perlagedediams

perlagedediams

La fibromyalgie, deux approches pour comprendre la maladie

dimanche 15 mars 2015

La fibromyalgie, appelée parfois aussi du nom compliqué de syndrome polyalgique idiopathique diffus, n'est pas une maladie récente car elle est étudiée depuis le début du 18ème siècle. Elle symbolise la chape de dévalorisation vécue par le sexe dit "faible" dans la société.

Étymologiquement, le mot fibromyalgie signifie "douleur des fibres musculaires".
 
Une première approche en décodage biologique va donner le mot-clé "dévalorisation". Ananda Myers, dans le magazine Néosanté (dont je publie de temps en temps la newsletter de son éditeur, Yves Rasir), aborde ce sujet dans le numéro 1:
 
 
Les fibromyalgiques sont souvent des personnes plus que courageuses, trop gentilles, trop bonnes, trop généreuses. En majorité, il s’agit de femmes, bien que les hommes puissent également en être atteints. Étant dévalorisées à l’extrême, elles paient n’importe quel prix pour avoir quelques miettes d’amour. Seules, isolées, même et surtout si elles ont un entourage, leur corps ne fait qu’exprimer leur immense souffrance morale.
 
La douleur morale intense est le commun dénominateur de tous les cas. Elles ont donc, dans un premier temps, besoin d’être écoutées et entendues.
Un de leurs grands drames est d’être incomprises car la fibromyalgie est la maladie « façade » par excellence : elles arrivent toutes avec le sourire, charmantes, soignées, voire coquettes. Dehors, tout semble aller bien, dedans, tout s’écroule. 
 
N’ayant aucun symptôme physique, sauf de rares cas accompagnés de problèmes articulaires, agissant comme si de rien n’était, leur entourage ne comprend rien et ne tient pas compte de leurs souffrances, douleurs, fatigue extrêmes.
 
Bien sûr, elles se plaignent un peu (si peu) mais les apparences sont tellement trompeuses que les proches n’y voient que du feu et ne leur viennent guère en aide. Cependant, pour chaque effort réalisé (porter le sac à provisions ou le pack d’eau, étendre la lessive,…), elles paient le prix fort : la souffrance se décuple pour quelques heures, jours, voire semaines, et la fatigue aussi.
 
Cinq conflits
 
Très souvent, il leur faut de longues années avant d’avoir un diagnostic, pour s’entendre dire que c’est incurable. Si la médecine conventionnelle ne parvient guère à les secourir, en décodage, nous avons bien des cas de guérisons complètes. Les conflits invariants de la fibromyalgie sont au nombre de cinq : dévalorisation profonde, impuissance, chute verticale, séparation, souffrance/ douleur morale incommensurable. Autrement dit, ce type de thèmes se retrouvera systématiquement, en même temps ou séparément, dans les drames familiaux et personnels de ceux qui sont atteints de cette pathologie. Les maladies sont comme les pissenlits : si vous arrachez la mauvaise herbe sans éliminer la racine, vous avez la garantie d’avoir bientôt un nouveau pissenlit.
 
 

 
Un travail complet et sérieux en décodage consiste donc toujours – au minimum – en l’étude des racines du problème (psychogénéalogie et projet périnatal, également nommé projet-sens) où résident les causes cachées du déroulement de nos vies, et d’une étude des événements de vie (programmants et déclenchants) afin, bien sûr, de comprendre, résoudre, changer de regard et évoluer.
 
Dévalorisation
 
Ouvrir le barrage, laisser couler tant de douleur contenue amène une atténuation graduelle des symptômes.
 
Les thèmes de leur vie sont très lourds :
 
• Les morts sont plus aimés que les vivants.
• La séparation définitive de l’être sans lequel on ne peut vivre
• La calomnie, la diffamation, la dévalorisation grave, les injures, la violence verbale
• Le contact long (mariage, travail) avec de vrais manipulateurs qui les détruisent à petit feu
• Les coups et blessures, menaces de mort, l’obligation d’obéir sous la menace
• L’inceste, le viol, les sévices sexuels
 
Ces personnes sont tellement dévalorisées qu’elles ne réalisent pas que ce qu’on leur fait subir est inadmissible.
 
Souvent apparaît aussi le thème de n’être pas dans la bonne direction, de vivre une vie qui ne correspond pas à leurs aspirations.
 
Mémoires généalogiques
 
Comprendre le sens de leur maladie,découvrir les causes profondes de leurs souffrances (psychogénéalogie, projet-sens) permet de déposer le fardeau.
 
Les mémoires généalogiques sont toujours excessivement dramatiques :
• Camps de concentration ou de travail
• Expérimentation sur l’humain dans les camps nazis
• Enrôlement de force dans l’armée ennemie et obligation de tuer les siens
• Morts très violentes
• Deuils jamais faits d’un enfant, d’un conjoint
• Vexations terribles, lynchage, torture
• Horreurs de guerre
• « Cendrillon », esclave
• Exclusion, rejet total, vexations (tout le monde a de la viande au repas, sauf elles)
• Jalousies féroces
• Malversations financières
• Violences, coups, blessures, menaces, tirs
• Infidélité
• Pauvreté extrême
• Menace de guerre, guerre
• Accouchements atroces
• Écroulement des rêves d’amour
• Séquestration pour cacher une grossesse
• Abandon (passif ou actif )
 
Pour guérir
 
Les projets-sens ne sont que la continuité de ces thèmes.
 
Pour guérir, le fibromyalgique devra:
 
• Arrêter d’être un « paillasson » (c’est l’expression d’une consultante complètement guérie)
• Développer un véritable amour de soi et une haute estime de lui-même qui lui permettra de gérer la frontière entre la gentillesse et l’excès de bonté
• Apprendre à dire non et à mettre des limites afin de se respecter lui-même et d’obliger les autres à le respecter
• Comprendre qu’il a droit au bonheur et au respect
• Parfois, changer de situation de vie.
Dans ce cas, si la personne ne le fait pas, il y a amélioration mais pas guérison complète.
 
Dans l’ensemble des personnes qui ont fait, avec moi, un travail approfondi et complet en décodage, le pourcentage de guérisons à long terme est de l’ordre de 80 %. Telle Marijke qui, toutes douleurs et fatigue disparues, a fait avec son mari les travaux de maçonnerie de leur nouvelle maison, tout en reprenant à temps plein son métier et son rôle de mère de famille. Elle est guérie depuis 2003.
 
Certaines personnes gardent 20 à 30 % de symptômes car le retour à la santé induit la perte de leur pension d’invalidité ou la reprise d’un métier détesté ["bénéfices secondaires de la maladie", inconscients la plupart du temps].
D’autres encore annulent très vite leurs rendez-vous  : souvent, sous l’influence du conflit de diagnostic, elles ne croient pas en leur possible guérison ou bien n’ont pas le courage d’affronter leurs souffrances. Dommage, car la fibromyalgie est une maladie où le retour à la santé est simple et exempt de toute complication. C’est un cheminement graduel vers une vie douce et paisible, remplie d’énergie et de bien-être.
 
Dans le numéro 31, Jean-Brice Thivent conclut en disant de la fibromyalgie qui touche à 90 % le sexe féminin :
 
Les femmes atteintes de fibromyalgie sont dans une logique de devoir plutôt que de plaisir. Toute leur problématique est d’arriver à sortir d’une culpabilité leur interdisant de s’octroyer du plaisir et de réapprendre à jouir de la vie. Elles sont comme prisonnières du conflit de " ne pas vouloir mais de devoir faire sans pouvoir refuser".
 
(Pour découvrir et s'abonner à Néosanté, le meilleur magazine actuel selon moi pour comprendre la maladie, c'est ici : http://www.neosante.eu)
 
****************
 
Voici une deuxième approche, intuitive, par le Dr Rita Louise
 
 
Une approche intuitive de la fibromyalgie
 

La fibromyalgie, un appel à prendre soin de soi
 
Par le Dr. Rita Louise



Traduit par Hélios



Mon père fait de l'hypertension. Il s'est débrouillé pour obtenir plus de remboursements, de remises et de trucs gratuits que quiconque de ma connaissance. Il va marchander sur le prix d'un objet ou la qualité de services rendus. Traîner quelqu'un en justice ne le rebute pas s'il estime avoir été floué d'une manière ou d'une autre. Je me moque de lui, l'appelant râleur professionnel. Pour lui cependant, c'est une sorte de passe-temps. Ce qu'il ne voit pas, c'est le lien entre ses actes et son hypertension.

Quand nous vivons une souffrance ou de l'inconfort, notre corps nous dit "Excuse-moi, quelque chose ne tourne pas rond, je suis en déséquilibre et je souhaite revenir à l'équilibre. La maladie, d'un autre côté, est un moyen pour le corps de dire "Hé ! Je veux attirer ton attention sur quelque chose. Je tente de me faire remarquer depuis des mois. Maintenant tu DOIS faire attention à moi."

La fibromyalgie est également un appel à prendre soin de notre corps, à accomplir des changements dans notre vie. Pour étayer cette assertion, laissez-moi décrire d'abord ce que n'est pas la fibromyalgie d'un point de vue énergétique.

Intuitivement, la fibromyalgie n'est pas une sclérose multiple (SM). La SM est une maladie qui touche le système nerveux du corps. Au niveau énergétique, les nerfs de quelqu'un affligé de SM semblent endommagés et se débattre comme un tuyau traversé par de l'eau que personne ne tient fermement. Les individus avec une SM, ont l'impression de ne pas avoir de contrôle de leur vie ou de passer leur temps à se débattre.

Intuitivement, la fibromyalgie n'est pas de l'arthrite. Sur le plan énergétique, l'arthrite apparaît comme des particules blanches qui circulent dans le système veineux. Ces particules s'accumulent habituellement dans les articulations des personnes affectées, juste comme de la mousse et des débris qui s'assemblent et s'accumulent dans les moindres recoins d'un cours d'eau. On confond couramment fibromyalgie et arthrite. L'arthrite, cependant, affecte l'appareil squelettique du corps, alors que la fibromyalgie touche le système musculaire.

Intuitivement, la fibromyalgie n'est pas un syndrome de fatigue chronique. Le syndrome de fatigue chronique se manifeste comme un brouillard dans l'aura (le champ électromagnétique entourant le corps) en lien avec un chakra (centre d'énergie du corps). Les individus avec un syndrome de fatigue chronique veulent habituellement se dissocier du monde qui les entoure ou sont dans le déni de certains problèmes très profonds. Ces problèmes sont en général en rapport avec le chakra concerné.

Qu'est la fibromyalgie ? La fibromyalgie est une maladie qui touche entre 7 et 10 millions d'américains. Une personne reçoit un diagnostic de fibromyalgie quand elle souffre de douleurs chroniques du système musculaire pendant plus de 3 mois consécutifs. Il n'y a actuellement aucune cause connue et aucun traitement avéré pour la fibromyalgie. Intuitivement, elle apparaît comme des toxines dans le système musculaire du corps.

Chacun de nous stocke normalement des toxines dans le corps. Nous avons tous expérimenté ceci en ressentant certains endroits sensibles dans le cou et les épaules lors d'une séance de massage. Ces endroits sensibles, nœuds ou points déclics [on les nomme aussi "points exquis" non sans humour, NdT] sont des endroits du corps où nous concentrons une énergie non désirée ou des émotions refoulées, les toxines étant la manifestation physique du problème.

Quand nous nous blessons ou activons l'un de nos points déclics, les nerfs répondent en libérant une substance chimique nommée ATP [adénosine triphosphate, dont le rôle est de fournir l'énergie nécessaire aux réactions chimiques des cellules, NdT]. La diffusion d'ATP est interprétée par le cerveau comme une douleur. Selon Depak Chopra, le cerveau peut déclencher une libération d'ATP simplement à la suite d'une pensée ou d'une sensation particulières.

Le corps de ceux qui souffrent de fibromyalgie sont incapables de traiter l'ATP. Elle n'est pas évacuée de l'organisme par les processus métaboliques habituels. Ce qui suscite une vive réaction des nerfs environnants, leur faisant également produire de l'ATP. Ce qui entraîne une réaction en chaîne, comme des dominos, jusqu'à ce que la totalité du groupe musculaire ou du corps soit touché. Le corps se retrouve avec cet amas de toxines emprisonnées dans le corps jusqu'à ce qu'elles soient éliminées par l'organisme, permettant le retour à 'une "santé normale".

En considérant intuitivement la fibromyalgie, la question sous-jacente qui m’apparaît autour de cette maladie est que la personne qui souffre a vécu toute sa vie dans l'abnégation et la volonté de guérir les autres. C'est elle qui donne le dernier morceau de pain du dîner même si elle a encore faim ; celle qui prend soin d'un ami ou d'une relation malade même si elle est fiévreuse ; celle qui travaillera à un projet, même s'il ne cadre pas avec ce qu'elle ressent, l'accomplissant uniquement parce qu'on le lui a demandé. Maintenant, bien que le don de soi soit une chose merveilleuse, ces individus reçoivent un message en termes non douteux : "Tu as besoin de prendre soin de toi !"

Il existe plusieurs choses possibles pour atténuer les douleurs associées à la fibromyalgie.

La première est l'exercice physique. Bien qu'aujourd'hui l'exercice ne soit pas quelque chose de très couru, il peut procurer un avantage certain. L'exercice physique, peu importe de quel type, que ce soit la marche, les étirements ou le pédalage sur un vélo d'appartement, oblige les muscles à augmenter leur niveau d'oxygène et à faire affluer plus de sang dans les muscles. Cette augmentation circulatoire aide le corps à chasser les toxines piégées. Une minute d'exercice par jour est de loin bien meilleur que pas d'exercice du tout.

Le massage, bien qu'il ne soit pas aussi efficace que l'exercice, est un autre bon moyen d'augmenter la circulation dans les groupes musculaires. Le massage est particulièrement bienfaisant car il aide à travailler sur les points déclics du corps.

La relaxation, la méditation et les soins énergétiques comme le reiki sont une bonne manière de se libérer de l'énergie superflue du corps, démontant certains problèmes émotionnels sous-jacents qui retiennent les toxines et entretiennent les points déclics du corps.

Avec l'accélération de notre société, et le besoin de tout faire vite, prendre un long bain chaud est rapidement devenu passé de mode. Les bains sont un excellent moyen d'aider le corps à libérer l'énergie accumulée. Ajoutez des "sels d'Epsom" [ou sulfate de magnésium, à acheter en pharmacie, NdT], du sel marin ou même du bicarbonate de soude à l'eau du bain. Sur le plan énergétique, l'eau, surtout quand on y ajoute du sel ou du bicarbonate de soude, assiste le corps dans l'élimination des toxines de la peau, détend les muscles et aide à attirer "l'énergie", qui n'appartient à la personne, hors du corps. Ce n'est pas seulement une sensation agréable, c'est bienfaisant.

Faites attention à ce que vous mettez dans votre corps. Mangez-vous beaucoup d'aliments transformés ? Buvez-vous du café, du thé ou du coca ? Votre alimentation consiste-t-elle en conserves et en aliments congelés ? Fumez-vous ? Ce qui est recherché, c'est de diminuer la quantité de toxines stockée dans le corps et non de les encourager...

Buvez beaucoup d'eau pour activer l'élimination des toxines.

Essayer de noter ce que vous mangez chaque jour, ce que vous ressentez ou faites-le juste avant une crise. Recherchez les pensées, sensations et actions qui vous sont habituelles. Cela vaut le coup ; je pense que vous serez vraiment surpris par ce que vous découvrirez.

Si vous souffrez de fibromyalgie, imaginez pendant un moment que votre mari, votre femme, votre enfant ou un ami proche en soit affecté. Que feriez-vous ou diriez-vous pour les aider à accomplir ces changements dans leur vie ? Vous avez maintenant l'occasion de retourner vers vous cette bienveillance et de prendre soin de vous. Donc faites-le ! Donnez-vous-en la permission !


15/03/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres