Le Saker originalThe Sakermer., 13 mai 2015 12:23 UTCCarteTraduction : jj, relu par Diane

Image
© Inconnu
Sauf si vous lisez le russe ou surveillez la blogosphère libre, vous pourriez ne pas avoir remarqué cela, mais quelque chose de grand vient de se passer en Russie : Kerry, Nuland et une importante délégation du Département d'État se sont déplacés jusqu'à Sotchi, en Russie, où ils ont rencontré le ministre des Affaires étrangères Lavrov et le président Poutine.

Ils ont passé plus de quatre heures avec ce dernier. Non seulement cela, mais Kerry a fait quelques remarques plutôt intéressantes, en disant que l'accord de Minsk-2 était la seule façon d'avancer et qu'il mettait fortement en garde Porochenko contre l'idée de renouveler les opérations militaires.

Dire que cette évolution est étonnante serait un euphémisme. Pour commencer, cela signifie que le soi-disant isolement de la Russie est maintenant officiellement terminé, même pour l'Empire indispensable. Ensuite, et pour autant que je sache, il s'agit de la première reconnaissance officielle des accords de Minsk par les États-Unis. Ceci est plutôt humiliant étant donné que l'accord a été négocié sans eux.

Image
© Inconnu
Poutine : Réveillé John? Bienvenue dans le réel!
Pour la première fois, les États-Unis ont effectivement mis en garde la junte ukraino-nazie contre une attaque militaire. Ceci à un moment où ces derniers sont dans un état de frénésie belliqueuse et où Porochenko a tout simplement promis de reconquérir non seulement l'aéroport de Donetsk, mais tout le Donbass et même la Crimée. Pour la première fois les États-Unis et Kiev ne sont pas sur la même longueur d'onde.


© Inconnu
Enfin, les États-Unis ont, pour la première fois, déclaré que si les accords de Minsk étaient mis en œuvre, les sanctions européennes et américaines seraient levées. Fait intéressant, les Russes n'étaient même pas intéressés à discuter de la question des sanctions.

Alors qu'est-ce que tout cela veut dire?

À ce stade, rien de plus.

Les Américains sont des négociateurs farouches, et dans chaque négociation américano-russe sur le conflit en Ukraine, les Russes ont complètement mis hors-jeu à chaque fois leurs partenaires géostratégiques américains (terme russe ironique quasi-officiel pour parler des interlocuteurs occidentaux). Ce qui se passe habituellement, c'est que Kerry s'écrase, puis revient à Washington et change son fusil d'épaule à 180 degrés. Les Russes le savent et les médias russes l'ont souligné dans leurs analyses.

Pourtant, les États-Unis peuvent zigzaguer autant de fois qu'ils le veulent, la réalité, elle, va tout droit. Quoi qu'il en soit, la présence récente des troupes chinoises et indiennes sur la Place Rouge a montré que l'idée d'isoler la Russie est un fiasco retentissant, que Kerry & Co le veuillent ou pas.

Puis, il y avait le comportement plutôt intéressant de Nuland, qui était avec la délégation de Kerry; elle a refusé de parler à la presse et a levé le camp l'air plutôt malheureux. Enfin, une vérification rapide sur les organes de presse des oracles impériaux révèle que le Département de la propagande de l'Empire ne sait pas vraiment quoi faire de tout cela.

Donc que se passe-t-il vraiment? Honnêtement, c'est trop tôt pour le dire et, comme on le sait déjà, les chances d'un autre virage US sont très élevées. Pourtant, il n'est pas impossible que les Américains aient finalement (?) compris quelques faits élémentaires :
1. La Russie ne reculera pas
2. La Russie est prête à la guerre
3. L'Ukraine occupée par les nazis s'effondre
4. La plupart des pays du monde soutient la Russie
5. L'ensemble de la politique américaine envers la Russie a échoué
Tout ce qui précède est assez évident pour un observateur débutant, mais pour une administration complètement enivrée d'hubris impériale exceptionnaliste, d'ignorance crasse et de déni, ce sont des réalités très très douloureuses à admettre. Cependant, les refuser pourrait, au bout du compte, les atomiser. Comme dit l'expression, si vous avez la tête dans le sable, votre cul est à l'air.

Ainsi, il est possible que ce qui se passe soit juste le premier signe d'un dégrisement US et que Kerry soit venu explorer avec Lavrov et Poutine une sorte d'option pour sauver la face par une sortie honorable. Si tel est le cas, alors ce sont des nouvelles terminales pour Porochenko. Cela signifie que les États-Unis ont essentiellement jeté l'éponge, dégoûtés par les monstres au pouvoir à Kiev.

En outre, cela pourrait être un signe que les analystes militaires américains ont adopté une vue très négative sur les chances de succès ukraino-nazis dans leur Reconquista planifiée du Donbass. En allant en Russie et en endossant officiellement les accords de Minsk, Kerry veut peut-être envoyer un message à Porochenko : oubliez vos rêves de reconquête, ça se fera pas !

Pourtant, je voudrais vivement mettre en garde contre tout optimisme prématuré. Je considère le virage américain comme une quasi-certitude. Mon espoir est que le virage sera limité en amplitude et que quand il arrivera, il s'agira plus de sauver la face d'Obama que d'un déni de la réalité.

Il est cependant certain que la Russie a remporté une autre bataille dans cette longue guerre et que tous les signes annoncent une défaite inévitable de l'Empire.