perlagedediams

perlagedediams

La question du mensonge est cruciale pour la survie humaine.

Comment la plus grande technologie jamais développée s’est retournée contre nous

 

La sélection naturelle est probablement le facteur qui a conduit l’elk irlandais à développer des bois surdimensionnés : ils étaient un élément bénéfique pour les mâles dans le jeu de la concurrence sexuelle. Cependant, le poids des bois était aussi un fardeau et il a été soutenu que c’était l’une des raisons, peut-être la principale, qui ont conduit à l’extinction de cette espèce, il y a environ 7 000 ans. Dans le cas des humains, on peut considérer le langage comme une caractéristique avantageuse de l’évolution, mais aussi comme quelque chose qui peut très bien révéler des conséquences négatives comme les bois des élans : le tsunami de mensonges auquel nous sommes constamment exposés.

Le langage est la véritable rupture de l’homme avec tout ce qui marche, rampe ou vole sur la terre. Aucune autre espèce (à l’exception des abeilles) n’a un outil qui peut être utilisé pour échanger des informations complexes entre les individus pour décrire, par exemple, où la nourriture peut être localisée et en quelles quantités. C’est le langage qui crée l’ultra-sociabilité de l’être humain. C’est le langage qui nous permet d’être ensemble, de planifier, de faire avancer les choses. Le langage peut être considéré comme une technologie de communication d’une puissance incroyable. Mais, comme pour toutes les technologies, elle a des conséquences inattendues. 

Nous savons tous que le son que nous écrivons comme cerf est associé à un type spécifique d’animal. Avec ce symbole, vous pouvez créer des phrases telles que «J’ai vu un cerf près de la rivière, allons le chasser !» Mais, lorsque vous créez le symbole, à certains égards, vous créez le cerf – une créature fantomatique qui a quelques-unes des caractéristiques du cerf réel. Vous pouvez imaginer les cerfs, même s’il n’y a pas de véritable cerf autour de vous. Et ce symbole a une certaine puissance, peut-être que vous pourriez faire apparaître un cerf en prononçant son nom ou en dessinant son symbole sur le mur d’une grotte. C’est le principe que nous appelons magie sympathique, qui est peut-être la forme la plus ancienne et la plus fondamentale de la magie. 

La création d’un cerf virtuel est une chose utile si la correspondance avec les vrais cerfs n’est pas perdue. 1. Le problème avec le langage est que ce n’est pas toujours le cas. Le cerf dont vous parlez peut ne pas exister, il peut être une illusion, une erreur ou, pire, une ruse pour piéger et tuer un de vos ennemis. Telle est l’origine du concept que nous appelons mensonge. Vous pouvez utiliser le langage non seulement pour collaborer avec vos voisins, mais aussi pour les tromper. Nous avons la preuve que nos ancêtres étaient confrontés à ce problème grâce aux premiers documents écrits que nous avons. Dans certaines anciennes tablettes sumériennes qui remontent au troisième millénaire avant notre ère 2, nous constatons que parmi les moi (les pouvoirs) que la Déesse Inanna avait volés au Dieu Enki, un de ces pouvoirs était de «prononcer des paroles de tromperie». 

La question du mensonge est cruciale pour la survie humaine. Mentir rend la communication inutile puisque vous ne pouvez pas faire confiance aux personnes avec qui vous communiquez. Le cerf dont votre ami vous a dit qu’il était près de la rivière a disparu dans l’espace virtuel : vous ne pouvez pas dire s’il était réel ou non. La technologie prodigieuse du langage, développée pendant des centaines de milliers d’années, s’autodétruit comme conséquence involontaire du mensonge. 

Toutes les technologies ont des conséquences inattendues, toutes se prêtent à certains types de solutions technologiques. Lutter contre les mensonges, cela nécessite d’évaluer les déclarations et de savoir qui les profère. La façon la plus simple de le faire est de baser l’évaluation sur la confiance. Nous connaissons tous l’histoire du garçon qui criait au loup, probablement aussi ancienne que l’homo sapiens. Dans ses différentes versions, il est dit que «Si vous mentez une fois, vous ne serez plus jamais cru». Et cela fonctionne; cela a bien marché pendant des centaines de milliers d’années et cela fonctionne encore. Pensez à votre cercle actuel de connaissances ; ces personnes que vous connaissez personnellement et qui vous connaissent depuis un certain temps. Vous leur faites confiance ; vous savez qu’ils ne vont pas vous mentir. C’est pour cette raison que vous les appelez amis, copains, potes, etc. 

Mais cela ne fonctionne qu’aussi longtemps que vous maintenez vos relations au sein d’un petit groupe, et nous savons que la taille d’un cercle de relations étroites ne dépasse normalement pas plus d’environ 150 personnes (cela s’appelle le Nombre de Dumbar). Au sein de ce groupe, la réputation de chaque membre est connue par tout le monde et les menteurs sont facilement identifiés et frappés d’infamie (ou même expulsés). Le problème est venu quand les gens ont commencé à vivre dans les grandes villes. Ensuite, la plupart des gens ont dû interagir avec un plus grand nombre de personnes que ce nombre de Dumbar. Comment pouvons-nous dire si quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré avant, est digne de confiance ou pas ? Dans cette situation, la seule défense contre les escrocs sont les indices indirects : la façon de se vêtir, la façon de parler, l’aspect physique ; mais aucun n’est aussi efficace que la confiance en quelqu’un que vous connaissez bien. 

Mais ce ne fut rien en comparaison de ce qui est advenu avec l’âge des médias de masse. Vous pouvez lire des choses, entendre des choses, voir des choses dans les médias, mais cela ne vous donne vraiment aucune idée de l’endroit d’où ces communications sont venues. Vous ne pouvez pas non plus vérifier si la réalité virtuelle qui vous est renvoyée correspond au monde réel. Comme les médias ont élargi leur portée, les personnes qui les contrôlent ont découvert que le mensonge était facile et qu’ils n’avaient que très peu à perdre dans le mensonge. Côté réception, il n’y avait que des gens confus et incapables de vérifier les informations qu’ils recevaient. Les médias pouvaient facilement leur dire des mensonges qui restaient non découverts, au moins pendant un certain temps. Pensez à l’histoire des armes de destruction massive que l’Irak était censé avoir développées avant l’invasion de 2003. Dans ce cas, le mensonge est devenu évident après qu’aucune de ces armes n’est apparue en Irak après l’invasion, mais les menteurs avaient obtenu ce qu’ils voulaient et ils n’ont souffert d’aucune conséquence de leur action. C’était une époque ou un adjoint de Donald Rumsfeld aurait dit : «Maintenant, nous pouvons créer notre propre réalité.» Un triomphe de la magie sympathique, en effet. 

Ensuite, l’Internet et les médias sociaux sont venus et ils ont démocratisé le mensonge. Maintenant tout le monde peut mentir à tout le monde, simplement en partageant un message. La vérité ne vient plus de la confiance dans les personnes qui la transmettent, mais du nombre de likes et de partages qu’un message a reçus. La vérité n’est peut-être pas aussi virale, mais elle semble être devenue exactement ce qu’en est la perception générale : si quelque chose est partagé par beaucoup de gens, alors cela doit être vrai. 

Donc, aujourd’hui, on nous ment en permanence, de manière cohérente, dans la joie et par tout le monde et à peu près sur tout. Des demi-vérités, de pures inventions, des distorsions de la réalité, des jeux de mots, des faux drapeaux, des statistiques faussées et plus encore, sont le lot des communications que nous croisons tous les jours. Le tsunami des mensonges qui nous tombent dessus est presque inimaginable et il a des conséquences, des conséquences désastreuses. Il nous rend incapables de faire confiance en quoi que se soit ou en quelqu’un. Nous perdons le contact avec la réalité, nous ne savons plus comment filtrer les messages innombrables que nous recevons. La confiance est un enjeu majeur dans la vie humaine ; ce n’est pas pour rien si le diable est nommé le père du mensonge (Jean 8:44). En effet, ce que l’anthropologueRoy Rappaport appelle les «mensonges diaboliques», sont les mensonges qui altèrent directement le tissu même de la réalité. Et si vous perdez le contact avec la réalité, vous êtes vous-même perdu. C’est peut-être ce qui se passe pour nous tous. 

Certains d’entre nous trouvent qu’il est plus facile de simplement croire ce qui leur est dit par les gouvernements et les lobbies ; d’autres se placent dans une posture de méfiance généralisée de tout, tombant facilement victimes de mensonges opposés. Les mensonges diaboliques sont fractals, ils cachent encore plus de mensonges à l’intérieur, ils font partie de plus grands mensonges. Considérons un événement tel que les attaques du 9/11 à New York; il est maintenant caché derrière une telle couche de multiples mensonges de toutes sortes, que ce qui est arrivé ce jour-là est impossible à discerner, et peut-être destiné à rester tel quel pour toujours. 

Donc, nous sommes revenus à la question du garçon qui criait au loup. Nous sommes le garçon, nous ne faisons plus confiance à personne, personne ne nous fait plus confiance, et le loup est là pour de vrai. Le loup prend la forme du réchauffement climatique, de l’épuisement des ressources, de l’effondrement des écosystèmes, et plus encore, mais la plupart d’entre nous sommes incapables de le reconnaître, même d’imaginer, qu’il puisse exister. Mais comment reprocher à ces gens qui ont été trompés tant de fois qu’ils ont décidé qu’ils ne croiraient plus du tout ce qui vient d’un canal même légèrement officiel ? C’est une catastrophe majeure et cela se produit en ce moment, devant nos yeux. Nous sommes devenus l’un de ces anciens cerfs détruits par le poids de ses cornes prodigieuses. Le langage nous joue un tour, pétaradant sur nous après nous avoir été si utile. 

Nous croyons souvent que la technologie est toujours utile et que les nouvelles technologies nous sauveront des catastrophes qui nous affligent. Je commence à penser que ce dont nous avons besoin n’est pas davantage de technologie, mais moins. Et si la langue est une technologie, il me semble que nous en ayons trop d’elle, vraiment. Nous entendons trop de discours, trop de mots, trop de bruits. Peut-être avons-nous tous besoin d’un moment de silence. Peut-être que Lao Tzu a vu cela déjà depuis longtemps quand il a écrit dans le Tao Te Ching 3 

Trop de discours conduit inévitablement au silence.
Mieux vaut en venir rapidement au néant. 

Par Ugo Bardi – Source Cassandra Legacy 

Liens 

08/02/16 : L’Empire des mensonges 
 
 
Note du Saker Francophone
 
Parmi les solutions de la démondialisation, il y a la recréation de liens tribaux chez nous, comme ils existent encore chez certaines populations immigrées en Europe, sans tomber dans des excès prédateurs. C'est une arme d'auto-défense de groupe séculaire et dans le cas du djihadiste caché à Molenbeeck, c'est un facteur qui a dû jouer au moins autant que la complicité passive. Le dénoncer reviendrait à détruire cette confiance qui leur est si précieuse, de leur point de vue. C'est légitime, mais cela pose le problème de l'assimilation de ces communautés dans les nations européennes. Parmi les outils qu'il va falloir reconstruire, il y a l'ostracisation. C'était le seul pouvoir coercitif des druides dans la civilisation celte, mais c'était une condamnation à mort puisque les ostracisés ne pouvait plus retrouver la confiance ailleurs, n'étant pas de la tribu. Pour éviter les arnaques à la Sécu, il suffirait d'obliger les fraudeurs à faire la preuve de leur bonne foi et à payer pour ça des huissiers pendant quelques années. Cela calmerait les ardeurs des plus malins, sans parler de ne plus pouvoir accéder à vie à des fonctions publiques ou à des fonctions de confiance. J'en connais un dont la phobie administrative deviendrait un sacré handicap. Enfin, pour rebondir sur l'argument d'Ugo sur le côté fallacieux d'internet et des médias alternatifs qui peuvent aussi propager involontairement ou volontairement des mensonges, la question se pose aussi pour nous et nos publications. Le Saker Francophone a une vue perçante, certes, mais le risque d'intoxication ou de mal-information est réel. Nous restons persuadés de ne pas le faire volontairement, mais le doute est là, qui ronge et qui taraude. La question se pose donc sur chaque texte; vous devez aussi vous la poser et diversifier vos sources.

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone 

Notes 

Je me rappelle de mon enfance dans les années 1970, où en colonie de vacances, on nous avait organisé une chasse au Gaspi. Je me souviens encore de notre incrédulité de découvrir le soir, dépités de ne pas l’avoir trouvé, que le Gaspi n’existait que dans notre imagination après une seule après-midi à sa recherche dans les bois. Je garde encore le triste souvenir de réaliser que je ne verrais jamais ce magnifique Gaspi que j’avais sûrement dû magnifier vu ma fertile imagination, NdT 
 
De Nin Me Sara, traduit par Betty De Shong Meador 
Traduit par E. C. Lau 


04/04/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres