perlagedediams

perlagedediams

Kiev. La seule forme d’existence du gouvernement actuel est la peur, tout le monde doit avoir peur. Cette technique, elle a été introduite ici par des dirigeants venus d’Amérique et de Géorgie.

Intimidation en direct à la TV ukrainienne

19 fév

 

http://kprf.ru/international/ussr/139387.html

Un chirurgien oncologue a été « lustré » sous l’œil des caméras directement dans la salle d’opération

La « démocratie » ukrainienne continue de choquer le monde entier. A Kiev, une «lustration» a frappé l’un des meilleurs oncologues du pays, le professeur Igor Chtchepotine, jusqu’à récemment directeur de l’Institut national du cancer (INC).

Il a été suspendu de son travail sous une forme totalement inacceptable – directement pendant une opération chirurgicale, alors que le patient avait déjà subi l’anesthésie et des incisions, a rapporté Vesti.ru.

Selon des proches du patient lorsque le médecin avait déjà commencé, des personnes ont fait irruption dans la salle d’opération et ont dit au professeur qu’il était limogé. Et ils l’ont forcé à quitter les lieux. Le patient est resté sur la table. Seulement après que sa famille a appelé la police, on a envoyé un autre chirurgien qui a terminé l’opération à la place de  Chtchepotine.

Le Docteur lui-même joint au téléphone a confirmé l’information à propos de l’incident :

«En tant que directeur de l’Institut j’avais terminé mon contrat le 11 Février, comme chacun sait. Cependant, je suis resté chef du département des tumeurs de la cavité abdominale de l’INC, alors je suis allé faire mon travail : sauver des vies. Ce qui est arrivé aujourd’hui dans la salle d’opération, je ne l’ai jamais vu ou ouï-dire de toute ma vie professionnelle « – a-t-il dit, ajoutant que dans la matinée lors d’une réunion de travail personne, y compris la direction ou le service du personnel ne lui a parlé de démission.

Le ministère de la Santé a promis d’élucider l’affaire. Mais pourquoi une telle chose a-t-elle été possible?

Lorsque la foule déchaînée, s’octroyant le droit de juger et de pardonner, jette dans des bennes à ordures les députés et fonctionnaires qui ne lui plaisent pas, c’est barbare et dégoûtant. Mais ici, il s’agissait de la vie d’une personne. Qui était responsable, si l’opération échouait?

– C’est du fascisme ordinaire. Et le fascisme – c’est l’idéologie de l’actuel gouvernement de Kiev, – a dit le célèbre homme politique ukrainien, ex-député de la Rada suprême Vladimir Oleynik. – Regardez ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. L’opposition est détruite. « Le bloc d’opposition » – c’est une tentative de faire entendre en quelque sorte sa voix. Mais ce n’est pas une opposition. Il n’y a pas de médias d’opposition. Le régime, en fait, a établi un contrôle strict sur tout l’espace de l’information.

 

Par exemple: à Kiev il n’y a aucune chaîne russe. Elles sont toutes interdites. Alors qu’à Donetsk les principales chaînes ukrainiennes «1 + 1» et «First National», et la 5 de Porochenko – fonctionnent. Même à Simferopol il y a tout l’éventail des chaînes de Kiev.

La démocratie, c’est là où il y a un choix, où c’est le citoyen qui fait lui-même la censure : s’il veut, il regarde ce programme et sinon il ne regarde pas. En Ukraine, c’est le fascisme totalitaire. Et la peur. Pensez-vous qu’ils ne comprenaient pas ce qu’ils faisaient quand par des coups de pied sans ménagement ils ont mis à la porte le chirurgien ? Ils comprenaient parfaitement. Tout s’est passé en présence des journalistes de l’une des chaînes de télévision centrales. En fait, c’est un acte typique d’intimidation.

« SP »: – Pour qui?

– Pour les médecins qui ont vu cela, toute cette procédure humiliante. Pour les patients à qui on a ainsi indiqué clairement que nous ne devrions pas aller contre le régime et on n’a pas besoin d’avoir son point de vue. Sinon, « voilà ce que nous pouvons faire avec vous. »

La seule forme d’existence du gouvernement actuel est la peur, tout le monde doit avoir peur. Cette technique, elle a été introduite ici par des dirigeants venus d’Amérique et de Géorgie.

« SP »: – Mais le médecin sauve des vies. Ce n’est pas de la politique …

– Il n’y a plus de moralité qui tienne. Les exécutants ne pensent à rien – ce sont des rouages dans le système. Et ceux qui donnent les instructions, ceux qui ont créé un tel système ne se soignent pas dans le pays.

L’Ukraine attend maintenant la prochaine étape de la réforme – dans un proche avenir il y aura des modifications du budget, sans lesquelles le FMI ne donnera pas de crédit. Il est prévu de réduire les 260 000 travailleurs dans la santé et l’éducation. Oseront-ils résister quand des personnes respectées comme le professeur Chtchepotine peuvent être exposées à de pareilles humiliations?



19/02/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres