perlagedediams

perlagedediams

Casques blancs : un enfant quasiment assassiné devant les projecteurs...

 

 
Casques blancs : La plus grosse affaire de propagande en six ans d'histoire de guerre sale contre la Syrie est en train de se dévoiler. Le glamour d'un Oscar ne suffit pas à dissimuler les détails sordides des liens des Casques Blancs avec Al-Qaida (le Front de Al-Nusra en Syrie) et divers autres groupes extrémistes, commettant des atrocités, intégrés en Syrie par les régimes de l'OTAN et du Golfe. Aucune somme d'argent ne pourra blanchir leur image après la dernière série de rapports de la part de médecins suédois engagés pour les droits de l'homme, exposant des pratiques macabres, des fautes médicales et le soupçon d'utilisation d'enfants drogués ou morts comme figurants dans une campagne de propagande pour assassiner le gouvernement syrien et pour déstabiliser une nation entière et son peuple.


Partie I de la série SWEDHR : CASQUES BLANCS : Les médecins suédois dénoncent la négligence médicale et la « mauvaise utilisation » d'enfants à des fins de propagande. 

Extrait de l'article :

Le Dr Leif Elinder, médecin suédois connu, auteur et spécialiste en pédiatrie, résume dans sa réponse: [7] 

« Après avoir examiné le matériel vidéo, j'ai constaté que les mesures infligées à ces enfants, dont certains sont sans vie, sont bizarres, non médicales, ne sauraient sauver la vie et sont même contre-productifs en termes d'objectifs de secours pour les enfants. » 

De plus, j'ai reçu un exposé clinique détaillé du docteur Lena Oske, un médecin suédois et un omnipraticien. Dans sa déclaration, le Dr Oske a fait allusion à l'injection présumée d'adrénaline, réalisée dans la vidéo White Helmet (extrait dans la photo ci-dessus). Son avis de spécialiste rejette la procédure menée dans la vidéo White Helmet, comme non qualifiée et incorrecte. En outre, elle décrit l'évaluation antérieure de la procédure par un collègue qui s'était exclamé : 

« S'il n'est pas déjà mort, cette injection aura tué l'enfant ! »
 

 

INTERNATIONAL - C'était "une erreur de jugement". Les Casques blancs de Syrie, des secouristes venant en aide aux habitants des zones rebelles du pays, on dû présenter leurs excuses mercredi 23 novembre, après la publication d'une vidéo controversée sur les réseaux sociaux.

 

Elle répondait au "Mannequin Challenge", le dernier né des phénomènes internet, qui consiste à tourner une vidéo dans laquelle les participants restent immobiles le plus longtemps possible, figés dans des positions généralement improbables.

 

Sur les images diffusées par l'organe de communication des rebelles des Forces révolutionnaires syriennes, visibles en tête de cet article, deux secouristes viennent en aide à un civil enfoui sous des décombres. Une scène quotidienne en Syrie et notamment à Alep, où les 250.000 habitants assiégés dans la partie rebelle et orientale de la ville sont la cible depuis un mois d'une offensive d'envergure de l'armée syrienne et de l'aviation russe pour la reconquérir.

 

"Cette vidéo a été enregistrée par le média des Forces révolutionnaires syriennes avec des volontaires de la Défense civile syrienne (le nom officiel des Casques blancs, ndlr), qui souhaitaient mettre en parallèle l'horreur de la Syrie et le monde extérieur, en utilisant le phénomène viral du 'Mannequin Challenge', expliquent les Casques blancs dans un communiqué rapporté par la BBC. C'était une erreur de jugement, et nous présentons nos excuses au nom de tous les volontaires impliqués".

 

À CNN, un porte-parole des Casques blancs dit avoir utilisé le mot-clé "#mannequinchallenge" pour "toucher le public occidental" et lui "montrer une partie de la souffrance syrienne".

Victimes de la "distorsion des faits" du régime?

Les Forces révolutionnaires syriennes expliquent également dans leur propre communiqué avoir été victimes, après la publication de cette vidéo, d'une "distorsion des faits" de la part du régime syrien. "Comme d'habitude, les médias du régime ont repris la vidéo, sortie de son contexte, et commencé à diffuser de fausses informations pour servir les intérêts du régime de Bachar al-Assad, qui tue des civils depuis presque six ans, accusant notre média de fabriquer de fausses vidéos d'opérations de secours", dénoncent-ils.

Sur les réseaux sociaux, certains internautes (ouvertement favorables à Bachar al-Assad ou la Russie) voient dans ces images la preuve que les Casques blancs mettent en scène leur action sur le terrain. Leurs messages minimisent, par la même occasion, les conséquences des bombardements subis par la population.

Les détracteurs des Casques blancs n'ont pas manqué d'utiliser la photo postée par le faux blessé pour dénoncer une soi-disant mise en scène de leur action.


Extrait de l'article :

« Je pense que même à partir de cette très brève vidéo, on voit que cet enfant a un niveau de conscience réduit : il ne vocalise pas, n'ouvre pas les yeux, et ses seuls mouvements sont de tourner la tête d'un côté et d'ouvrir sa bouche avant qu'il ne cesse de respirer. Cela ressemble à une dépression respiratoire, plutôt que des blessures aux poumons, il semble être trop somnolent pour respirer. Je pense que le diagnostic le plus probable est une surdose de drogue causant un niveau réduit de conscience et de la dépression respiratoire. Les opiacés sont la classe de drogue la plus probable pouvant causer ceci. Le chlore provoque une lésion aiguë par inhalation, mais ne provoque (dans aucune des sources que j'ai lues) une réduction du niveau de conscience : la victime a du mal à respirer jusqu'à la fin. 

Conférence de presse de Maria Zakharova 

Le Directeur du Département de l'Information et de la Presse du Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie (représentant officiel du Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie), Maria Zakharova a publiquement exposé les Casques Blancs une fois de plus. 

Basant sa déclaration sur les preuves choquantes fournies par l'enquête SWEDHR sur les attaques présumées de gaz de chlore de Sarmin de mars 2015, Zakharova a descendu en flammes le rôle de propagande de cette organisation de soutien aux terroristes, financée par plusieurs millions de dollars, largement grâce à la Grande-Bretagne. Elle a également souligné l'horreur de l'utilisation soupçonnée d'enfants mourants ou déjà morts/drogués comme figurants dans une scène manipulée, conçue pour susciter l'approbation envers une zone interdite de vole en Syrie. 

 

Traduction Sott

Commentaire : C'est déplorable, le pire du pire. Ces « humanitaires » le jour et terroristes la nuit commettent des actes indescriptibles sur les enfants qu'ils utilisent dans leurs snuff movies et ils gagnent un Oscar aux États-Unis. L'Occident peut-il devenir plus étrange et tordu qu'il ne l'est aujourd'hui ? 

Après avoir lancé la vidéo, cliquez sur le bouton paramètres pour obtenir les sous-titres traduits en français.

Vu ici 

Super reportage sur le sujet ici


26/03/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres