soldats
© Inconnu
Conformément aux promesses de Donald Trump, l'armée américaine va bénéficier d'une dotation budgétaire record pour 2019, avec une augmentation de 54 milliards de dollars par rapport à l'année précédente. Avec 686 milliards de dollars, le budget 2019 représente, à quelques milliards près, l'équivalent du PIB de la Suisse ou de l'Arabie saoudite. Autres ordres de grandeur : la Russie consacrait, selon les chiffres du Forum économique mondial, l'équivalent de 66 milliards de dollars à ses armées en 2015, la France 55 milliards. 


Si ces dépenses militaires sont présentées comme indispensables pour entretenir le matériel, il est à noter l'effort consenti sur la production d'obus de 155 millimètres, qui se trouve être le calibre standard des forces navales de l'OTAN, en augmentation de plus de 800%, avec 145 297 exemplaires prévus. 

Pour l'analyste en sécurité Charles Shoebridge, une telle quantité est supérieure aux seuls besoins de renouvellement et illustrerait plutôt que les États-Unis se prépareraient à d'éventuels combats conventionnels dans le cadre de conflits classiques entre États, plutôt qu'à une confrontation à des groupes terroristes. « C'est une augmentation très importante du nombre d'obus dans le but des les stocker, ce qui signifie que l'armée se prépare vraiment à la guerre », conclut-il, interrogé par RT


En France, la loi de programmation militaire présentée le 8 février dernier prévoit un « effort budgétaire inédit », selon les propos du président Emmanuel Macron. Les dépenses de défense de la France seront ainsi portées à 2% du PIB en 2025, conformément à ce qu'exige l'OTAN - et Donald Trump - de la part de ses membres.