires étrangères a souligné que plus de 40 tonnes de substances toxiques ont été trouvées sur les territoires, libérées des terroristes", a déclaré Igor Kirillov, le commandant des Forces de protection nucléaire, biologique et chimique de la Russie, le 21 mars. 

Kirillov a fait son commentaire lors d'une conférence de presse à Moscou concernant l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergei Skripal. Le Royaume-Uni et certains États occidentaux accusent la Russie d'être à l'origine de l'incident. 

Kirillovre a rappelé le cas de Khan Sheykhoun (Syrie) et a déclaré que le Royaume-Uni et les États occidentaux sont prêts à utiliser tous les moyens nécessaires pour discréditer la Russie. 

L'attaque chimique présumée à Khan Sheykhoun a eu lieu le 4 avril 2017 dans une zone contrôlée par des groupes militants, principalement Hayat Tahrir al-Sham (anciennement Jabhat al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda). Jusqu'à 100 civils auraient été tués par le gaz sarin. 

Le bloc dirigé par les Etats-Unis a accusé Damas de l'attaque [selon cette version, le gaz a été libéré dans une attaque aérienne par les forces gouvernementales] et a tiré 59 missiles de croisière Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat. Washington a prétendu que la base aérienne de Shayrat avait été le bâtiment même à partir duquel les avions de chasse prétendument armés du produit chimique ont décollé. 

Entre-temps, aucune véritable enquête sur l'incident de Khan Sheykhoun n'a eu lieu. Certains experts pensent que l'attaque chimique a été organisée par des militants pour blâmer le gouvernement syrien. 

Traduction SLT de 40 Tons Of Chemical Weapons Found In Areas Liberated From Militants In Syria