perlagedediams

perlagedediams

Le Council on Foreign Relations (CFR) dit au gouvernement qu’ils doivent utiliser la propagande contre les Américains

Un membre du Council on Foreign Relations a insisté sur le fait que le gouvernement des États-Unis doit faire de la propagande envers ses propres citoyens.
Le Council on Foreign Relations (CFR) a récemment présenté un exposé orwellien qui, sans surprise, est passé inaperçu dans les médias grand public, dans lequel Richard Stengel du CFR a transmis l’idée que les gouvernements “doivent” faire de la “propagande” directe auprès de leur propre population nationale.
Le Conseil est reconnu comme l’un des plus anciens et des plus importants groupes de réflexion de l’élite du pouvoir américain, et il établit souvent l’ordre du jour sur des questions politiques importantes. En tant qu’ancien rédacteur en chef du Washington Post, Richard Harwood, dans une chronique intitulée Ruling Class Journalists, a décrit le Conseil comme étant “ce qui se rapproche le plus d’un établissement dirigeant aux États-Unis”.
Harwood a écrit avec admiration : “L’appartenance de ces journalistes au Conseil, quelle que soit la façon dont ils pensent d’eux-mêmes, est une reconnaissance de leur rôle actif et important dans les affaires publiques et de leur ascension dans la classe dirigeante américaine. Ils ne se contentent pas d’analyser et d’interpréter la politique étrangère des États-Unis ; ils aident à le faire… Ils font partie de cet établissement, qu’ils le veuillent ou non, partageant la plupart de ses valeurs et de ses visions du monde.”Voir l'image sur Twitter
Council on Foreign Relations links to major media holdings
 
Full graphic here:
https://swprs.files.wordpress.com/2017/08/cfr-media-network-hdv-spr.png - 28 janv. 2018
Selon le rapport de Swiss Propaganda Research :
À l’insu du grand public, de nombreux dirigeants de médias et journalistes de haut niveau de presque tous les grands médias américains sont depuis longtemps membres de l’influent Council on Foreign Relations (CFR).
 
Créé en 1921 en tant qu’organisation privée et bipartite pour “éveiller l’Amérique à ses responsabilités mondiales”, le CFR et ses quelque 5 000 membres d’élite façonnent depuis des décennies la politique étrangère des États-Unis et le discours public à ce sujet. Comme l’a expliqué un membre célèbre du Conseil, l’objectif était en effet d’établir un empire mondial, même s’il s’agit d’un empire “bienveillant”.
M. Stengel, ancien rédacteur en chef du magazine TIME, a déclaré à l’auditoire lors d’un événement de la CFR à la fin avril, intitulé Political Disruptions: Combating Disinformation and Fake News (Perturbations politiques : combattre la désinformation et les fausses nouvelles), que les gouvernements “doivent” diriger la “propagande” vers leurs propres populations.

 
Dans la vidéo complète de l’événement du CFR montré ci-dessous, Stengel plaide ouvertement en faveur de la propagande contre les citoyens américains à partir de 1:15:26.


Ben Decker also labels the alleged leak of documents last year showing offshore accounts in the Cayman Islands associated with Emmanuel Macron as fake news, despite the fact that the leak's authenticity has never been definitively confirmed or debunked
https://www.alienvault.com/blogs/labs-research/macronleaks-a-timeline-of-events  pic.twitter.com/inGniSwkFB
 
https://www.youtube.com/watch?v=wu64HP-PL40&feature=youtu.be 21:51 - 11 mai 2018
M. Stengel, ancien haut fonctionnaire du gouvernement des États-Unis, chef du bureau de la diplomatie publique et des affaires publiques au département d’État de 2013 à 2016, et expert régulier sur MSNBCa expliqué :
Fondamentalement, chaque pays crée sa propre histoire narrative et vous savez, mon ancien travail au département d’État était qualifié de “principal propagandiste”, les gens avaient l’habitude de plaisanter à ce sujet. Nous n’avons pas parlé de propagande… Je ne suis pas contre la propagande. Tous les pays le font, et ils doivent le faire pour leur propre population, et je ne pense pas nécessairement que ce soit si terrible.
 
Zero Hedge rapporte que le site biographique personnel de Stengel note qu’il a “aidé à créer et à superviser” le Global Engagement Center au département d’État dont la mission officielle est de “contrer la propagande et la désinformation des organisations terroristes internationales et des pays étrangers” (avec un “accent particulier sur la Russie”).
Le plus inquiétant est peut-être le fait qu’un homme qui dit publiquement “ne pas être contre la propagande” envers la “propre population” du gouvernement américain a récemment été nommé comme “membre distingué” dans le cadre du Digital Forensic Research Lab (DFRLab) du Conseil de l’Atlantique.
Oui, le même Conseil de l’Atlantique qui épouse un programme fortement anti-russe financé par le milliardaire ukrainien Victor Pinchuk, qui a également fait don d’au moins 10 millions de dollars à la Fondation Clinton. Il se trouve que Pinchuk est le directeur technique et cofondateur de CrowdStrike – la société utilisée par le DNC pour inspecter leurs serveurs prétendument piratés par la Russie, après avoir refusé au FBI l’accès aux mêmes serveurs.
Évidemment, le DNC semble avoir un comportement très particulier en refusant l’accès du FBI à leurs serveurs, et en s’appuyant sur une société privée – à moins qu’ils n’aient une arrière-pensée. Par conséquent, l’évaluation de CrowdStrike a servi de base à la nomination d’un avocat spécial, Robert Mueller.
Ironiquement, il y a tout juste deux semaines, le DFRLab a annoncé que son équipe s’est associée à Facebook pour “surveiller la désinformation” et protéger les élections. Le DFRLab a défini la nouvelle initiative comme suit :
Le laboratoire de recherche en criminalistique numérique du Conseil de l’Atlantique a annoncé aujourd’hui un partenariat avec Facebook pour surveiller indépendamment la désinformation et d’autres vulnérabilitéslors d’élections dans le monde entier. Cet effort s’inscrit dans le cadre d’une initiative visant à fournir des recherches crédibles sur le rôle des médias sociaux dans les élections, ainsi que sur la démocratie en général.
 
Le Digital Forensic Research Lab lance un partenariat avec Facebook pour soutenir la plus grande communauté au monde dans ses efforts pour renforcer la démocratie…
Comme si c’était à la mode, Facebook a annoncé le 2 juin 2018 que la section “Trending News” (tendances) générée par les utilisateurs sera remplacée par une section “breaking news” (dernières nouvelles) – qui sera composée de 80 publications sélectionnées par Facebook- qui fournira le contenu approuvé aux utilisateurs.
Facebook aura essentiellement le contrôle total des sujets et des récits qui sont transmis à leurs utilisateurs dans un acte clair d’ingénierie sociale, ce qui donnera au géant des médias sociaux – et à leurs alliés politiques / idéologiques – la capacité de manipuler directement la perception qu’ont les gens de n’importe quel événement.
Lors de l’élection de 2016, des documents internes divulgués sur Facebook ont révélé que les rédacteurs en charge de la section “Trending News” de l’entreprise ont discriminé à plusieurs reprises les articles conservateurs, tout en faisant la promotion d’un contenu progressiste, ce qui a entraîné la menace d’une enquête de la commission sénatoriale du commerce.
Les nouveaux changements ont été expliqués dans une annonce du vendredi :
Breaking News Label : Un test que nous effectuons avec 80 éditeurs à travers l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Inde et l’Australie permet aux éditeurs de mettre un indicateur “breaking news” sur leurs posts dans News Feed. Nous testons également les notifications des dernières nouvelles.
Today In : Nous mettons à l’essai une section spéciale sur Facebook intitulée Today In qui permet aux gens d’accéder aux dernières nouvelles importantes et de dernière heure des éditeurs locaux de leur ville, ainsi qu’aux mises à jour des fonctionnaires et des organisations locales.
Vidéo d’actualités à regarder : Nous aurons bientôt une section dédiée à Facebook Watch aux États-Unis où les gens pourront voir des reportages en direct, des briefings quotidiens et des plongées hebdomadaires en profondeur exclusives à regarder.
Ainsi, lorsque CFR défend publiquement les avantages sociétaux de la propagande intérieure, et que Facebook se débarrasse d’une section “Trending News” déjà maigre et s’aligne sur un groupe de réflexion anti-russe, connecté à Clinton, les Américains devraient être bien conscients d’être déjà énormément sous influence, et ils devraient s’efforcer de diversifier intentionnellement leurs sources d’information alors qu’un régime de propagande de masse omnipotent est mis en œuvre de manière secrète.
 
Source : The Free Thought Project via TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

 



07/06/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres