perlagedediams

perlagedediams

Guerre froide: les interview Lavrov et Poutine redonnent espoir

jeudi 13 octobre 2016

Résultat de recherche d'images pour "lavrov poutine"
 
Alors que la propagande anti-russe bat son plein et conduit les relations internationales à un niveau de tension digne de celui de la crise de Cuba, étrangement, le ministre russe des affaires étrangères S. Lavrov apparait sur CNN et le Président  V. Poutine sur TF1. Les Etats Unis et la France étant à la pointe de la ligue russophobe, c'est un signal encourageant.
Tout d'abord, S. Lavrov qui donne une interview à Christiane Amanpour sur CNN:
 
 
Les médias n'ont malheureusement retenu que la petite phrase :
"English is not my mother tongue, I don't know that I would sound decent: There are so many pussies around your presidential campaign on both sides, that I prefer not to comment about this,"
S. Lavrov, toujours très digne et sérieux, qui emploie le mot pussychatte, a totalement décontenancé la journaliste très expérimentée de CNN. Pourtant, l'intérêt de la réponse est ailleurs. Certes, l'humour à froid est toujours un délice, mais S. Lavrov remet à sa juste place le niveau de la campagne présidentielle américaine. Et donc le niveau des deux candidats.
 
En plus de cette remise à niveau en fin d'interview, le ministre des affaires étrangères a principalement expliqué la politique étrangère russe et l'état des relations russo-américaines, ou plutôt ce qu'il en reste.
Rappelant le rôle des Etats Unis dans la création de ces monstres terroristes d'aujourd'hui, issus d'Al Qaïda et de la guerre en Afganistan, de l'invasion de l'Irak et de la destruction de la Libye.
Emettant quelques doutes quant au caractère involontaire du bombardement d'une heure des forces d'Assad à Deir Ezzor, que les Etats Unis déclarent avoir préparé pendant deux jours.
Encore quelques soupçons quant à la réalité de la lutte des Etats Unis contre Al Nusra, qui reste un élément de leur stratégie en cas de plan B et donc d'attaque directe contre Assad. 
Un contre discours passé sur CNN.
Peu avant l'intervention de V. Poutine sur TF1, enregistrée juste après le clash dans les relations franco-russes, ayant poussé la Russie à remettre à des temps meilleurs le voyage de V. Poutine à Paris et l'inauguration du centre orthodoxe:
 
 
Là aussi, un discours à contre courant. Comme si la machine s'était emballée. Comme si la course à la surenchère russophobe allait trop loin. Qu'il fallait faire une pause. Risquer la gueule de bois pour voir les choses plus calmement.
Ou bien comme si tout cela n'était qu'un jeu de communication. Comme si la guerre se jouait avant tout en image. 
L'un n'excluant pas l'autre. En tout cas, une opération de comm réussie.


13/10/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres