perlagedediams

perlagedediams

Comment faire avouer un innocent

Comment faire avouer un innocent?

Photo: AllTheContent / All Rights Reserved / PixabayIl n'est pas si difficile d'extorquer de faux aveux.Cédric Delage / AllTheContent News Agency

24.02.2015 - 15:10mise à jour : 26.02.2015 - 16:45

Non, la torture n'est pas la seule solution permettant d'obtenir des aveux. Il n'est pas si compliqué de faire avouer un innocent en le manipulant. Les conclusions de l'étude présentée par deux psychologues, Julia Shaw (Royaume-Uni) et Stephen Porter (Canada), dans la revue "Psychological Science", sèment le trouble.

Créer de faux souvenirs

Pour réaliser leur expérience, les chercheurs ont recruté une soixantaine d'étudiants volontaires, au casier judiciaire vierge. Bien sûr, ces derniers n'en connaissaient par le véritable objectif et pensaient qu'il s'agissait d'une étude sur les mécanismes de la mémoire.

Les psychologues ont également pris contact avec les parents des cobayes qui leur ont détaillé un événement marquant, vécu par chacun des étudiants au début de l'adolescence.

Au cours d'un premier entretien individuel, ces derniers ont dû retrouver les détails très précis sur cet événement authentique. Facile!

Mais voilà, on leur a aussi demandé d'apporter des précisions sur des faits graves (vols, violence, meurtres ou accidents) totalement inventés mais comportant quelques détails véridiques (nom d'un ami d'enfance, d'un lieu cohérent…). Bien sûr, les étudiants ne sont pas parvenus pas à s'en souvenir. Mais le doute a été semé dans leur esprit.

2/3 des étudiants avouent

Les chercheurs leur ont même recommandé d'essayer de visualiser les scènes de ce faux souvenir chaque soir, avant de s'endormir.

Une semaine plus tard, au cours d'un deuxième entretien, chaque étudiant a de nouveau été amené à détailler l'événement inventé. Certains éléments totalement fictifs ont commencé à émerger. Le cerveau avait transformé ce doute en possibilité.

Les résultats du troisième entretien, à une semaine d'intervalle, étaient stupéfiants. En effet, les deux tiers des étudiants étaient persuadés d'avoir véritablement vécu l'accident ou commis le crime. Ils étaient même capables de donner des détails très précis sur les policiers dont ils étaient convaincus d'avoir subi l'interrogatoire.

Les chercheurs ont alors préféré en finir avec l'expérience pour ne pas traumatiser leurs cobayes. Au cours d'un dernier entretien, ils ont révélé la supercherie en expliquant les mécanismes aboutissant à de tels résultats.

Que se passe-t-il dans notre cerveau?

Le cerveau peut donc nous jouer des tours. Au cours de l'expérience, le faux souvenir est passé du statut d'acte que le cobaye aurait pu vivre (1er entretien), à celui d'acte qu'il  aurait vécu, puis finalement à celui qu'il a réellement vécu.

En ce sens, une enquête américaine avait pointé que près d'un quart des personnes innocentées par des tests ADN s'étaient accusées auparavant.



11/04/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres