perlagedediams

perlagedediams

L'auteur de «L'affaire Légeret, un assassin imaginaire» affirme, via deux faits nouveaux, que François Légeret est innocent.

Eric Cottier «prend acte» de la parution du livre

AFFAIRE LÉGERET

Mis à jour le 19.05.2016 10 Commentaires 

«J'en prendrai connaissance et déterminerai ma position à l'issue de cet examen», indique Eric Cottier.

«J'en prendrai connaissance et déterminerai ma position à l'issue de cet examen», indique Eric Cottier.
Image: Keystone

Le procureur général du canton de Vaud prend acte de la parution du livre «L'affaire Légeret, un assassin imaginaire». Eric Cottier relève qu'un certain nombre de dossiers aux délais impératifs l'obligent à différer la lecture de l'ouvrage.

«Je prends acte de la sortie de ce livre et du courriel que son auteur Jacques Secretan m'a fait parvenir. J'en prendrai connaissance et déterminerai ma position à l'issue de cet examen», indique jeudi Eric Cottier.

 

Faits nouveaux

Dans ce livre sorti la veille, Jacques Secretan affirme avoir découvert deux faits nouveaux qui démontrent que François Légeret n'est pas l'auteur du triple homicide commis à Vevey (VD) en décembre 2005. Après deux procès, l'homme de 51 ans aujourd'hui a été condamné à la perpétuité.

A cause de nombreux dossiers en cours et prioritaires, le procureur note qu'il ne peut «pas tout lâcher» pour traiter ce livre et les demandes de son auteur. Ce dernier a affirmé mercredi devant la presse que François Légeret devait être mis en liberté au plus vite et que le procureur devait de lui-même demander la révision du procès, tant «l'erreur judiciaire est flagrante».

 

Plutôt le Texas

Durant la conférence de presse, Jacques Secretan a dit tout le mal qu'il pensait du fonctionnement de la justice. Au niveau vaudois, «je n'ai jamais vu ça, autant d'incompétences». Il a souligné qu'il préférerait encore «le Texas» au canton de Vaud s'il lui arrivait de devoir passer en justice.

Si le procureur général ne devait pas se ranger à l'avis de l'auteur du livre et demander une révision du procès, Jacques Secretan a indiqué que François Légeret le ferait. «C'est une aberration, on ne peut pas le maintenir en prison, avec rien».

 

S'adresser à la Cour d'appel

François Légeret, qui se déclare innocent, a déjà demandé à de nombreuses reprises la révision de sa condamnation. Selon l'article 410 du Code de procédure pénale, tout lésé peut adresser par écrit une telle requête motivée à la juridiction d'appel.

(ats/nxp)

10 Commentaires

Louis Fornet

 
19.05.2016, 22:34 Heures

Comment ce mec arrive-t-il à dormir ? Pas Légeret, l'autre. Vivement que cette affaire soit enfin résolue. Pauvre canton de Vaud.Répondre

 

evgenia xenia

 
19.05.2016, 21:07 Heures

Le procureur avait été vu en train de manger quelques jours avant le procés de FL avec le fils biologique que Mme Légeret avait déshérité et à qui profite la condamnation de FL.Répondre

 

Michel GASSER

 
19.05.2016, 18:29 Heures

Si les indications contenues dans le livre sont factuelles, je ne vois qu'une solution : tout reprendre à zéro. On ne peut pas continuer d'ignorer certains éléments.Répondre

 

Michèle Herzog

 
19.05.2016, 22:00 Heures

A Michel Gasser: Vous avez raison et cette fois sans oublier de traiter toutes les pistes. Plusieurs suspects sont concernés ... Il faut déterminer clairement à qui profite ce crime.

 

Jean-Charles Scheurer

 
19.05.2016, 18:10 Heures

Le canton de vaud rejoint quasi le tiers monde en terme de justice! Pour nos instances, la politique de la police a toujours raison et est appliquée depuis trop longtemps et particulièrement par ce Cottier qui est capable d'envoyer des personnes en prison pour longtemps, sans preuve, juste des fortes présomptions. Et nous on devrais avoir confiance dans la justice et la police.et les respecter???.Répondre

 

Safa Gladys

 
19.05.2016, 18:03 Heures

Je n'ai pas lu le livre mais vraiment l'enquête et les à côté étaient t un peu loufoques... Est-il innocent pour autant ? Se serait le moment de le savoirRépondre

 

Michèle Herzog

 
19.05.2016, 17:58 Heures

Dans le canton de Vaud, quand un juge déclare un fait faux, il est impossible ensuite de le faire corriger. Les articles 410 et 83 du Code de procédure pénale sont impossibles à faire appliquer. Les juges trouvent toujours une raison pour ne pas les appliquer. La justice vaudoise est un piège. Et malheureusement M. Légeret en subit les très graves conséquences. Avec tout mon soutien à cet homme.Répondre

 

françoise schneller

 
08:07 Heures

@schaefer, c'est bien cela le problème de certains : - j'y crois pas ! alors qu'une justice équitable C'est : - des preuves ! Ce que dit Madame Herzog ci dessus, est tout à fait juste je peux en témoigner.

 

Frank Schaefer

 
19.05.2016, 19:24 Heures

Vous vous croyez où? Quand savez vous qu'il est innocent? J'y crois pas! Vous m'avez plus l'air d'être une touriste dans la matière!

 

Michèle Herzog

 
19.05.2016, 17:50 Heures

J'ai acheté ce livre ce matin et je l'ai presque terminé. Dans une affaire financière, naturellement beaucoup moins grave, j'ai compris que la justice civile et pénale utilise mille astuces pour ne pas appliquer les lois, pour étouffer certains faits (en l'occurrence des infractions pénales réalisées par des citoyens dominants). J'étais la seule personne non coupable et j'ai été condamnée !



20/05/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres