perlagedediams

perlagedediams

La mort d'une bonne personne : Crash du Tu-154, disparition d'une philanthrope qui transportait des médicaments en Syrie

Sputnik dim., 25 déc. 2016 13:12 UTC


© Google
Elizavéta Glinka avec Poutine
« Elle y acheminait des médicaments et des fauteuils roulants pour les civils syriens. En Russie, beaucoup de gens l'aidaient à recueillir du fret (destiné aux Syriens, ndlr) et elle envoyait les marchandises en Syrie et dans la Donbass », a fait savoir le maire d'Ekaterinbourg Evgueni Roïzman, ami du célèbre médecin, cité par les médias russes. 

Et de rappeler que c'est Elizavéta Glinka qui avait créé le premier hospice de la Communauté des États Indépendants (CEI). 

« Liza était toujours prête à aider. Elle a même participé à l'extinction des feux de forêt en 2010. Elle était pleine d'énergie qu'elle partageait avec les gens », a-t-il encore ajouté. Mme Glinka est la Fondatrice de l'organisation caritative Aide juste qui soutenait les personnes atteintes de cancer en phase terminale, les personnes en difficultés et les SDF. Inondations, feux de forêts, glissements de terrain — elle se précipitait toujours sur les lieux des catastrophes pour aider les victimes. Son dernier poste sur sa page Facebook était dédié à la paix. 

« Il y a six ans, Véra (directrice et médecin en chef des premiers hospices de Moscou et de Kiev) a disparu. Cette conférence date d'il y a dix ans. À quel point le monde a changé depuis. Combien de gens font déjà partie du passé, combien de nouveaux amis ont émergé de nulle part. Merci à tous ceux qui sont à nos côtés. J'attends que la guerre prenne fin et qu'on cesse de se dire et de s'écrire des mots méchants, et j'y crois. J'espère qu'il y aura beaucoup d'hospices, qu'il n'y aura pas d'enfants blessés ou affamés. À la prochaine! Véra ». 

L'avion militaire Tu-154, qui se dirigeait vers la base aérienne russe de Hmeimim, près de Lattaquié, dans l'ouest de la Syrie, et s'est abîmé ce matin en mer Noire, transportait 92 personnes, dont huit membres d'équipage et 84 passagers, des soldats russes, des chanteurs des Chœurs de l'Armée rouge (Ensemble Alexandrov) et des journalistes. L'avion a disparu des radars peu après son décollage ce dimanche matin à 05H40 (02H40 GMT). Des débris de l'avion ont été retrouvés en mer Noire. Des militaires du Comité d'enquête de Russie ont ouvert une enquête criminelle sur le crash du Tu-154. 

Le gouvernement a été chargé de former une commission spéciale à ces fins avec le ministre du Transport à sa tête, a rappelé M. Poutine. 

Le ministère russe de la Défense privilégie la thèse d'une défaillance technique de l'avion et n'exclut pas la possibilité que la qualité du carburant soit à l'origine de la catastrophe. La version d'une erreur de pilotage est considérée comme peu probable, les pilotes étant très expérimentés. Les conditions météorologiques étaient aussi favorables dans la zone de décollage. La thèse de l'attentat est également pratiquement réfutée, étant donné que seul un personnel fiable peut travailler sur des vols de ce type. Il y avait à bord uniquement des personnes qui se connaissaient bien, il n'y avait pas d'individus non autorisés. De plus, s'il y avait eu une explosion au-dessus de la mer, des témoins se seraient manifestés.

Commentaire : Lire aussi:

Crash du Tu-154 : on n'écarte pas « une situation extrême » à bord avant la tragédie

Pour l'heure, l'enquête privilégie trois pistes principales - une défaillance technique, une erreur de pilotage et un attentat. Comme le juge un expert russe, une situation extrémale aurait pu se produire à bord de l'appareil. Le crash au large de la mer Noire tout de suite après le décollage aurait pu être provoqué par une situation extrême survenue au bord de l'appareil, considère Vitaly Andreïev, ex-responsable au Centre de gestion du trafic aérien de Russie. 

© Google
Que s'est-il passé ?
« Après le décollage et une brève durée de vol — deux minutes — l'avion a perdu tout contact et n'a envoyé aucun signal de détresse. Ceci peut témoigner de l'avènement d'une situation d'urgence à bord : soit un facteur qui a agi de l'extérieur, soit un obstacle rencontré, ce qui est peu probable », estime l'expert riche de 47 ans d'expérience dans l'aviation. 

Selon lui, le Tu-154 est un appareil très sûr. « Il n'existe pas de miracles et ils ne tombent pas sans raison », a-t-il souligné. 

« Dans mon expérience, j'ai déjà vu des Tu-154 atterrir avec trois moteurs en panne », explique-t-il. Selon lui, une panne constatée à bord de l'appareil n'aurait pas empêché l'équipage d'envoyer un signal de détresse. « Ceci signifie qu'une situation extrême est advenue. La pratique montre qu'il pourrait s'agir d'un détournement de l'avion », a expliqué M. Andreïev, avant de conclure que les boîtes noires permettront de répondre à toutes les questions avec 99,99% de précision.
L'avion militaire Tu-154, qui se dirigeait vers la base aérienne russe de Hmeimim, près de Lattaquié, dans l'ouest de la Syrie, et qui s'est abîmé ce matin en mer Noire, transportait 92 personnes, dont huit membres d'équipage et 84 passagers, des soldats russes, des chanteurs des Chœurs de l'Armée rouge (Ensemble Alexandrov) et neuf journalistes. Les chaînes de télévision Perviy Kanal, NTV et Zvezda ont confirmé la présence de leurs employés à bord du Tu-154 sinistré.

Commentaire : Lire aussi :


26/12/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres