perlagedediams

perlagedediams

L'Agence mondiale antidopage fait marche arrière sur les accusations contre la Russie

 
L'Agence mondiale antidopage (AMA) vient de mettre fin aux accusations portées contre 95 des 96 sportifs dont elle a vérifié individuellement la situation, pour absence de preuves, alors que leurs noms figuraient dans le rapport McLaren. Des sportifs russes privés de JO portent plainte contre l'AMA et contre McLaren pour l'atteinte portée à leur réputation. Un tournant dans cet étrange scandale parfaitement politisé.
 
L'affaire du dopage de la Russie a commencé à sortir du cadre sportif en 2015, oui après la Crimée, mais c'est certainement une coïncidence. Pour un rapide récapitulatif de ce triste show, voir en particulier ces articles rappelant comment tout a commencé par la télévision allemande et son journaliste "très" impliqué, des témoins à charge "réfugiés"  aux Etats Unis, des conflits entre l'AMA et le CIO, etc.
Le prélude, lorsque la dimension politique est évidente mais tout sa portée encore inconnue (ici), le mélodrame du meldonium (ici) et la transformation de la lutte antidopage en arme politico-médiatique (ici). Ce qui a conduit à suspendre collectivement les sportifs russes, contre l'avis du président du CIO qui a fini, mais un peu tard, par s'interroger sur la légalité d'une responsabilité collective et non individuelle.
Dans la foulée, en plus de l'athlétisme, d'autres fédérations ont suivi, et même les sportifs russes paralympiques furent interdits de JO et le sont toujours pour 2018 alors que la Russie s'est conformée aux exigences olympiques.
 
La Russie n'a jamais contesté l'existence de dopage dans le sport national, comme dans d'autres pays (voir ici comment l'AMA autorise le dopage de certaines stars du sport), mais elle a toujours contesté l'existence d'un programme étatique de dopage et remet en cause la validité d'une responsabilité collective: ne doivent être sanctionnés que les sportifs qui se sont dopés, le sport doit être en dehors de la politique. Or, aujourd'hui tout est politique.
 
Or, après tous les dégâts apportés à la réputation des sportifs russes et au sport russe en général, un article vient discrètement de sortir dans le New York Times:
 
 
Que s'est-il passé ? L'AMA a commencé l'examen individuel du cas des sportifs russes accusés de dopage dans le devenu légendaire rapport McLaren.
Et sur les 96 cas examinés, elle a du mettre un terme aux accusations portées contre ... 95!
Et cela pour faute de preuves.
Donc, si l'on comprend bien, le rapport McLaren ne comprenait pas de preuves ?
Mais c'est exactement ce que la Russie affirmait.
 
En attendant, les sportifs russes commencent à se retourner contre l'AMA et McLaren, non pas dans la presse, mais devant la justice, pour le préjudice important qui a été porté à leur réputation en associant leur nom aux affaires de dopage dont ils sont innocents et en les privant ainsi de la possibilité de participer aux JO de Rio. Aujourd'hui trois sportifs, demain combien? Ce serait une première si des sportifs innocents pouvaient laver leur réputation devant la justice, ces structures et ces experts soi-disant indépants (de qui?) sortiraient de leur royale impunité.
 
Mais que faire des JO de Rio? Que faire des résultats obtenus? Car d'une certaine manière, l'AMA et McLaren ont faussé les résultats des JO et favorisé certains pays.



14/09/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres