perlagedediams

perlagedediams

Il ne fait pas bon s'appeler James Webb en ce moment !

Un petit tour du côté de l'espace aujourd'hui avec le dernier article de Miles Mathis.
Vous avez sûrement entendu parler du télescope James Webb qui est prévu de remplacer "un jour" Hubble qui aura 31 ans à la date présumée de la mise en service de ce nouveau télescope (2021).
Les deux incluent la participation de l'Agence Spatiale Européenne (ESA), donc directement la France puisque les lanceurs (fusées Ariane) partent de la base de Kourou en Guyane. Miles conclut par un paragraphe sur Elon Musk.

(J'ajoute quelques photos et liens ne se trouvant pas dans l'article original.) 

Il ne fait pas bon s'appeler James Webb en ce moment !
Par Miles Mathis (25 juillet 2018) Traduit par Apolline 

Vous l'avez peut-être appris, le télescope James Webb Space vient de gagner le plus gros pompon de l'histoire de la science en termes de dépassements de budget et de délai.
Ce qui, avec le Large "Hardon" Collider* et autres célèbres escroqueries, en dit long.
* Miles parle bien sûr de l'accélérateur de particules en utilisant à dessein "Hardon" au lieu de Hadron, clin d’œil au site du CERN qui a orthographié par mégarde ce mot plus d'une centaine de fois sur son site.
Or, "hardon" en argot américain (hard-on) signifie "phallus en érection".

Webb n'en souffre en fait pas trop car il est mort en 1992. Je ne sais même pas pourquoi le télescope porte son nom, car ce n'était pas un scientifique. Il fut avocat et Marine, il a travaillé pour le Département d'État du temps de Truman, a aidé au démarrage de la guerre de Corée, a travaillé pour Kerr-McGee Oil [société énergétique], puis il fut nommé à la NASA en 1961 par Kennedy pour on ne sait quelle raison.
Probablement parce que les Kennedy et les Webb ont des liens de parenté. Webb fut impliqué dans la gabegie de la fusée N1, c'est peut-être pourquoi ils ont donné son nom à la gabegie de ce télescope. Le projet N1 s'est révélé un gouffre financier entre 1959 et 1976, quand on l'a finalement annulé sans résultat positif. On n'a pas dévoilé combien les contribuables ont banqué pour ce gaspillage mais nous pouvons supposer que c'était le but premier. C'est également le but premier du télescope James Webb.

La page Wikipédia fait globalement une longue publicité pour le Webb, mais il y a un tableau qui vaut d'être étudié. Il répertorie les lancements prévus et leurs coûts. 


Le projet a démarré en 1997 avec un budget de 500 millions de dollars et un lancement prévu en 2007. Cette semaine, le budget est passé à presque 10 milliards et le lancement a été repoussé pour la 13ème fois, à 2021. Ce qui veut dire que le projet a déjà 14 ans de retard et a dépassé de 1900 % le budget. 
Nature décrivait le Webb comme "le télescope qui a dévoré l'astronomie", mais c'était en 2010 quand le budget n'était qu'à 6 milliards. Il devient donc le télescope qui a dévoré… deux fois l'astronomie. Oh, et qui paie tout cela ? Vous. C'est financé par vos taxes fédérales.

Vous trouvez que ça sent mauvais ? C'est encore pire. À la différence de Hubble, le Webb n'est pas prévu pour une orbite terrestre. Il sera parqué à L2 [point de Lagrange], au-delà de l'orbite lunaire, en direction de Mars. À cette distance, il n'est pas réparable, pas même par des robots. Si quelque chose tourne mal, on aura un déchet spatial à 10 milliards de dollars.
Et comme l'a rapporté The Atlantic [et un article en français ICI] en juin dernier, le Webb voyagera sous forme compacte, il devra se déployer à son arrivée par un complexe processus d'à peu près 180 étapes. Ce processus ne peut supporter plus de 6 bugs techniques, ce qui – étant donnés les antécédents de la NASA non seulement dans ce projet-ci mais dans de précédents – est presque une garantie d'échec.
Si on n'avait accordé que 6 bugs à la NASA pour chacune des 180 étapes en janvier 1997, le projet aurait été abandonné en février. Les probabilités de réussite sont faibles, c'est le moins que l'on puisse dire.

Souvenez-vous, cinq navettes différentes ont dû visiter Hubble les 19 premières années pour effectuer des réparations. Selon hubblesite.org :
Comme le télescope Hubble a été conçu pour subir des entretiens périodiques, les éléments à remplacer sont aisément accessibles. D'une taille allant de la boite à chaussures à une cabine téléphonique, la plupart de ces éléments peuvent être enlevés ou installés avec des clés spéciales et un outillage électro-portatif.
Je ne sais quel degré de crédibilité il faut accorder à ceci, mais à supposer que ce soit vrai pour Hubble, ça ne l'est pas pour le Webb.
On ne peut non seulement le faire fonctionner en raison de son éloignement et il n'est pas conçu non plus pour, même avec quelqu'un sur place.
Des extra-terrestres bien intentionnés ne pourraient rien faire non plus.
Sans doute qu'ils n'auraient pas les bonnes clés sous la main de toutes façons.

Pour tenter de détourner l'attention de cette dernière débâcle en date du Webb, Hubble publie cette semaine de "nouvelles photos". Regardez par exemple cette photo de Saturne qui est supposée récente.


Elle a été publiée il y a tout juste 12 heures. Le problème, c'est que je suis bien sûr de l'avoir déjà vue. Je me souviens de la ligne noire autour de Saturne entre les positions 10h et 11h à peu près, entre la planète et les anneaux. Cela me paraît très étrange. Pourquoi une ligne noire doit-elle se trouver à cet endroit ?
Je pense que l'image a été créée sous Photoshop. La photo de Neptune publiée en même temps semble aussi très très manipulée. Bien entendu Elon Musk me dirait que plus ça semble truqué, plus ça paraît véridique !

Ce qui suit devrait aussi vous rassurer [extrait du même site The Atlantic] :
Et pendant un test acoustique, qui étudie si le matériel informatique peut survivre aux bruits très élevés du lancement, les vis conçues pour supporter le bouclier anti-solaire se sont desserrées. L'incident a fait s'éparpiller 70 boulons et les ingénieurs se sont empressés de les rechercher. Ils en cherchent encore quelques-uns. "Nous sommes vraiment près de retrouver toutes les pièces," a dit Zerbuchen.
De qui se moque-t-on ? Le fait que des sites grand public soient autorisés à rapporter des trucs de ce genre est mauvais signe. Je pense qu'ils préparent le public à l'échec. Ils nous disent à l'avance de nous asseoir sur nos 10 milliards pour qu'au moment où cela arrive nous ne soyons pas trop surpris.

Une autre indication d'un échec programmé, ce sont les contradictions de l'historique. On nous dit que le Webb était terminé à 90-95 % en 2011, puis qu'il était achevé en 2016 et prêt pour des tests. Il aura donc fallu cinq ans pour compléter les derniers 10 % ? Et les tests demandent cinq autres années après 2016 ? Je suppose qu'ils leur faut deux ou trois ans et plusieurs milliards pour retrouver ces fichus boulons.

Voici une donnée qui va ruiner ce qui subsiste de confiance et je la donne tout spécialement pour les lecteurs de mon autre site, experts en généalogie et dans les histoires des grandes familles américaines. Le scientifique à la tête du projet Webb s'appelle John C. Mather

Ai-je accidentellement allongé cette photo dans le transfert ?
Non, son visage et son nez sont vraiment aussi allongés.
Voulez-vous savoir ce que C. signifie ?
Prenez votre temps…

Cromwell. John Cromwell Mather.
C'est un "Big Banger" qui a gagné un Nobel pour son travail sur le satellite COBE [Cosmic Background Explorer Satellite]. 

C'est en soi un énorme signal d'alarme, comme le savent les lecteurs de mon site scientifique.
COBE a été retiré en 1993 et remplacé par les satellites WMAP [Wilkinson Microwave Anisotropy Probe] et Planck, qui ont une bien meilleure résolution.
Ils ont fini par détruire une bonne partie des hypothèses de COBE, y compris le travail sur le Big Bang de Mather et Smoot.
Allez voir mon article de 2013  sur la carte CBR [Cosmic Background Radiation] de l'observatoire spatial Planck, où je montre que les données ne cartographient pas le Big Bang, mais le champ de charge local. 


Mais revenons au nom Mather.
Si vous n'avez pas beaucoup fréquenté mon autre site, il est possible que vous ne compreniez pas en quoi son nom est également un signal d'alarme. Eh bien, les Mather ont été impliqués dans de gros canulars dès les débuts de l'histoire des États-Unis. Vous rappelez-vous de Cotton et Increase [ce sont leurs prénoms] Mather dans le faux procès des sorcières de Salem ?
J'ai montré que c'était un événement fondamental de l'histoire américaine, bien au-delà de ce qu'on en a dit – et pour des raisons qui n'ont jamais été divulguées. Presque toutes les grandes familles d'Amérique y sont étroitement reliées et leurs généalogies mènent presque toutes à Salem et remontent à la noblesse d'Angleterre et d'Écosse.
Les Cromwell sont bien sûr une autre famille de ce genre, nous ramenant à Olivier Cromwell. Les historiens officiels le nient ou cachent ces liens, mais j'ai démontré qu'ils mentent tout simplement. Les liens sont là et n'importe qui peut les suivre en ligne sur des sites grand public comme Geni.com et thepeerage.com.
Si vous ne voulez pas faire ce travail, je l'ai fait pour vous. Ce qui relie des gens comme John Mather non seulement aux Mather de Boston et à leurs pairs, mais à des agents plus récents comme Marshall Mathers, connu sous le nom de Eminem [le roi du hip-hop].

John Mather a une page sur Geni.com, mais les ancêtres du côté de sa mère ont été expurgés, même si elle est bien une Cromwell. Je pense que nous sommes supposés croire que John ne connaît pas ses grand-parents maternels.
Ses grand-parents paternels sont expurgés aussi, on n'y parle pas de sa grand-mère et son grand-père apparait simplement comme un Monsieur Mather.
Encore un autre lauréat du Nobel avec des ancêtres inconnus.
Si je fais erreur et que John Mather n'a pas de lien avec tous ces gens, alors pourquoi expurger ses ancêtres ?

Autre chose intéressante, le Congrès a presque annulé le projet Webb en 2011 et il a été sauvé d'une façon mystérieuse. Le House Commitee on Science a voté l'annulation du projet en décrétant que sa gestion était désastreuse. On a dû y parler de Mather, qui dirigeait le projet. Il le gérait. Curieusement, en novembre de la même année, cette décision fut annulée, on ne sait comment.
Nous pouvons supposer que le Congrès y a été contraint par quelqu'un, probablement le Renseignement, à la requête des banquiers. C'est ce à quoi on doit s'attendre, car en fait le Congrès ne fait rien ni ne prend aucune décision. Il n'est qu'une façade qui sert à siphonner encore plus d'argent du trésor public à coups de salaires gonflés. Comme il n'a pas le cran ou le pouvoir de stopper une grande course au trésor comme le projet Webb, il est plus qu'inutile.

À ce propos, la principale supporter du télescope Webb au Congrès s'appelait Barbara Mikulski (partie en 2017 à la retraite). Le nom de sa mère est Kutz, ce qui signifie...oui, qu'elle est juive. Ce qui conduirait tout parieur à gager que Mikulski a des liens avec Northrop Grumman [constructeur aéronautique] ou d'autres entreprises travaillant sur le Webb. C'est ainsi que ça fonctionne d'habitude, d'accord ?
En fait, c'est exactement ce que nous trouvons si on fait une recherche. Les lobbyistes de Northrop Grumman y sont répertoriés et la première chose que nous apprenons est que le PDG de cette société est Wes Bush.
Je pense ne pas avoir besoin de mettre les points sur les i.
Une recherche sur la page "Mikulski" annonce que Kali Matalon travaille pour Northrop Grumman en tant que planificatrice "pour les stratégies fédérales innovantes".
Elle était aussi employée au sénat sous la direction de Barbara Mikulski.
La routine habituelle sur la colline du Capitole, dira-t-on.
Oui, précisément.

Bien qu'aucune généalogie utilisable ne soit disponible sur Barbara Mikulski, elle peut avoir des liens de parenté avec les généraux Charles Willauer Kutz et Harry RussellKutz, et par eux au général Lewis Tenney Ross. Ce serait le bon endroit pour démarrer si un de mes lecteurs voulait travailler là-dessus. Autre chose présentant un intérêt dans la généalogie de James Webb, sa grand-mère paternelle s'appelait Catherine Russell, ce qui peut faire le lien avec la famille Kutz via Harry Russell Kutz. Webb était aussi un Pullen et si nous remontons de deux générations dans sa généalogie, nous tombons sur des Fitzhugh.
C'est intéressant pour mes lecteurs réguliers, car nous avons vu hier que Tom Hanks est un Fitzhugh. Quelles sont les chances ? Le plus vieil ancêtre encore en vie de Webb dans cette lignée répertoriée sur Geni est John Major Fitzhugh de Virginie. Avec des recherches plus poussées sur d'autres sites, nous découvrons que ce doit être le major John Marmion Fitzhugh, des Fitzhugh de Bedford, apparentés aux rois, aux Westmoreland, etc.
Ce qui nous ramène aux Fitzhugh de la noblesse, à Tom Hanks et à Guillaume le Conquérant. Cela confirme aussi ce que je disais sur le lien de parenté de Webb avec les Kennedy. Il leur est bien apparenté. Et comme Tom Hanks, il a une parenté proche avec George Washington. Hanks est relié par les Ball et Webb par les Montague.

************************
Je souhaite ajouter quelques brefs commentaires sur Elon Musk, car cela ne mérite pas un article à part.
Plusieurs lecteurs m'écrivent que j'avais raison au sujet de Musk dans cet article de 2015.
 [Traduit par le BBB, allez ICI
Il y a 5 jours tout juste, le New York Post a publié un article intitulé "Elon Musk est un parfait imposteur".
J'ai vérifié s'ils m'avaient emprunté le titre.
Non.
C'était ma thèse, mais pas mon titre.
Les médias grand public seraient donc d'accord avec moi au sujet de Hawking et maintenant ils le seraient au sujet de Musk ? Cela va certainement devenir une année intéressante.

Quoiqu'il en soit, la rédactrice du NYP ne va pas aussi loin que moi, mais elle est sur la bonne voie.
Mais ce qu'elle et mes lecteurs ne semblent toujours pas comprendre, c'est que Musk fait partie de la blague.
Il fait partie de toute l'arnaque. Il joue son rôle à la perfection et ne fait que lire le script.
Sa "déconfiture personnelle" n'est pas uniquement une excentricité ou un problème de relations publiques, voyez-vous.
Je vous ai dit en 2015 qu'on lui avait confié la société Tesla pour la démolir et voilà comment ils ont choisi de le faire.
La chute de Musk sera la chute de Tesla.
Je pense que ce sera aussi la chute de SpaceX, même si je ne vois pas exactement comment ça se jouera.
La disparition de SpaceX peut être programmée pour aider la NASA.
Nous avons vu que la NASA avait grand besoin d'aide en ce moment.
Le gouvernement pourrait acheter SpaceX et utiliser ses lancements par images de synthèse pour dissimuler la débâcle du Webb. Ou bien ils se serviront du roadster rouge pour emmener le télescope au point L2, où nous ferons semblant de voir se déployer un grand disque doré pendant que des foules payées pour applaudiront et que des ingénieurs factices narreront l'événement à partir de téléprompteurs. Ils pourront ensuite réunir des données factices, lancer d'autres projets factices dans les décennies à venir et continuer à pomper le trésor public. 
 


30/07/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour