perlagedediams

perlagedediams

Des sacrifices honteux. Les rapports accablants de la bataille de l' "arc Svitlodarsk"

Hier soir 25 décembre, entre 20h30 et 23h00, en violation avec les accords de Minsk et en pleine trêve de Noël, l'armée ukrainienne a de nouveau bombardé au mortier de 120mm la périphérie de Debalsevo, derniers soubresauts d'une opération offensive qui s'est effondrée en 2 jours dans les Collines de Kalinovka et dont les témoignages commencent à dévoiler l'incompétence suicidaire du commandement ukrainien.
 
Tandis que les échanges de corps de soldats tués dans les combats s'est effectué aujourd'hui, l'analyse des premiers rapports et témoignages de cette offensive ukrainienne dévoilent le niveau "apeurant" d'incompétence suicidaire qui a dominé les opérations lancées le niveau contre le front de Debalsevo.
Au tout début juillet, aux lendemains d;une précédente attaque suicidaire menée le 29 juin dans le même secteur du front du Donbass, j'avais déjà intitulé le bilan de cette opération insensée de l'armée ukrainienne "Des vies sacrifiées pour rien", mais ce n'était encore rien en comparaison de l'offensive lancée ce 18 décembre, toujours entre Svitlodarsk et Debalsevo qui est l'exemple même de l'incompétence de cette armée ukrainienne et le mépris qu'éprouvent leurs chefs pour le vie de leurs soldats !
 
Il ne s'agit pas ici de redéfinir les enjeux stratégiques que représente le contrôle de Debalsevo ce nœud routier et ferroviaire de 1ère importance, cela a été évoqué plusieurs fois dans les articles précédents sur le sujet (voir par exemple : ici )
 
Il s'agit ici, et pour clôturer ce nouvel épisode meurtrier et honteux pour Kiev de ressortir des premiers comptes rendus républicains et ukrainiens le déroulement des opérations militaires ukrainiennes au cours desquelles plus de la moitié de leurs pertes ont été directement causées par leurs propres armes.
 
Malgré des axes d'attaques initiaux ambitieux, l'offensive ukrainienne va très rapidement s'effondrer sur elle même et dès le lendemain les combats au sol vont commencer à se stabiliser et se réduire presque exclusivement à une zone collinaire très réduite au Nord de Kalinovka. 
 
L'offensive de Kiev a été menée par différentes unités d'assaut et d'appuis feu, sous le commandement de la 54ème Brigade d'infanterie mécanisée du colonel Gorbatyuk. C'est à 5 heures 45 que les premiers groupes d'assaut du 1er Bataillon de cette 54ème brigade avancent en infiltration à la faveur d'un épais brouillard en direction des positions avancée tenues par les sections de la 7ème Brigade d'infanterie motorisée du 1er corps d'armée de la république de Lugansk. Leurs objectifs, s'emparer d'un groupe de collines qui permet de contrôler le secteur et d'organiser aussi des appuis pour une offensive ultérieure sur Debalsevo plus au Sud.
 
Cet assaut initial qui a réussi a bousculer les défenses républicaines (comme le 29 juin) a été cloué dans son élan... par le commandement ukrainien lui-même ! :
  • Une première unité a été dirigée dans son assaut au milieu d'un champs de mine ukrainien, bilan : une quarantaine de tués et blessés !
  • Les rapports qui viennent de paraître nous apprennent également que les appuis feu de l'artillerie ukrainienne n'ont pas allongé leurs tirs lors de l'avancée de leurs unités d'assaut, qui se sont retrouvées rapidement sous leur propre feu !
Résultat, les forces ukrainiennes ont eu près d'une centaine de morts pour finalement abandonner 4 des 5 positions élevées qui avaient été conquises quelques heures auparavant. La suite est connue : la contre-attaque républicaine qui a été rapidement organisée a permis d’empêcher à l'ennemi de reprendre son second souffle et réinvestir le terrain bombardé.
 
Cette désorganisation des forces ukrainiennes ne s’arrête pas à l'absence de coordination entre le commandement, les unités d'assaut et l'artillerie, il est aussi présent dans la préparation des combattants dont les corps relevés sur le terrain montrent qu'ils étaient mal équipés, à la fois pour le combat (pas de gilet pare éclats) et pour les conditions hivernales très rigoureuses à ce moment là (-18°). Même à l'arrière de la ligne des combats les évacuations sanitaires ont du être improvisées à partir de véhicules civils appartenant à des volontaires !
 
 
A l'issue de l'enlisement de leur offensive, les ukrainiens ont malgré tout fixé leur avancée de 1500 mètres environ (pointillés verts sur la carte), créant ainsi sur le front du Donbass une nouvelle "zone de contact" au cessez le feu ingérable du fait de la grande proximité des 2 lignes de front (moins de 300 mètres).

Les informations et analyses sur ces combats vont certainement continuer quelques jours, surtout avec la commission d'enquête que le haut commandement ukrainien a diligentée sur le terrain pour faire la lumière sur les pertes importantes subies du fait de l'incompétence du commandement (que de nombreux témoins rapportent être en état d'ébriété au moment de l'attaque) et de l'absence totale d'organisation (préparation, coordination, logistique, assistance etc...).


On pourra certes me juger ici propagandiste républicain, ce que j'assume dans une certaine limite qui est celle du mensonge. Aussi je préfère citer des témoignages issus du camp ennemi qui confirment le caractère insensé et suicidaire de cette offensive menée par Kiev entre les 18 et 22 décembre 2016 au Nord de Debalsevo.


Au lendemain de cet échec, les ukrainiens de rage ont bombardé Debalsevo puis investit le village de Novoluganskoe dans la zone neutre, poursuivant leurs crimes de guerre et incessantes violations du cessez le feu.


Par exemple le témoignage de Sergey Kutrakov, lieutenant de la garde nationale ukrainienne et participant à ce fiasco militaire, qui décrit ici "une opération tactique qui ne s'inscrit pas dans un objectif stratégique et qui est dépourvue de sens"


Dans ce direct de la télévision ukrainienne, cet officier ukrainien contredisant ouvertement la doxa des responsables ukrainiens comme Porochenko ou Tourtchinov par exemple déclare: 


  • Que ce sont bien les ukrainiens qui ont déclenché les combats en attaquant 
  • Qu'ils ont subi d'énormes pertes qui les ont obligé à se retirer des positions conquises
  • Qu'à l'issue la situation sur le front n'a pas évolué en faveur de Kiev.


Kutrakov reconnait que les combats vécus sont consécutifs à une offensive décidée par les forces ukrainiennes dont l'objectif était de s'emparer d'une zone boisée faisant un saillant républicain au niveau du front Il justifie ainsi l'intention : «Je comprends pourquoi cela est arrivé: ces zilonkas (surface boisées), lancées dans notre direction, représentent un coin vers le front ukrainien. Et bien sûr, l'ennemi peut harcelé notre position, d'autant qu'elle n'est pas très confortable sur les cartes. Alors bien sûr, vous devez retirer la cale "


De fait, sur le terrain, si il y a effectivement des zones boisées orientées Nord-Sud qui traversent la zone grise entre les 2 lignes de front, il n'y a pas de saillant républicain et le danger qu'elle représentent est réciproque pour les 2 adversaires. En revanche c'est bien le contrôle des collines qui est l'atout majeur de ce secteur.



Dans cette interview donnée à la chaîne de télévision ukrainienne 3s-TV lors d'un direct le 22 décembre, Kutrakov confirme le manque de coordination entre l'infanterie qui selon lui "a complètement rempli ses objectifs" et l'artillerie qui a fait défaut ou pire a bombardé ses propres troupes. Il reconnait que les unités d'assaut de Kiev ont du "se retirer après avoir subi de lourdes pertes" constatant amèrement que "si les unités restent sur place sous le feu pour conserver juste 1 kilomètre ou 1 kilomètre et demi de terrain, alors c'est inutile, car la situation du front pour nous est la même qu'au début de cette opération"

En effet si on regarde la carte ci dessus les unités ukrainiennes qui ont poussées vers le Sud à l'Est du lac puis à l'issue de la bataille à l'Ouest du lac n'ont pas emporté d'objectif stratégique mais sont arrivées désormais sous le feu direct des défenseurs républicains (et accessoirement de leurs propres artillerie et champ de mines !). 


Concernant les unités républicaines rencontrées, Kukratov reconnait qu'elles ont opposé une vive résistance et repris de nombreuses positions lors des contre attaques, et qu'après avoir déloger les unités de Kiev "elles ont renforcé leurs positions"


Dans cette guerre où chacun minimise ses pertes, différents indicateurs permettent cependant d'en faire une estimation réelle, et pour cette pitoyable aventure militaire ukrainienne, la facture s'avère très lourde : 


  • environ 100 tués et plus de 200 blessés minimum du côté ukrainien
  • environ 28 tués et 63 blessés du côté républicain

Il s'agit donc (comme la précédente attaque menée le 29 juin dans le même secteur) comme le regrette rageusement cet officier ukrainien d' "une opération qui n'est qu'un gâchis de vies humaines"


Aujourd'hui la trêve de Noël est globalement respectée sur le front du Donbass, mais au milieu des bilans annuels de cette guerre insensée ou particuliers comme ceux de cette attaque suicidaire, il ressort toujours cette folie criminelle de Kiev qui persiste à vouloir poursuivre cette guerre à caractère génocidaire et au bout de laquelle l'Ukraine sera la seule perdante !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya  
 
Sources de l'article :
Les articles précédents sur cette offensive, le lien ici : Debalsevo


26/12/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres