Le vieux Sanaa comme vous ne le verrez jamais plus

 

Par Stephen Gowans – Le 6 novembre 2017 – Source What’s Left

 

En octobre 2916, deux journalistes de Reuters ont publié un article exclusif sous le titre « As Saudis bombed Yemen, U.S. worried about legal blowback ». (Lorsque les Saoudiens ont bombardé le Yémen, les États-Unis se sont souciés des répercussions légales). 1.

 

Les journalistes, Warren Strobel et Jonathan Landay, révélaient que des experts juridiques au Département d’État américain avaient averti la Maison Blanche que les États-Unis pourraient être accusés de crimes de guerre en lien avec la campagne de bombardements de l’Armée de l’air saoudienne au Yémen.

 

Jusqu’à présent, la campagne de bombardements a fait des dizaines de milliers de morts, encore plus de blessés et privé d’abri plus de 10% de la population yéménite. Jointe à des blocus navals et aériens, l’agression a créé des conditions proches de la famine pour environ 25% à 40%  de la population et a contribué à une épidémie de choléra frappant des centaines de milliers de personnes.

 

Selon Strobel et Landay, « des responsables du Département d’État (…) manifestaient en privé leur scepticisme à l’égard de la capacité de l’armée saoudienne de cibler les militants houthis sans tuer des civils et détruire des ‘infrastructures importantes’ » 2.

 

Les responsables ont reconnu que les frappes aériennes étaient aveugles (un crime de guerre), mais ont dit que la nature sans discernement des bombardements était due à l’inexpérience des pilotes saoudiens et à la difficulté de distinguer les combattants ennemis ne portant pas d’uniforme de la population civile.

 

Tout de même, dans la mesure où les bombardements sont aveugles, quel qu’en soit le motif, cela constitue un crime de guerre.

Le second point soulevé par les juristes du Département d’État est que les États-Unis sont des cobelligérants dans la guerre.

 

L’article de Reuters n’a pas révélé la véritable dimension de l’implication des États-Unis mais a reconnu que Washington fournit les bombes que les pilotes saoudiens déversent sur le Yémen et que l’Armée de l’air américain ravitaille les bombardiers saoudiens en vol.

 

En d’autres termes, les États-Unis jouent un rôle en facilitant la campagne de bombardements aveugles.

C’était une grande préoccupation de l’équipe juridique du Département d’État.

 

Le juristes ont souligné que si les bombardements indiscriminés sont l’œuvre des pilotes saoudiens, la responsabilité de crime de guerre pourrait aussi être imputée aux États-Unis par le biais d’un instrument juridique que Washington avait aidé à créer ; d’où la peur du retour de bâton légal.

 

L’instrument juridique a été créé par la Cour spéciale des Nations unies sur la Sierra Leone, que les États-Unis ont soutenue sinon suscitée. La Cour avait statué que le président du Liberia Charles Taylor était coupable de crimes de guerre commis dans la guerre civile en Sierra Leone, même si Taylor n’y était pas lorsque les crimes ont été commis. De plus, Taylor lui-même n’avait pas de lien direct avec les crimes. Ceci, tout le monde l’a reconnu.

 

Mais cela, a déclaré le tribunal, n’avait pas d’importance. Ce qui comptait était que Taylor avait fourni « aide concrète, soutien moral et encouragement » aux gens de Sierra Leone qui avaient commis les crimes de guerre. Par conséquent, avait jugé le tribunal, Taylor était également coupable de crimes de guerre. 3.

 

Les États-Unis ont utilisé le même instrument juridique pour inculper les détenus d’al-Qaïda à Guantánamo Bay pour le crime du 9/11, même si les détenus en question n’étaient pas directement impliqués dans ces attaques. Il suffisait qu’ils aient fourni soutien moral et encouragement à ceux qui les avaient commises. 4.

 

Cet instrument, qui a bien servi à Washington pour enfermer les gens qu’il n’aimait pas, se révèle maintenant problématique, et la raison en est que les États-Unis fournissent aide pratique, soutien moral et encouragement aux Saoudiens dans une campagne de bombardements aveugles (donc un crime de guerre). Le personnel de l’armée américaine et les fonctionnaires officiels prêtent par conséquent le flanc à des accusations de crimes de guerre selon un principe juridique que Washington a aidé à instaurer.

 

Pire, Washington offre aux Saoudiens bien plus que seulement des encouragements et du soutien moral. Il fournit également un soutien diplomatique à son allié arabe, ainsi que les bombes qui sont déversées sur les Yéménites, et les avions qui larguent les bombes. En plus, il forme les pilotes qui font voler les avions de combat qui larguent les bombes.

Et ce n’est pas tout. Les États-Unis font également voler leurs propres drones et leurs avions de reconnaissance au-dessus du Yémen pour collecter des renseignements afin de sélectionner les cibles sur lesquelles les pilotes saoudiens largueront les bombes. 5.

 

Ils fournissent aussi des navires de guerre pour imposer un blocus naval. Et, de manière significative, ils gèrent un centre d’opérations pour coordonner la campagne de bombardements avec les satellites américains qui y participent, dont l’Égypte, le Bahreïn, le Koweït, le Qatar et la Jordanie – les royaumes, émirats, sultanats et dictatures militaires qui composent les alliés arabes des États-Unis, tous anti-démocratiques.

 

Autrement dit, non seulement les États-Unis fournissent encouragement et soutien moral aux Saoudiens, mais ils dirigent de fait la guerre contre le Yémen. En langage militaire, les États-Unis ont le commandement et le contrôle. La seule chose qu’ils ne font pas est de fournir les pilotes qui larguent les bombes.

 

Voici ce qu’a rapporté le Wall Street Journal : « un porte-parole du Pentagone a dit que les États-Unis avaient des forces spéciales sur le terrain et fournissaient renseignements aériens, surveillance et reconnaissance, planification opérationnelle[c’est moi qui souligne], interdiction maritime, sécurité, soutien médical et ravitaillement en vol ». 6. Selon le journal, les planificateurs de la guerre au Pentagone dirigent un centre d’opérations commun où les cibles sont choisies pour que les pilotes saoudiens y larguent leurs bombes. 7.

 

Lorsqu’on dirige un centre d’opérations, on dirige la guerre.

Donc il y a deux aspects importants de la guerre : tout d’abord, les bombardements sont aveugles et par conséquent un crime de guerre – et Washington le sait. Ensuite, les États-Unis sont impliqués dans la guerre à un degré rarement, sinon jamais, admis et reconnu.

 

En fait, la guerre contre le Yémen est presque universellement décrite comme une guerre menée par les Saoudiens. C’est une description erronée. C’est une guerre menée par les États-Unis.

 

La guerre est conforme au but immédiat des États-Unis dans les mondes arabe et musulman – éliminer toute opposition militante organisée à la domination américaine du Moyen-Orient. C’est un but qui explique l’opposition de Washington à des entités aussi diverses que le gouvernement syrien de Bachar al-Assad, la République islamique d’Iran, le Hezbollah et le Hamas, et al-Qaïda. Alors que ces États et ces organisations ont différents projets, ceux-ci se recoupent sur un aspect : tous s’opposent à la domination par les États-Unis sur les mondes arabe et musulman.

 

Il y a deux organisations qui s’opposent militairement à la domination étasunienne du Yémen en particulier, et plus largement du monde musulman : al-Qaïda dans la péninsule Arabique et les Houthis. Toutes deux sont islamistes. Toutes deux s’opposent implacablement à l’ingérence américaine et israélienne dans le monde musulman. Et toutes deux sont engagées dans la libération du Yémen de la domination américaine. Mais elles ont des approches différentes.

 

Al-Qaïda dirige ses attaques contre ceux qu’elle appelle ses ennemis lointains et proches. L’ennemi lointain est les États-Unis, le centre d’un empire que Zbigniew Brzezinski, une figure majeure de la politique étrangère américaine, avait appelé une hégémonie d’un nouveau type avec une portée et une échelle mondiale sans précédent – en d’autres termes, le plus vaste empire dans l’histoire de l’humanité.

 

L’ennemi proche, en revanche, selon l’idéologie d’al-Qaïda, comprend les éléments qui composent l’Empire américain – les gouvernements locaux subordonnés aux États-Unis et soumis aux commandements de Washington (le Yémen sous le précédent gouvernement, l’Arabie saoudite, Bahreïn, l’Égypte, etc.).

 

Al-Qaïda mène des campagnes à la fois contre ses ennemis lointains et proches, c’est-à-dire contre des cibles occidentales sur le sol occidental et contre les gouvernements locaux qui collaborent avec les États-Unis ou agissent comme leurs agents.

 

Les Houthis, en revanche, se calquent sur le Hezbollah et le Hamas. Ils se concentrent sur ce qu’al-Qaïda appelle l’ennemi proche, c’est-à-dire les gouvernements locaux qui sont des extensions du pouvoir mondial des États-Unis. Le Hezbollah se concentre sur l’ingérence occidentale au Liban, le Hamas sur l’occupation israélienne de la Palestine et les Houthis sur les lieutenants occidentaux au Yémen, mais ils ne cherchent pas à frapper des cibles occidentales sur le sol occidental comme le fait al-Qaïda.

+++

Avant que les Houthis ne prennent le contrôle du gouvernement, Washington menait une guerre au Yémen contre al-Qaïda dans la péninsule Arabique.

Washington avait déployé des forces spéciales et la CIA pour faire face à une branche d’al-Qaïda au Yémen, qui avait organisé l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris en 2015 et une tentative de faire exploser un avion de ligne à Detroit à Noël 2009.

Mais ces attaques d’al-Qaïda n’étaient que le symptôme du fait que les États-Unis mènent une guerre. Ils disent qu’ils font la guerre contre le terrorisme, mais en fait, ils font la guerre aux forces qui s’opposent à la domination américaine du monde musulman.

Que certaines de ces forces utilisent parfois des méthodes terroristes, et qu’elles s’engagent dans des politiques violentes est moins important pour Washington que le fait qu’elles soient contre la domination et l’influence des États-Unis.

+++

Les États-Unis étaient préparés à mener unilatéralement une guerre contre al-Qaïda au Yémen, sans la coopération de l’ancien gouvernement de ce pays.

Le contre-amiral John Kirby, un porte-parole du Pentagone, a dit : « C’est certain, un partenaire volontaire au Yémen (…) rend les missions beaucoup plus efficaces. Mais nous avons aussi prouvé notre capacité de poursuivre des terroristes en divers endroits. Nous (…) conservons ce droit. » 8.

 

C’était vraiment une déclaration extraordinaire, parce que Kirby reconnaissait en paroles ce qui était déjà évident dans les faits : que les États-Unis ne reconnaissent la souveraineté d’aucun pays. Ils se donnent le droit d’intervenir partout, militairement ou autrement, que le gouvernement de ce pays accepte l’intervention ou non.

 

L’exemple le plus frappant de Washington s’arrogeant le droit d’intervenir unilatéralement dans n’importe quel pays pour poursuivre ses objectifs de politique étrangère est l’invasion américaine de la Syrie, pratiquée malgré l’opposition du gouvernement syrien, et sans le moindre respect du droit international qui interdit de telles violations du principe de la souveraineté nationale.

 

Peu après les attentats du 11 septembre, la CIA a persuadé le président du Yémen d’alors, Ali Abdullah Saleh, d’autoriser l’armée américaine à conduire des opérations au Yémen contre des cibles d’al-Qaïda. Saleh était réticent à renoncer à la souveraineté du Yémen, mais il a cru que s’il refusait la demande américaine, Washington envahirait le pays (comme il se réservait le droit de le faire). Par conséquent, sous la contrainte, Saleh a accepté de permettre à la CIA de faire voler des drones Predator armés de missiles Hellfire au-dessus de son pays et d’autoriser l’entrée des forces spéciales de l’armée américaine au Yémen. 9. En d’autres termes, il a accepté l’occupation de son pays par les États-Unis.

 

Au début de 2011, lorsque la guerre contre al-Qaïda dans la péninsule Arabique était en cours, une révolte massive contre le gouvernement Saleh a éclaté, qui faisait partie de ce qu’on a appelé le Printemps arabe. Elle a impliqué des dizaines de milliers de Yéménites participant à des sit-ins qui duraient des semaines.

 

Washington a soutenu Saleh tout au long de ces troubles, tout en demandant en même temps que le président syrien Bachar al-Assad s’en aille, affirmant (faussement) que lui, Assad, avait perdu le soutien de sa population. En revanche, Saleh, bien qu’il n’ait aucun soutien populaire (ou très peu), a bénéficié de l’appui américain – et il l’a obtenu parce que, contrairement à Assad, il était disposé à céder la souveraineté de son pays aux États-Unis.

 

Après des mois de troubles au Yémen, Washington est arrivé à la conclusion que la poursuite du règne de Saleh n’était plus viable. Il était devenu beaucoup trop impopulaire et il y avait des risques qu’ils soit renversé par la révolte populaire. Celui qui a pris sa place pourrait ne pas être aussi docile.

 

Donc des réunions ont été organisées avec des chefs de l’opposition pour faire en sorte que les opérations américaines continuent. Finalement, un plan a été accepté dans lequel Saleh s’en irait en faveur de son vice-président. 10.

 

Hadi s’est avéré n’être pas plus populaire que Saleh, bien qu’il se soit révélé exactement aussi populaire auprès de Washington que l’était son prédécesseur. Les hauts responsables américains ont soutenu Hadi parce qu’il laissait au Pentagone les mains libres au Yémen.11.

 

Les Yéménites, en revanche, n’aimaient pas Hadi – et ils ne l’aimaient pas pour de nombreuses raison, notamment parce qu’il était perçu, avec raison, comme une marionnette des États-Unis.

En septembre 2014, les Houthis, qui avaient lancé une insurrection dix ans plus tôt, se sont emparés de la capitale, revendiquant un plus grand partage du pouvoir. En février 2015, ils avaient pris le contrôle du gouvernement. Peu après, Hadi s’enfuit en Arabie saoudite.

 

Que voulaient les Houthis ?

L’objectif auto-proclamé des Houthis – leur projet politique – est de nettoyer le pays des dirigeants corrompus au service de puissances étrangères. Ils sont contre l’ingérence des États-Unis et d’Israël dans les affaires du Yémen. Un porte-parole houthi a dit : « Nous sommes simplement opposés à l’ingérence de ces gouvernements. » 12.

 

En 2015, Newsweek a rapporté que « fondamentalement, ce que les Houthis disent être la volonté des Yéménites, c’est : la responsabilité du gouvernement, la fin de la corruption, des services publics réguliers, des prix du pétrole équitables, des occasions d’emploi pour les Yéménites ordinaires et la fin de l’influence occidentale ». 13

 

Newsweek a aussi rapporté que « de nombreux Yéménites pensent que les Houthis ont raison de rejeter l’influence occidentale et son mode de décision » 14.

 

Donc quelle était la situation pour les États-Unis, en février 2015, avec le gouvernement Hadi impopulaire chassé et les Houthis engagés pour l’indépendance du Yémen, prenant le contrôle du gouvernement ?

 

La situation était bien pire qu’elle ne l’avait été lorsque Washington avait commencé sa guerre contre al-Qaïda au Yémen. Au lieu d’un seul groupe s’opposant militairement à la domination étasunienne du Yémen, il y en avait maintenant deux, et le contrôle du gouvernement avait échappé aux mains de la marionnette de Washington. Dans un effort pour renverser une situation allant se détériorant, Washington a poussé à une guerre contre les Houthis, en superposant une nouvelle guerre à celle existant contre al-Qaïda dans la péninsule Arabique.

 

Mais l’administration étasunienne n’était pas autorisée légalement à mener une guerre contre un groupe dont le mandat était interne au Yémen et qui n’était pas impliqué dans les attaques du 9/11. Le Congrès étasunien avait accordé au président une autorisation illimitée à « utiliser toute la force nécessaire et adéquate contre les pays, organisations et personnes dont il estime qu’ils ont planifié, autorisé, commis ou aidé les attaques terroristes qui se sont produites le 11 septembre 2011, ou ont hébergé ces organisations ou ces personnes »15.

 

Cela comprenait al-Qaïda dans la péninsule Arabique, mais pas les Houthis.

Si les États-Unis devaient entrer légalement en guerre contre les Houthis, ils devraient rechercher et obtenir l’autorisation du Congrès. Et les chances de la Maison Blanche d’obtenir le consentement du Congrès pour une telle guerre était proche de zéro. Donc Washington a préparé un mensonge. Il a mis les Saoudiens en avant et a dit que c’était eux qui menaient la guerre contre les Houthis.

 

Pour donner au mensonge un semblant de crédibilité, on a dit aux Saoudiens de voir les Houthis comme une menace. Les Houthis étaient censés être des proxys de l’Iran, un pays que les Saoudiens considèrent comme leur principal rival au Moyen-Orient.

Mais c’était absurde. En avril 2015, le Conseil de sécurité nationale a déclaré : « Nous estimons toujours que l’Iran n’exerce pas de commandement et de contrôle sur les Houthis au Yémen », ajoutant : « Il est faux de considérer les Houthis comme une force proxy pour l’Iran. » 16.

 

Les États-Unis ont lancé la guerre contre les Houthis pour deux raisons : premièrement, parce que les Houthis sont une force militaire organisée contre l’ingérence étasunienne au Yémen. Et deuxièmement, parce que les Houthis avaient chassé un gouvernement dont la soumission aux États-Unis avait été utile à Washington pour poursuivre une campagne visant à éliminer une autre force militaire contre l’ingérence américaine dans le monde musulman, à savoir al-Qaïda. Le but de la guerre est de chasser les résistants Houthis souverainistes et de ramener la marionnette malléable qu’est Hadi.

 

Donc les États-Unis ont organisé une guerre en utilisant les pilotes saoudiens comme fer de lance, exactement de la même manière qu’ils poursuivent une guerre contre ISIS en Irak et en Syrie en utilisant les Kurdes comme fer de lance. Dans les deux cas, les États-Unis assurent le contrôle et le commandement tandis qu’en Syrie et en Irak les Kurdes fournissent les bottes sur le terrain et, au Yémen, les Saoudiens procurent les pilotes dans le ciel.

 

Mais la guerre contre les Houthis n’est pas plus une guerre menée par les Saoudiens que la guerre des États-Unis contre ISIS n’est une guerre menée par les Kurdes. Les dirigeants américains n’envoient pas de botte sur le terrain ni de pilote dans le ciel s’ils peuvent avoir quelqu’un qui combat pour eux.

 

En 1949 déjà, la journaliste américaine Marguerite Higgins remarquait comment « un investissement intelligent et intensif d’hommes et d’officiers américains aguerris pouvait être utilisé pour entraîner des forces locales à tirer pour vous »17.

 

Plus récemment, en 2015, The Wall Street Journal rapportait que les « forces d’intervention spéciales de l’Amérique ont débarqué dans 81 pays, la plupart d’entre elles entraînant des commandos locaux à combattre pour que les troupes américaines n’aient pas à le faire »18.

 

Il y a un grand nombre d’avantages pour les États-Unis à utiliser des forces locales pour combattre de manière à ce qu’ils n’aient pas à le faire. Premièrement, des économies. Cela coûte moins cher au Trésor américain d’avoir des pilotes saoudiens pour larguer des bombes sur les Houthis que d’avoir des pilotes américains pour faire la même chose. Ensuite, le contrôle de l’opinion publique. Il ne faut pas obtenir son consentement à une nouvelle guerre américaine. Enfin, cela évite certaines obligations juridiques, comme la nécessité d’obtenir une autorisation légale pour la guerre.

 

Du point de vue de l’État américain, mener une guerre depuis les coulisses et laisser les forces locales assumer le fardeau d’être le fer de lance est plus simple, plus rentable, moins problématique légalement et rend les questions du consentement du public plus faciles à gérer.

 

Une autre raison pour laquelle nous devrions croire que la guerre contre le Yémen est une guerre menée par les États-Unis et non par les Saoudiens est que la stratégie de sécurité nationale américaine insiste sur le leadership étasunien. Il est inconcevable que les États-Unis cèdent à un pays satellite la direction d’une campagne militaire dans laquelle ils sont engagés.

 

Les prises de position sur le leadership américain abondent dans les déclarations des politiciens, chefs militaires et commentateurs étasuniens. « Nous dirigeons le monde », a déclaré l’ancienne ambassadrice américaine aux Nations unies, Samantha Power. 19

« La question n’est jamais de savoir si l’Amérique devrait diriger, mais comment nous dirigeons », affirmait la Stratégie de sécurité nationale d’Obama. 20. Barbara Stephenson, la présidente de l’American Foreign Service Association, décrit les États-Unis comme ayant un « rôle de leadership mondial »21.

 

Dans son second discours d’investiture, Bill Clinton a décrit les États-Unis comme chargés d’une mission spéciale, celle de diriger le monde. 22. John McCain a récemment dit que les États-Unis avaient « l’obligation » de diriger. 23.

 

Est-ce qu’un pays avec une telle fixation sur le leadership accepterait volontiers un rôle de soutien de second rang dans une campagne militaire, dans un pays où il avait déjà lancé une guerre et consacré des années à la mener ? Si la réponse n’est pas évidente, la réalité que les planificateurs de guerre américains préparent la planification des opérations de la guerre devrait dissiper tous les doutes sur qui occupe vraiment le siège du conducteur.

 

C’est une guerre menée par les États-Unis pour l’empire, contre une force militaire organisée qui insiste sur la souveraineté du Yémen ; qui insiste sur l’autodétermination : et qui par conséquent rejette le leadership américain (un euphémisme pour le despotisme et la dictature des États-Unis).

 

Si nous sommes attachés à la démocratie, nous devrions soutenir ceux qui combattent le despotisme des empires ; nous devrions soutenir ceux qui insistent sur l’égalité de tous les peuples en matière d’autodétermination. Nous devrions soutenir ceux qui trouvent répugnant que les États-Unis revendiquent leur droit à intervenir dans les affaires de tout pays, indépendamment du fait que le peuple de ce pays soit d’accord avec l’intervention ou non.

 

Le combat des Yéménites pour organiser leurs propres affaires, à leur propre manière, dans leurs propres intérêts, par leurs propres efforts, libérés de l’ingérence des empires et de leurs proxies locaux, est un combat qui nous concerne tous.

 

La lutte pour mettre fin à la guerre contre le Yémen, et la lutte plus importante pour mettre fin à l’empire, au despotisme, à la dictature des États-Unis n’est pas seulement une lutte pour la paix, mais une lutte pour la démocratie – et une lutte pour les valeurs de liberté (par rapport au despotisme) et d’égalité (de tous les peuples à décider de leurs propres affaires) héritées des Lumières.

 

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

 
  1. Warren Strobel and Jonathan Landay, « Exclusive : As Saudis bombed Yemen, U.S. worried about legal blowback » Reuters, October 10, 2016 ↩
  2. Strobel et Landay ↩
  3. Strobel et Landay ↩
  4. Strobel et Landay ↩
  5. Mark Mazzetti and Eric Schmitt, « Quiet support for Saudis entangles U.S. in Yemen », The New York Times, March 13, 2016. ↩
  6. Gordon Lubold et Paul Sonne, « U.S. troops return to Yemen in battle against Al Qaeda, Pentagon says », The Wall Street Journal, May 6, 2016. ↩
  7. Lubold et Sonne ↩
  8. Damian Paletta et Julian E. Barnes, « Yemen unrest spells setback for U.S. », The Wall Street Journal, January 23, 2015 ↩
  9. Dana Priest, « U.S. military teams, intelligence deeply involved in aiding Yemen on strikes », The Washington Post, January 27, 2010. ↩
  10. Mark Mazzetti, « U.S. is intensifying a secret campaign of Yemen airstrikes », The New York Times, June 8, 2011. ↩
  11. Paletta and Barnes ↩
  12. Ben Hubbard, « Plight of Houthi rebels is clear in visit to Yemen’s capital », The New York Times, November 26, 2016. ↩
  13. « Photo essay : Rise of the Houthis », Newsweek, February 9, 2015 ↩
  14. Newsweek ↩
  15. Authorization for Use of Military Force, S.J.Res.23, September 14, 2001 ↩
  16. Kenneth Katzman, « Iran’s Foreign Policy », Congressional Research Service, August 24, 2016 ↩
  17. Bruce Cumings, « Korea’s Place in the Sun : A Modern History », W.W. Norton & Company, 2005, p. 255 ↩
  18. Michael M. Phillips, « New ways the U.S. projects power around the globe : Commandoes », The Wall Street Journal, April 24, 2015 ↩
  19. « U.S. envoy urges no cut in U.N. funding », The Associated Press, January 13, 2017. ↩
  20. US National Security Strategy, 2015 ↩
  21. Felicia Schwartz, « U.S. to reduce staffing at embassy in Cuba in response to mysterious attacks », The Wall Street Journal, September 29, 2017 ↩
  22. William J. Clinton, Inaugural Address. January 20, 1997 ↩
  23. Solomon Hughes, « Trump warns McCain : ‘I fight back’ », The Wall Street Journal, October 17, 2017 ↩