perlagedediams

perlagedediams

Affaire Légeret, UN NOUVEAU LIVRE AFFIRME L'INNOCENCE DU CONDAMNÉ

Mercredi 18 Mai 2016 14:32

Un nouveau livre affirme l'innocence du condamné

Affaire Légeret

 L'ouvrage vise à «une erreur judiciaire flagrante» concernant François Légeret.

François Légeret (photo d'archives). Image: Patrick Martin
 

Condamné à perpétuité pour un triple homicide, François Légeret serait «un assassin imaginaire». Sous ce titre, le journaliste indépendant Jacques Secretan a sorti mercredi 18 mai un livre qui affirme l'innocence de l'homme de 51 ans.

 

«La deuxième condamnation de François Légeret, prononcée en 2010, est un contresens absolu. Ce livre en apporte la preuve sous la forme d'un témoignage»: d'emblée le message du livre paru aux Editions Mon Village est clair: il s'agit de dénoncer «une erreur judiciaire flagrante».

 

Nouvelles déclarations

Au fil des 140 pages, l'auteur affirme démontrer que la justice vaudoise s'est fourvoyée. Outre des «erreurs» du médecin-légiste pointées du doigt, il apporte surtout «un élément nouveau» pour fonder sa conviction: les déclarations du fils de la boulangère, qui avaient provoqué la révision du procès.

Pour mémoire, François Légeret a été condamné en 2008 à la prison à perpétuité pour avoir tué en décembre 2005 sa mère, une amie de celle-ci et sa soeur dont le corps n'a jamais été retrouvé. Une boulangère a ensuite affirmé avoir servi Ruth et Marie-José Légeret le 24 décembre en fin d'après-midi, soit après l'heure de leur mort, selon la justice.

A la suite de ce témoignage, un procès en révision s'est tenu en 2010. La cour n'a cependant pas varié: elle a confirmé le premier jugement, estimant que la boulangère confondait vraisemblablement le 23 et le 24 décembre. Jacques Secretan a rencontré en janvier le fils de cette femme. Il lui a affirmé qu'il était allé chercher sa mère à la boulangerie le 24 décembre. Elle lui a alors dit qu'elle venait de servir Ruth et Marie-Josée Légeret.

 

Fiabilité du témoignage

«Je n'ai pour ma part plus aucun doute quant à la fiabilité du témoignage» de la boulangère, écrit Jacques Secretan. «François Légeret n'a pas pu tuer sa mère ni sa soeur le 24 décembre 2005 aux environs de midi», martèle-t-il dans son ouvrage tiré à 600 exemplaires.

Conviction faite, l'auteur dénonce une enquête à charge, l'incompétence de différentes autorités, des parti-pris flagrants, «un scénario hypothétique», des «preuves par défaut» et une presse suisse qui pratique «l'omerta».

Pour le journaliste, un troisième procès de François Légeret en 2016 ou 2017 s'impose. Mieux, le condamné ne doit pas passer «un jour de plus en prison». Encore faudra-t-il que «la justice vaudoise et ses représentants se rangent aux conclusions» du livre qu'elle devrait recevoir sous peu. Jacques Secretan a écrit également deux livres consacrés à l'affaire Ségalat, le dernier s'intitulant «Une condamnation bâtie sur du sable».

 

Articles en relation

  • Affaire Légeret: nouvelle demande de révision rejetée
    JUSTICE VAUDOISE Condamné à la prison à vie pour le meurtre en 2005 de sa mère, d'une amie de celle-ci...
     
    Il y a 
  • François Légeret opposé à la confiscation de revenus
    CANTON DE VAUD Dix ans après le triple homicide de Vevey, les querelles d'argent font encore rage....
     
    Il y a 
  • Affaire Légeret: un litige financier au tribunal
    VAUD Le Tribunal cantonal vaudois devra se prononcer sur les revenus provenant des...
     
    Il y a 


20/05/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres