perlagedediams

perlagedediams

ÉCŒURANT: les médias de masse considèrent le #PizzaGate comme une "rumeur" qui "empoisonne le web"

lundi 28 novembre 2016

Voilà donc le genre de "fausses informations" qui auraient soit disant permis à Trump de gagner l’élection présidentielle et qui hérissent les poils de Merkel et ObamaLe scandale évoqué sur les médias alternatifs et les réseaux sociaux quand à un possible réseau pédophile du clan Clinton/Podesta, qui a rapidement pris de l'ampleur à la fois Outre-Atlantique mais aussi en France, est considéré par les médias comme une "rumeur" qui empoisonne le web". Non content de ne pas enquêter sur le sujet, ce qui en soit n'est pas étonnant venant de leur part, des médias comme Slate préfèrent tourner l'affaire au ridicule :

"Cette théorie du complot a commencé avec la publication par WikiLeaks des emails de John Podesta. Dans sa correspondance en ligne, il s'avère que ce dernier parle beaucoup de pizza. Des internautes, notamment sur 4chan et Reddit, en ont déduit qu'il s'agissait d'un nom de code pour parler de sexe."
"ce dernier parle beaucoup de pizza"...l'argument, s'arrête là. Ils ne creusent pas plus que cela. Fort logiquement, la liaison entre les deux échappera totalement aux lecteurs de ces médias puisque rien n'est expliqué."
"Des membres de l'alt-right, ce mouvement d'extrême-droite pro-Trump adepte du harcèlement en ligne, ont utilisé des photos des enfants d'employés de la pizzeria postées sur les réseaux sociaux pour soi-disant prouver l'existence de ce réseau de pédophilie. "
Il y a bien plus que des photos d'enfants d'employés pour étayer ces accusations. Les médias utilisent sciemment des exemples dénués d'intérêt pour tenter de décrédibiliser le sujet.
 
RTL nous dit que: 
 
"Ces allégations, grandement relayées sur les réseaux sociaux, les sites de désinformation à tendance complotiste, gangrènent la vie des protagonistes, qui sont menacés de mort. Le New York Times, qui a raconté le 21 novembre dernier les tenants et les aboutissants de cette histoire, souligne pourtant qu'aucune enquête n'a été ouverte et que les accusations sont infondées."
Ouf, si le New York Times nous dit que c'est infondé (sans avoir enquêté), on peut être tranquille...
 
Pourtant, David Seaman, ancien chroniqueur du Huffington Post, licencié fin août pour avoir parlé des problèmes de santé d'Hillary Clinton, confirme que le #Pizzagate n'est pas une intox. Il y a de vrais raisons de mener une enquête officielle mais voila...de la même manière que le scandale des emails a été étouffé par les plus hautes instances du FBI, l'agence ne semble pas davantage enclin a enquêter sur le sujet.

 
En 2011, Andrew Breitbart accusait également John Podesta de couvrir des opérations de trafic d'esclaves sexuels. 

 


Puis en 2012, il affirmait à un journaliste de Slate: "Qu'est-ce que tu caches John Podesta?". La même année, il meurt opportunément d'une crise cardiaque.

 

 Dès qu'il s'agit des réseaux pédophiles de l'élite, en Angleterre, en France, aux Etats-Unis ou ailleurs, les enquêtes se font très discrètes voir s'éternisent parfois pendant des décennies. On dirait bien que cette fois, l'enquête ne verra même jamais le jour. Les réseaux peuvent dormir sur leurs deux oreilles... 
 
Donc, quand on vous parle dans les médias de fausses informations provenant de "théories du complot délirantes"...réfléchissez-y à deux fois.

Résumé des faits...


 

P.S: Curieusement, en 2006, Jack Dorsey, fondateur de Twitter en personne, a publié des tweets reprenant le code podesta. Et ce qu'il dit n'est pas de nature à démentir les accusations du PizzaGate, bien au contraire:


En savoir plus sur http://www.fawkes-news.com/2016/11/ecoeurant-les-medias-de-masse.html#cdqIDzU5eJvHEuZQ.99



29/11/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres