perlagedediams

perlagedediams

J. Shell, directeur de l'Agence fédérale américaine de diffusion refoulé à la frontière russe

Картинки по запросу Джеффри Шелл BBG

Jeffrey Shell, le responsable américain de la diffusion radio et télévisuelle à l'étranger (BBG), ayant sous sa coupe les organes de propagandes tels que Voice of America ou Radio Free Europe, a été refoulé à l'aéroport de Moscou et expulsé: il est dans la liste russe des contre-sanctions. Il semblerait que les Etats Unis soient surpris que la Russie adopte également des sanctions en réponses à l'élargissement des sanctions personnelles adoptées à son encontre.
Le 12 juillet, Jeffrey Shell arrive à Moscou, à l'aéroport Sheremetyevo, pour une visite "d'affaires". Car en plus d'être à la tête du Conseil des directeurs de l'Agence fédérale de régulation de la diffusion BBG, il est également en charge pour le groupe NBC Universal du département cinématographique. Et à ce titre, il voulait entrer, selon ses propres paroles, en Russie en raison d'un projet de film que le groupe développe dans le pays.
 
Pour autant, alors qu'il était dans la file d'attente pour le contrôle des passeports, il a été conduit dans une pièce, où son identité a été vérifiée. Finalement, son extradition lui a été signifiée et il a été transféré dans une autre pièce pour attendre le vol d'Amsterdam. Dans son interview au New York Times, l'on appréciera la note dramatique. Il aurait presque été "torturé psychologiquement" - la torture résidant dans le temps d'attente et dans le fait que des policiers l'accompagnait. Terrible, surtout lorsque l'on connait la délicatesse des policiers américains.
“I was then taken to a small room and left alone for about a half-hour before someone came back with a document in Russian that they wanted me to sign,” (...) Mr. Shell said he refused, telling the Russian authorities that he would not sign something he did not understand. He said he was then given a translation of the document, which explained that he had been barred from the country. He said that he was then escorted to another room at the airport and that he was locked inside for nearly three hours, until a flight to Amsterdam was arranged. “An armed guard came and got me at about 5 a.m. and walked me onto the plane and to my seat,” 
En effet, c'est terrible. Plus sérieusement, ce qui est intéressant, c'est la manière dont Jeffrey Shell est présenté. Pour le très libéral groupe russeRBK (appartenant à l'oligarque Prokhorov), il est essentiellement présenté comme un homme d'affaires américain refoulé à la frontière. Le New York Times joue aussi cette carte, s'inquiétant de ce que les confrontations diplomatiques puissent désormais entrer dans les milieux d'affaires, mais glisse vers les maltraitances subies par les diplomates américains en Russie, oubliant manifestement les dérapages récents des agents de la CIA à Moscou ... L'on se croirait dans un mauvais film d'espions.
 
Le ministère russe des affaires étrangères a répondu très simplement. Les Etats Unis ont adopté des sanctions illégales envers des personnes qui ne leur conviennent pas, pour des motifs politiques. La Russie est alors également en droit d'adopter des mesures identiques à l'encontre de certaines personnalités américaines qui conduisent la propagande anti-russe, catégorie dans laquelle entre Jeffrey Shell. Les pays qui adoptent des sanctions à l'encontre de la Russie peuvent être certains d'être confrontés à des mesures équivalentes à leur égard. 
A bon entendeur ...
 

3 commentaires:

  1. Tellement sûrs d'eux, qu'ils tombent du ciel quand on leur rend la pareille. Il faut dire que les américains manquent d'habitude, mise à part la Russie, quel est le pays qui a expulsé des étasuniens?


  2. J'espère que ce n'est qu'un début et que les Russes feront profondément le ménage.




15/07/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres