perlagedediams

perlagedediams

Argentine pédocriminalité : Un enfant de 6 ans violé accusé d'être dépravé et gay.

La peine du violeur réduite

Publié par Diatala sur 19 Mai 2015, 10:16am

Catégories : #Abus- Pédocriminalité- Violence- Prostitution

Argentine pédocriminalité : Un enfant de 6 ans violé accusé d'être dépravé et gay. La peine du violeur réduite

Dans un jugement aussi inédit que scandaleux, la Cour d’appel de Buenos Aires a réduit la peine d’un violeur en précisant que la victime, âgée de six ans à peine, « était gay ».

Les juges Horacio Piombo et Ramon Sal Llargues ont pris la décision controversée de réduire la peine d’emprisonnement de Mario Tolosa à trois ans et deux mois.

Le tribunal a fait valoir que l’enfant avait « une orientation sexuelle gay et était habitué à ce qu’on abuse de lui ».

Le violeur pédophile Mario Tolosa était vice-président du Club Florida et a abusé sexuellement d’un enfant de six ans, le 6 mars 2010 à Florida (quartier Vicente Lopez à Buenos Aires). Le pédophile, ainsi qu’il l’a expliqué à la Cour, a conduit l’enfant dans une salle de douche pour l’abuser sexuellement.

En rentrant chez lui, le garçonnet a dit à sa grand-mère ce qui s’était passé. Sa grand-mère, en voyant les blessures et lésions, a porté plainte. Ensuite, la justice a condamné Tolosa à 6 ans pour « abus sexuels avec rapports sexuels », mais la Cour d’appel de San Isidro a réduit la peine à trois ans et deux mois.

Parlant de ce petit enfant d’une façon ignoble, la Cour a déclaré : « Il était habitué à avoir des relations sexuelles. Il est gay et a déjà sa sexualité définie. L’abus est réel, mais il n’a pas été tellement scandaleux » !

Les juges avaient déjà réduit la condamnation d’un pasteur évangélique accusé de viol de mineurs en 2011. À cette époque, les juges avaient fait valoir que les victimes vivaient dans des communautés dans lesquelles le milieu social « accepte les relations à des âges très précoces »…

Tout cela entre parfaitement dans la logique du nouvel ordre sexuel mondial et légitime les pires déviances sexuelles comme des orientations parmi d’autres.

L'un des deux juges, Horacio Piombo, a défendu sa décision lundi, en entrevue avec la station de radio La Red et la chaîne télévisée Todo Noticias.

Il a affirmé qu'avant que Tolosa ne le viole, l'enfant avait déjà été initié par son père «au pire des mondes, ce qui l'a mené à la dépravation».

Par conséquent, l'enfant montrait «des signes de conduite travestie, une conduite dont nous devions tenir compte».



20/05/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres