© AP Photo/ albaraka_news, File
Le ralentissement des opérations des Hashd al-Shaabi (milices chiites irakiennes) contre les djihadistes de l'Etat islamique à Ramadi et à Fallouja est dû à l'ingérence des Etats-Unis, ayant sans doute décidé d'évacuer les meneurs terroristes, selon le chef des miliciens chiites. 

Le commandant des milices chiites irakiennes Hashd al-Shaabi ("Rassemblement populaire") a déclaré que les Etats-Unis évacuent d'Irak les leaders du groupe Etat islamique (EI, ou Daech) pour la durée des opérations spéciales à Ramadi et à Fallouja, rapporte l'agence iranienne Fars

"Le ralentissement des opérations spéciales dans les villes de Ramadi et de Fallouja de la province (majoritairement sunnite, ndlr) d'Al-Anbar est le résultat de l'ingérence des Etats-Unis. Tout indique que les Américains ont décidé d'évacuer les chefs de file de Daech à bord d'hélicoptères dans une destination inconnue", a notamment indiqué Haidar al-Hosseini al-Ardavi. 

Appuyées par les Hashd al-Shaabi et l'aviation de la coalition conduite par les Etats-Unis, les forces irakiennes continuent à nettoyer Ramadi de Daech, dont deux centaines de djihadistes peuvent encore se trouver au centre de la ville. 

La reconquête de Ramadi qui se situe à 100 km à l'ouest de Bagdad et qui est tombée entre les mains des terroristes en mai dernier revêt une importance stratégique. Quoi qu'il en soit, cette reconquête se fait au ralenti. 

Lancée à la fin de mai, l'opération de reconquête militaire a été ralentie d'abord par les chaleurs estivales insoutenables dans cette région désertique puis par les pièges explosifs et les attaques-suicides de l'EI, ainsi que l'impréparation des forces irakiennes. 

Il n'est pas à oublier non plus que Daech a eu des mois pour préparer ses défenses et le combat urbain est ce qu'il y a de plus difficile, font remarquer les experts.