perlagedediams

perlagedediams

France : Scandale arthrose : c'est de la persécution !

 


Résultat de recherche d'images pour "arthrose mains"

On en veut aux personnes souffrant d’arthrose !! 

  • L’année dernière, en 2015, les médicaments anti-arthrosiques d'action lente ont été déremboursés, contre l’avis des associations de patients et de nombreux médecins [1]. 
Cette année, rebelote !! 

  • La direction de la Sécurité Sociale annonce le déremboursement total de la visco-supplémentation (injection d'acide hyaluronique dans les articulations) [2]. 

Ces mesures sont incompréhensibles. Médicalement comme financièrement, elles sont catastrophiques !!! 

L'association de lutte antirhumatismale (AFLAR) s’est mobilisée de façon héroïque. Elle a réuni 160 000 signatures. 

Mais les pouvoirs publics font la sourde oreille. 

C'est pourquoi l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN)jette tout son poids dans la bataille. 

Il faut soutenir l’AFLAR ! 

Aidez-nous à réunir un million de signatures ! 

Votre action immédiate est indispensable. Il est encore temps de stopper cette mesure, qui n’est pas entrée en application. Mais il faut agir vite !! 

S’agit-il d’un complot contre les personnes âgées et contre la santé naturelle ? 

Qui est derrière ces manœuvres ? Est-ce la grande industrie pharmaceutique ? Les prothésistes ? Quel intérêt économique bien représenté a intérêt (?) à ce que ces médicaments soient déremboursés ? 

En tout cas, ces traitements déremboursés sont, comme par hasard, des produits naturels dont l’efficacité a été démontrée par des études scientifiques : glucosamine [3]., chondroïtine [4], acide hyaluronique [5]. 

Ce sont des molécules qui nourrissent le cartilage et la synovie (le liquide qui lubrifie les articulations). 

Or, ce sont justement ces produits là que la Sécurité Sociale ne veut plus rembourser, poussant ainsi les patients à se tourner vers les médicaments chimiques !!!! 

Ces décisions interviennent au moment même où les médicaments chimiques contre l’arthrose sont sur la sellette. 

Le 17 mars 2016, une grande étude publiée dans la plus prestigieuse revue médicale du monde, The Lancet, a provoqué un tremblement de terre sous les pieds de Big Pharma. 

Elle a montré que le médicament chimique le plus prescrit contre l’arthrose, le paracétamol :
« ne permet pas de calmer efficacement leurs douleurs ou d'améliorer leurs capacités physiques » [6].
Cette étude met également en cause tous les autres médicaments contre l’arthrose, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (diclofénac, ibuprofène, le naproxen ou le celecoxib), qui ne peuvent être prescrits sur de longues périodes en raison de leurs effets secondaires importants (troubles digestifs, cutanés ou cardiaques). 

Or, cette nouvelle est tombée particulièrement mal pour l’industrie. 

Ces médicaments comptent parmi les plus vendus, les plus lucratifs. 

Et, selon une enquête de mai 2015, avec le déremboursement, 95 % des patients vont se tourner vers ces médicaments plus coûteux, mais qui restent, eux, remboursés [7]. 

Le déremboursement ressemble comme deux gouttes d’eau à un coup de maîtrepour sauvegarder – et même augmenter – les profits de certains acteurs économiques !! 

On ne parle pas de « queues de cerises ». Cela ressemble fort à un hold-up. Le “hold-up du siècle” à plusieurs milliards d’euros ! 

Jusqu’à présent en France, on pose deux fois moins de prothèses de genouxque chez bon nombre de nos voisins. C’est une performance qui mérite d’être soulignée. Elle est due en grande partie à la prise en charge médicale de l’arthrose [8]. 

Avec le déremboursement, ces coûteuses opérations pourraient se multiplier. On parle de 180 000 opérations en plus par an, avec un coût global annuel de 2 milliards d’euros ! 

Tout cela pour une pseudo « économie » de 46 millions, soit 50 fois moins !!! 

Cela sans compter les pensions d’invalidité et les arrêts maladie au travailqui risquent d’exploser !! 

C’est donc de l’hypocrisie. On réduit les coûts d’un côté au nom de la protection de notre système de santé pour les augmenter considérablement de l’autre au bénéfice de quelques-uns ! 

Il faut s’attendre sans doute à une explosion des accidents liés aux effets indésirables !!! Car ces médicaments peuvent provoquer des complications avérées, voire mortelles. 

Si vous et moi ne réagissons pas massivement aujourd’hui, les patients vont massivement se reporter vers les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les opioïdes (dérivés de l’opium). 

C’est pourquoi nous devons tous nous opposer au déremboursement des produits naturels contre l’arthrose, en signant la pétition nationale (bouton ci-dessous). 



Rappelons que l'arthrose touche prioritairement les personnes âgées. La plupart ont de faibles revenus, voire très faibles. 

Leur refuser le remboursement de ces médicaments, dont le prix pour la collectivité est modique, est aussi injuste que dangereux. 

Cela revient en pratique à leur infliger des souffrances terribles et inutiles. 

Bien souvent, les douleurs d'arthrose sont insupportables. Elles ressemblent à celles que vous éprouvez lorsque vous avez une intense rage de dent. Sauf que la douleur irradie de larges zones du corps. 

Chez certains patients, c'est presque une torture. Le malade ne peut plus dormir, ni faire quoi que ce soit !! Il est condamné à souffrir comme une bête, tandis que des comptables à la Sécurité Sociale, parfaitement indifférents, prétendent réaliser des économies à courte vue sur leur dos !! 

On marche sur la tête ! 

Dérembourser ces produits serait d’autant plus scandaleux que les solutions pour traiter et soulager l’arthrose restent limitées. 

Que pourront proposer les médecins aux 10 millions de Français qui en souffrent ? 

Pas grand-chose. 

Ils risquent bien souvent de ne proposer que des antidouleurs brevetés comme le Voltarène de Novartis et, surtout, des prothèses qui sont une véritable vache à lait pour l’industrie et la chirurgie. 

Mais aucune de ces approches n’est la bonne : 

  • Les médicaments coûtent cher et ne peuvent être pris sur le long terme à cause des effets secondaires. 

  • Les prothèses nécessitent de lourdes et douloureuses interventions chirurgicales avec leur cortège de risques opératoires, une longue convalescence et la possibilité de souffrir de douleurs définitives !! Une seule prothèse du genou coûte 11 500 euros [9]. 

Si vous et moi ne faisons rien, le déremboursement sera acté dans les semaines qui viennent dans l’indifférence générale. 

La facture des soins contre l’arthrose va être multipliée par dix, ou peut-être par cent. 

Il faut agir au plus vite ! 

Des millions de malades, surtout les plus pauvres qui ne peuvent payer de leur poche, seront forcés de prendre des médicaments inefficaces et dangereux pour leur santé. Ce serait un triomphe pour l’industrie. 

Les patients risquent de souffrir de leurs douleurs d’arthrose plus des effets secondaires des médicaments, tout en imposant un coût exorbitant à notre assurance maladie déjà au bord de la faillite… 

Est-ce ça que nous voulons ??? 

Allons-nous rester les bras croisés devant un tel gâchis ??? 

Accepterons-nous le diktat d’une vision purement comptable et court-termiste de la santé promue par quelques haut-fonctionnaires de la Sécurité Sociale ou du Ministère de la Santé ? 

J’espère bien que non. 

Soyons des centaines de milliers à nous lever pour faire entendre la voix de la raison et de la défense des malades ! 

Il est insupportable que notre politique de santé fasse passer les intérêts financiers d’un tout petit groupe devant l’intérêt de millions de malades et du pays tout entier. 

Et pourtant, c’est bien ce qui est en train de se produire, c’est bien ce qui va se produire si cette pétition ne circule pas, si chacun de nous ne la transmettons pas à tout notre entourage. 

Ils ne peuvent se permettre cela que parce que nous les laissons faire. 

En politique, il y a un vieux dicton : « Qui ne dit mot, consent ». 

Si nous ne faisons rien, ils se frotteront les mains en prétendant que c’est le signe que « nous sommes d’accord ». 

Mais ce n’est pas possible. Nous ne sommes pas d’accord ! 

Nous sommes des millions à être indignés. Mais encore faut-il exprimer concrètement, cette indignation. 

C’est pourquoi la voix de chaque personne qui signe notre pétition est si importante. Chaque voix compte. Ajoutez la vôtre et faites signer toutes les personnes de votre entourage. 

De notre côté, nous nous chargeons de contacter les pouvoirs publics et de faire la transmission. C’est une question de semaines, peut-être de jours. 

Mais il faut être clair : nous ne serons pris au sérieux, nous n’aurons de légitimité démocratique que si nous sommes des centaines de milliers à agir. Ce qui veut dire qu’il faut que chacun de nous, chaque destinataire de ce message, participe. 

Nous visons le million de signature. 

Pour y parvenir, je compte sur vous, même si vous n’avez pas (encore) d’arthrose ! Relayez ce message partout autour de vous ! C’est une question de justice et de solidarité. Ne perdez pas de temps. La mise en œuvre définitive du déremboursement peut intervenir à tout instant. Il n’y a pas une minute à perdre !! 

Signez la pétition avant qu'il ne soit trop tard ! 



Bien à vous, 

Augustin de Livois 

Président de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle 

PS : voici des exemples de témoignages recueillis par l’AFLAR. Ils témoignent que ces traitements naturels contre l’arthrose aujourd’hui en voie de déremboursement, les ont sauvés : 

« J’ai été traité 2 années consécutives par visco au genou droit, et mes douleurs ont presque complètement disparu, et ça tient depuis 4 ans ! » (Patrick Barbot, pharmacien retraité) [10]
« J’ai 64 ans. En 2009, je ne pouvais plus me relever sans m’appuyer après un support, je ne pouvais pas conduire ma voiture, car au bout de quelques kilomètres je souffrais tellement que j’étais obligé d’étendre ma jambe droite. Après avoir eu une injection d’acide hyaluronique dans mon genou, ce fut la libération. Plus de douleurs, j’ai repris la marche et même le vélo. » (Henri)
« J’ai 65 ans et depuis dix ans environ je bénéficie d’une visco-supplémentation. La marche m’était devenue extrêmement douloureuse ce qui me gênait notamment dans mon activité professionnelle. 

Cette visco-supplémentation qui m’est appliquée environ une fois tous les 3 ans m’a permis de retrouver une marche à peu près normale, et m’a mis à l’abri, depuis 10 ans maintenant, d’une opération. 

Ne plus rembourser ce traitement, c’est ne plus permettre de se soigner à ceux qui ont des revenus modestes, hormis l’opération coûteuse pour la collectivité et qui comme toute opération n’est jamais sans risque. » (Riquois)
« Suite accident survenu sur genou, j’ai eu des injections de visco-supplémentation. Je peux marcher actuellement normalement. Ces injections sont fondées pour un grand nombre de personnes sauf les arthroses très avancées. 

J’ai travaillé 38 ans dans le médical radiologie, il est préférable, de faire ce genre d’injection qui éloigne les interventions et leur coût. » (Michel Pradier) 

Et il y a des milliers de témoignages du même type [11]. 

Ne laissons pas souffrir nos ainés et signons tous ensemble la pétition ! 


 
 


30/11/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres