© OGN
Et selon le correspondant de RT, Anissa Naouai, cela prend guerre plus qu'une recherche sur Internet pour vérifier rapidement leur identité. 

Le récit est le même à chaque fois : il y a un génocide général ; les forces d'Assad sont de ville en ville et assassinent leur propre peuple et ne font aucun prisonnier; que les rebelles d'Alep regardent vaillamment la mort en face pendant qu'ils subissent le bombardement supposé des Russes. 

RT n'a rien trouvé qui indique que les personnes figurant dans les vidéos faites sur les téléphones étaient des civils réels qui enduraient les « pilonnages russes et syriens ». Il s'agissait plutôt de blogueurs et de cinéastes indépendants qui ont pris publiquement faits et cause sur Twitter et ailleurs envers la cause des rebelles à leurs milliers d'abonnés. 

Plus récemment, CNN a interviewé l'un d'entre eux, Bilal Abdul Kareem - un cinéaste documentaire et journaliste qui a eu un accès sans précédent aux rebelles à l'est d'Alep, y compris leur nouveau leader Aby Al Abd, qu'il a interviewé il y a seulement trois jours.