perlagedediams

perlagedediams

Kadyrov, les réseaux sociaux et nous

Billet en passant: 

 
 
Internet fut au début de sa gloire le parangon de l'idéologie libertaire, un espace sans contrôle et sans règles, où tout est permis car rien n'est interdit. Une fois le naïf ferré, une fois l'accoutumance bien ancrée, les véritables règles du jeu apparaissent en fond d'écran, car aucun jeu n'existe sans règles, aucun groupe ne fonctionne sans elles, l'idéologie libertaire n'est qu'un fantasme ou une manipulation selon le cas.
Les fermetures de compte, les blocages et les restrictions fleurissent à tout va dès que vous avez le malheur de parler d'autre chose que de cuisine et de bisounours sur fond de coucher de soleil. Un instrument puissant au service d'une idéologie dominante où les interdits se sont développés comme de la mauvaise herbe. A l'image de la société d'aujourd'hui: vous êtes libre et indépendant d'être comme "tout le monde" et nous vous expliquons comment est "tout le monde". Il est comme nous le décidons.
Ramzan Kadyrov, la bête noire de la bonne pensance occientale, trop rugueux pour ce monde postmoderne, démonisé à outrance et accusé de tous les crimes, vient de voir ses comptes Instagram et Facebook fermé ... suite aux sanctions extrajudiciaires unilatérales américaines. Le maître impose ses règles dans son jeu. 
Alors, dansez maintenant!

Dans un texte publié sur VKontakte, Ramzan Kadyrov pose la question de l'interdiction de ses comptes dans les réseaux sociaux de manière intéressante.
 
 
  • Comme mon compte était officiel, Instagram a été obligé de garantir la sécurité, mais je n'ai reçu aucune réponse à ma demande d'explications;
  • Je pensais moi-même depuis longtemps fermer ces comptes, mais c'était délicat puisqu'il y a près de 4 millions de personnes qui me suivent.
  • Un réseau social est testé actuellement en Tchétchénie, il s'appelle @Mylistory;
  • Etrange de la part de ces réseaux qui tentent tellement d'avoir l'air indépendants de Washington.
Les principales questions sont, en fait, ici posées.
 
La manière dont les réseaux sociaux, si enclins à surfer sur la vague libertaire, adoptent des sanctions à l'égard des utilisateurs est totalement occultes. Il y a certes des Chartes, qui globalement n'expliquent rien. Puisque même lorsque vous ne publiez rien qui soit lié à l'extrémisme, à la pornographie, à l'incitation à la haine raciale et tout autre acte qui puisse tomber sous le coup d'une infraction pénale, vous pouvez être sanctionné. Lorsque les règles ne sont pas juridiques, elles sont politico-idéologiques. Etrange conception de la liberté qui légitime l'arbitraire.
 
L'utilisation des réseaux sociaux est non seulement devenue une habitude pour les particuliers, mais également pour les organes publics, tendance qui présente des risques réels. La solution de facilité est toujours la plus mauvaise, même si elle est souvent retenue. Les réseaux sociaux sont devenus l'instrument fétiche d'une société postmoderne basée sur la l'hyper-communication et la construction virtuelle du réel, car c'est aujourd'hui la manière la plus facile de faire passer un message, sinon une information.
Ces mécanismes ne présentent aucun danger pour ceux qui maîtrisent les instruments qui les supportent, comme les Etats-Unis, ni pour les pays qui leur sont loyaux - tant qu'ils ne sont - mais sont un réel danger pour les autres pays, ceux qui se veulent indépendants. C'est la raison pour laquelle, par exemple, la Chine a adopté des mesures de restrictions à l'égard des réseaux sociaux. Les dangers peuvent être ici de deux ordres. Ils peuvent concerner directement les organes de pouvoir qui placent une communication officielle sur une plateforme et selon des règles qu'ils ne maîtrisent pas, créent une attente, alors qu'ils peuvent être suspendus à tout instant.
Par ailleurs, ces risques, comme nous l'avons vu dans toutes les révolutions diverses et bariolées ou printemps enflammés, concernent également la stabilité de la société. En utilisant les réseaux sociaux à outrance, les pouvoirs publics en deviennent non seulement dépendants, mais également les légitiment aux yeux de la population, sans pour autant en avoir la maîtrise. Toute restriction salutaire est alors perçue comme un archaïsme. La population étant devenue aussi dépendante que les organes publics, et beaucoup plus manipulable.
 
Le moyen de compenser ces risques de sécurité nationale tout en "protégeant" ces habitudes de consommation incessante de connexion est de lancer des équivalents nationaux. Pour autant, il ne s'agit pas d'une solution, mais d'un compromis. Seulement, comme cela s'est vu avec les différentes tentatives qui ont été faites, l'équivalence n'est pas réelle, les réseaux de type Facebook ou Twitter sont beaucoup plus développés.
 
Toutefois, ces réseaux arrivent à leur point de rupture, car dans un contexte idéologique radicalisé, ils ne peuvent plus préserver l'apparence de l'indépendance. Leur longévité va alors dépendre du degré d'accoutumance des utilisateurs. Chacun s'intéressant à des sujets sensibles ou développant une argumentation plus ou moins éloignée des dogmes contemporains, et cela devient de plus en plus facile vue la rigidité de ce qu'il devient difficile d'appeler "la pensée" contemporaine, a remarqué l'ancrage idéologique de ces réseaux par une modération partisane en faveur des positions pro-LGBT, pro-ukrainien, pro-migrants, no borders, bobos de tous genres, etc.
Ceux qui ne partagent pas ces positions se font une petite place, qui est de plus en plus réduite. Et ils sont régulièrement rappelés à l'ordre lorsqu'ils transgressent ces règles évidemment non-écrites et connues de tous. Devenant ouvertement impliqués, la légitimité des réseaux sociaux va se poser.
 
Les réseaux ont longtemps pu sauver les apparences, car soit ils ne répondaient pas pour expliquer le problème dans vos publications, et ce qui n'est pas dit n'existe pas, soit ils rétablissaient après un certain temps, toujours sans rien dire. Avec le cas Kadyrov, ils viennent de passer une frontière.
 
Après que les Etats-Unis aient adopté dans sanctions personnelles contre le président de la Tchétchénie, république russe fédérée, Instagram et Facebook ont bloqué ses comptes officiels. Ce qui ne soulève strictement aucune interrogation dans la presse occidentale, lorsqu'elle en parle. Exit la question de la liberté d'expression, il s'agit de Kadyrov, le rustre du Caucase qui doit certainement manger des petits enfants après son café du matin, donc tout est justifié. Et la présentation qui en est faite n'est pas loin de cela. Dans Slate.fr, on peut lire cela:
Les photos d'un Poutine baroudeur –ici posant avec un tigre, là traversant la Sibérie à cheval– avaient fait le tour du monde et engendré leur lot de parodies. On connaît moins celles de son poulain Kadyrov, qui se faisait pourtant fort d'exhiber sur son compte Instagram tous les attributs de sa virilité, se mettant en scène en guerrier tchétchène redoutable. L'Obs y consacrait un article un peu plus tôt dans l'année, présentant ce chef d'État paré d'une cotte de mailles ou d'un blouson de cuir, soulevant des altères ou un crocodile, caressant un tigre ou une kalachnikov.
Dans The Guardian, on peut lire aussi:
The former rebel fighter, who is now loyal to the Russian president, Vladimir Putin, is a fan of social media, particularly Instagram, which he has used in recent years to make barely veiled death threats against Kremlin critics.
Ensuite viennent de longues explications sur le fait que les Etats-Unis ont pris cette décision de sanction en raison des nombreuses exécutions sommaires en Tchétchénie ... Elles sont donc justifiées au regard de la sacralité des droits de l'homme. Y aurait-il eu une enquête ou tout ce bruit est-il basé sur l'article de commande du journal radical d'opposition Novaya Gazeta, dont les accusations ont, dès le départ, été mises à mal, notamment par le fait qu'un certain nombre de personnes dites "disparues" ou "mortes d'une balle dans la tête" se sont présentées en plein forme ... (voir notre article à ce sujet).
Mais pourquoi s'arrêter à de tels détails lorsqu'une si belle action de nettoyage a enfin été réalisée par les réseaux sociaux, comme s'exclame avec une joie non cachée l'auteur de cet article dans Slate, auteur qu'il devient difficile de qualifier de journaliste ...
ce temps de la propagande mi-chèvre mi-chou n'est plus. Ou du moins est-il suspendu, à l'instar des comptes Instagram et Facebook du président, depuis le 23 décembre.
Ouf, le bon peuple pourra dormir tranquillement. Finalement, la fin justifie les moyens. La Russie a demandé des explications et la Douma s'interroge sur l'attitude à avoir face à une telle violation ouverte des libertés. Pendant ce temps-là, Facebook  a répondu, sans même plus garder le masque d'une indépendance qui n'a peut-être jamais existé:
 
 
En espérant que la chute des illusions et l'impossibilité de s'y abriter plus longtemps permettra une véritable réflexion sur la communication officielle. Est-il absolument nécessaire pour un Etat de suivre toutes les modes, de s'inscrire dans toutes les tendances, en leur donnant ainsi une importance qu'elles n'ont pas forcément et une légitimité dont elles pourraient très bien se passer?
Un Etat et les représentants de l'Etat, même les portes-paroles, peuvent-ils se comporter comme les personnes privées, avoir leurs comptes dans les réseaux sociaux, y publier leurs communiqués officiels, entre un selfie et une photo de leur arbre de Noel familial? Un Etat sera-t-il plus légitime, plus efficace, mieux compris, parce qu'il s'étale dans les réseaux sociaux, affiche ses petites misères et ses grands remèdes? 
 
Cela dépend du type d'Etat que nous voulons. Cela dépend du type de société que nous voulons. A réfléchir.
 


29/12/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres