perlagedediams

perlagedediams

Elena Sidorova maître de conférences à Donetsk nous raconte la guerre : vidéos

1ère partie

2ème  partie

(VIDEO) Elena Sidorova maître de conférences à Donetsk nous raconte la guerre

(VIDEO) Elena Sidorova maître de conférences à Donetsk nous raconte la guerre

Dans un premier opus, nous avions entendu Elena qui nous parlait de la situation de l’Université technique de Donetsk et nous informait des problèmes inhérents à la guerre dans le Donbass, pour l’Université, les professeurs et les étudiants. Dans le cadre d’une nouvelle interview Elena nous parle dans deux vidéos de la guerre dans le Donbass, des causes, des conséquences et des événements dramatiques qui se sont déroulés depuis le commencement de l’Euromaïdan. Avec des mots simples, elle nous fait part des désirs des habitants, de leur volonté d’indépendance de l’Ukraine particulièrement après l’agression ukrainienne par les troupes de Porochenko à la fin du printemps 2014.

Son témoignage est capital, pour une fois les Français peuvent entendre dans leur langue une habitante, sur ses sentiments et celui des gens dans le Donbass. Il ne s’agit pas là d’un politique, d’un général, d’une autorité quelconque, mais simplement la vérité d’une simple citoyenne de Donetsk. Elle reflète celui des millions d’habitants de la région et de ceux également qui vivent dans les territoires occupés par l’Ukraine brune. Avec simplicité, elle évoque la montée du néonazisme en Ukraine, les drames qui ont frappés le Donbass se lisent également derrière le discours d’Elena. C’est une histoire terriblement méconnue que le sort des populations dans l’Est de l’Ukraine, sa voix anonyme porte loin car elle authentique et sincère. Elle se passe finalement de commentaires, comment serait-il possible d’ajouter quelque chose à ces deux vidéos qui éclairent parfaitement le propos ?

C’est avec une certaine tristesse que je mesure moi-même le fossé désormais creusé par les propagandes des médias de masse en France et en Europe. Ces gens sont comme vous et moi, leurs aspirations vont vers une vie paisible et normale qu’ils ne peuvent pas avoir. Il est dur de penser que notre régime soit disant républicain supporte activement par tous les moyens en sa possession, les exactions, les crimes, les bombardements et avalise de fait le coup d’Etat montré comme démocratique, qui n’est en fait qu’une parodie, un monstre difforme enfanté par la stupidité des hommes, leurs soifs de pouvoir, de contrôle, le grand jeu international. Songeons que derrière les fils qui sont tirés par nos politiques, d’Europe ou d’Amérique, ce sont des gens, de simples personnes qui subissent les conséquences. Ils ont le droit à l’autodétermination, ils ont choisi, mais ce droit essentiel leur est refusé. Leur existence même est niée, surtout lorsqu’il est question d’une armée fantomatique de Russie qu’Elena avec une pointe d’humour nous décrit comme brillant par son absence totale.

Il m’arrive de lire des commentaires du travail que nous faisons ici dans le Donbass, ou celui des activistes en France. Beaucoup de Français émettent des réserves, parlent de propagande russe, mais ont-ils conscience qu’il existe un peuple dans le Donbass ? Sont-ils informés que les fameux « terroristes » ne sont finalement que les habitants de la région ayant refusé une dictature. Le mot dictature vous paraîtra fort, pourtant c’est le diktat de Kiev qu’ils ont refusé, ils ne voulaient pas ni de ce régime, ni de l’Union européenne, ni que des gens qui vivent à des milliers de kilomètres d’eux décident à leur place de comment ils doivent vivre. N’est-ce pas juste, n’est-ce pas leur droit le plus sacré ? Est-ce que le moindre républicain français qui se respecte peut infirmer ou contredire ce fait ? C’est pourtant ce que notre gouvernement fait tous les jours sachez-le. Voilà longtemps qu’il s’est déshonoré et le mot je vous assure est faible par rapport à toutes les vilénies qui sont commises en son nom, en France et dans le Monde. Mais les Français comme dans le village des Gaulois se chamaillent, un sport national, ce fut déjà du temps de César la cause de leur perte, la division et le manque d’imagination maintiendront donc encore longtemps la France à terre. Aucune élection ne viendra changer ce fait, car la question ne réside pas dans un changement de gouvernement mais de système. Les gens dans le Donbass ont montré un exemple sain, puisse-t-il être perçu en France autrement qu’à travers les désinformations simplistes médiatiques et politiques.

Laurent Brayard



28/07/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres