perlagedediams

perlagedediams

Le journaliste ukrainien Oles Bouzina assassiné à Kiev

Un journaliste ukrainien régulièrement invité à la télévision russe, Oles Bouzina, a été tué jeudi à Kiev, il s'agit du deuxième meurtre par balles d'une personnalité d'opposition dans la capitale ukrainienne en 24 heures.

Selon l'agence UNN qui cite des sources médicales, le journaliste a été abattu à l'entrée de son immeuble.

Le conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur Anton Guerachtchenko a confirmé l'assassinat du journaliste. La vice-présidente du mouvement ultranationaliste Pravy Sektor (Secteur droit) Anna Demid a écrit sur sa page Facebook que M.Bouzina avait été abattu par deux personnes qui lui tiraient dans le dos.

 

L'annonce de la mort d'Oles Bouzina est intervenue au cours de la séance annuelle de questions-réponses entre le président russe Vladimir Poutine et la population. Le chef du Kremlin a souligné que la récente vague de meurtres et de suicides d'opposants en Ukraine était passée sous silence en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis.

Plus tôt dans la journée, le ministère ukrainien de l'Intérieur a déclaré que l'ex-président de la Rada suprême (parlement) Oleg Kalachnikov, considéré comme proche de l'ex-président Ianoukovitch, avait été tué par balles à son domicile. Le défunt figurait parmi les organisateurs de la filiale de Kiev du mouvement Anti-Maïdan, hostile aux manifestations pro-européennes qui avaient débouché sur la chute du régime de Viktor Ianoukovitch début 2014.

Auparavant, le journal ukrainien Obkom a fait état de l'assassinat d'un autre journaliste ukrainien, Sergueï Soukhobok. Selon le journal, le meurtre aurait été perpétré dans la nuit du 12 au 13 avril.

 
Proche de l’ancien président Ianoukovitch,
M. Kalachnikov était l’un des organisateurs de la filiale
de Kiev du mouvement Anti-Maïdan,
hostile aux manifestations pro-européennes
suivies d’un coup d’Etat début 2014.

Oleg Kalachnikov, ancien président de la Rada suprême (parlement ukrainien) pour le Parti des régions (opposition), a été abattu mercredi à son domicile, rapporte le site MigNews citant le service de presse du ministère de l’Intérieur.

"Aujourd’hui à 19h20 à Kiev, on a découvert le corps du citoyen Oleg Kalachnikov à son domicile. La cause de la mort est une blessure par balles", indique le communiqué du service de presse.

Proche de l’ancien président Ianoukovitch, M. Kalachnikov était l’un des organisateurs de la filiale de Kiev du mouvement Anti-Maïdan, hostile aux manifestations pro-européennes suivies d’un coup d’Etat début 2014. Il avait reçu des menaces à plusieurs reprises, sans qu'aucune mesure n'ait été prise afin de garantir sa sécurité.

L'assassinat de M. Kalachnikov a également été confirmé par le conseiller du ministre ukrainien de l’Intérieur Anton Guerachtchenko. Selon M. Guerachtchenko, des poursuites ont été engagées conformément à l’article 115 du Code pénal ukrainien (« meurtre avec préméditation »). Selon lui, l’enquête examine plusieurs pistes: l’activité politique de la victime (financement du mouvement Anti-Maïdan), des problèmes financiers (le défunt avait des dettes), ses relations personnelles, et un meurtre commis en vue d’un vol.

Dernière lettre

Le jour de sa mort, M. Kalachnikov avait envoyé à un de ses amis un courrier électronique dans lequel dénonçait les pressions subies par les opposants aux nouvelles autorités du pays.

"Le génocide éhonté des dissidents, les menaces d’élimination physique et les insultes incessantes pour avoir appelé à fêter les 70 ans de la Victoire lors de la Grande Guerre patriotique (victoire de l'URSS dont la célébration est décriée par les autorités de Kiev, proches des mouvements néonazis, ndlr) sont devenues la norme dans l’Ukraine actuelle occupée par les nazis", stipule la lettre.

Suicides en série

Ce meurtre s’ajoute à la longue liste de mystérieux suicides survenus dans l’entourage de l’ancien président Viktor Ianoukovitch, déposé à la suite d’un coup d’Etat en février 2014.

Le 29 janvier 2015, Alexeï Kolesnik, ancien président du gouvernement local de la région de Kharkov et membre du Parti des régions, s’est suicidé par pendaison. Le 24 février 2015, Stanislav Melnik, du Parti des régions, retourne son arme contre lui.

On peut en outre citer la mort de l'ex-patron du Fonds des biens d'Etat ukrainien chargé des privatisations Mikhaïl Tchetchetov, ancien membre du Parti des régions, qui se serait défenestré fin février. L'ex-gouverneur de la région de Zaporojie Alexandre Peklouchenko, qui aurait dû comparaître devant la justice pour la dispersion des manifestations pro-européennes locales (Euro-Maïdan), s’est suicidé à l'aide d'une arme à feu. Le maire de Melitopol Sergueï Valter, pour lequel le parquet avait réclamé 14 ans de prison pour "pillage des entrepreneurs", a quant à lui été retrouvé pendu dans sa propre maison.

"Les opposants vivent dans la terreur"

Les membres du Parti des régions toujours présents en Ukraine vivent dans la terreur, écrit l’édition britannique The Guadian. "Tout le monde a peur. Ils ne veulent pas avoir à sauter par la fenêtre ou à se loger une balle. Ou qu’on les y aide", a déclaré dans une interview au quotidien un ancien membre du Parti des régions, qui a rejoint le Bloc d'opposition (force hostile à l’Euro-Maïdan).

Sergueï Larine, un autre membre du Bloc d'opposition, a confié à la publication qu’en province, des centaines de personnes sont chaque jour convoquées pour être interrogées par les enquêteurs. "Le Bureau du Procureur général a été transformé en un organe punitif", estime-t-il. "Des interrogatoires sans fin, la pression des enquêteurs, des menaces directes — l'objectif n’est pas la suprématie du droit, mais d’obtenir des avantages politiques C’est une justice aux ordres", a indiqué M. Larine, dont les propos sont cités dans la publication.

 


16/04/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres