perlagedediams

perlagedediams

LE MASSACRE DE LAS VEGAS ET LE RASOIR D'OCKHAM

Niall Bradley and Joe Quinn  Sott.net  jeu., 05 oct. 2017 18:14 UTC


Deux fenêtres, deux tireurs
Avec 59 morts et plus de 500 blessés, le massacre perpétré dimanche dernier à Las Vegas est la « pire » tuerie de l'histoire des États-Unis, détrônant l'hécatombe du night-club gay d'Orlando, en juin 2016, qui détenait le record précédent. Juste au moment où les gens commençaient à faire remarquer que ça faisait longtemps qu'un carnage (de grande ampleur) n'avait pas eu lieu aux States. 

Selon la version officielle, l'effroyable massacre du 1er octobre est l'œuvre d'un loup solitaire, un riche américain blanc retraité de 64 ans, Stephen C. Paddock, qui résidait à Mesquite, dans le Nevada, possédait de nombreuses autres propriétés à travers le pays, et visitait fréquemment « Sin City ». Sans mobile apparent, Paddock a acquis à lui seul un arsenal d'armes lourdes et des milliers de cartouches de munitions, avant de tirer sur un festival de musique country qui se déroulait en plein air au Village, dans le Las Vegas Strip, la partie sud de la ville, et tout cela depuis deux fenêtres brisées de la suite 135 du 32e étage de l'hôtel-casino Mandalay. 

Malgré une revendication initiale par Daesh, relayée par la fumeuse agence de veille SITE fondée par l'israélo-américaine Rita Katz, selon laquelle Paddock aurait « vu la lumière » il y a quelques semaines, aurait tourné le dos aux plaisirs raffinés qu'offre La Vegas, et serait devenu un soldat du Califat, les enquêteurs ont par la suite souligné l'absence de liens crédibles entre Paddock et le terrorisme international. Malheureusement, personne n'aura l'occasion d'interroger Paddock sur ses motivations, ou sur d'éventuels complices, parce que lorsque les forces de police de Las Vegas ont enfoncé la porte de la suite 135 à 23h20, Paddock s'était déjà tiré une balle.
Pourquoi se suicider après avoir installé un système de surveillance vidéo sophistiqué afin de détecter l'éventuelle présence de membres de la sécurité ? Cette question reste en suspens. Pourquoi se suicider après avoir fait transférer 100 000$ aux Philippines, où sa petite amie l'attendait ? Aujourd'hui, le shérif de Las Vegas Joseph Lombardo a déclaré lors d'une conférence de presse que des éléments de preuve (qu'il n'était pas en mesure de divulguer) indiquent que Paddock avait planifié sa fuite. 

Paddock avait un casier judiciaire vierge, n'avait jamais commis d'actes de violence, n'avait aucune expérience militaire, n'était pas un « excité de la gâchette », n'avait pas d'opinions religieuses ou politiques particulières, et n'était pas connu des services de police. Néanmoins, d'après les autorités, c'est lui qui a planifié et mené - par ses propres moyens - une opération nécessitant un entraînement et une expertise technique considérables, tirant quelques milliers de cartouches à partir de 23 « armes semi-automatiques modifiées », criblant de balles la foule qui se trouvait en-dessous de lui, et cela en l'espace de 11-12 minutes, devenant ainsi le tueur de masse le plus cinglé (et le plus discipliné) de toute l'histoire de l'Amérique. 

Affaire classée ? Pour les autorités, c'est certain. Mais au sein de la population, nombreux sont ceux qui ne croient pas une minute à cette version - à juste titre. 

Pour commencer, il est évident que les tirs en rafales prolongés (10-12 secondes à certains moments) que l'on entend sur les séquences vidéos proviennent d'une mitrailleuse lourde 100% automatique. Même les têtes parlantes de CNN y sont allés de leurs spéculations le jour de la tuerie, évoquant l'utilisation d'une arme militaire à bande de munitons de type M240 ou M60. Contrairement à la croyance populaire selon laquelle les États-Unis sont le paradis des armes à feu, l'accès des particuliers à ce type d'armes est soumis à des restrictions.
Même si un citoyen lambda parvenait à mettre la main sur une arme de ce genre - après être passé par toute une procédure de vérification des antécédents et après l'avoir enregistrée auprès des autorités locales - manier une arme de 11 kg requiert un niveau d'expertise ainsi qu'une force et une endurance considérables. Tout ceci fait de notre flambeur de 64 ans, qui, d'après son frère, ne jouissait pas d'une santé optimale, et qui aurait dû payer un groom pour faire transporter son arsenal jusque dans sa chambre, un suspect hautement improbable. 

Mais il y a des incohérences encore plus grandes dans la version officielle. 

La liste des armes qui, d'après les autorités, se trouvaient dans la chambre du défunt Paddock ne mentionne aucun modèle capable de contenir suffisamment de munitions pour tirer les rafales prolongées (10-12 secondes) que l'on entend clairement dans les vidéos de la fusillade prises sur le lieu de concert. Plusieurs des armes découvertes dans la chambre (un AR-15, par exemple) peuvent contenir des chargeurs de 100 cartouches maximum. Sur certaines vidéos, on peut voir des armes similaires capables de décharger des chargeurs de 100 cartouches en continu. 
Cela prend au maximum 6-7 secondes. En outre, les armes de type AR-15 ont une cadence de tir supérieure d'environ 800 cartouches par minute, tandis que le fusil-mitrailleur M240 à bandes de munitions a une cadence de tir inférieure d'environ 600 cartouches par minute. La cadence de tir et la fréquence sonore d'un M240 correspondent parfaitement aux tirs en rafales prolongés entendus pendant le concert. Voyez par exemple cette analyse : 


Cela ne veut pas dire pour autant que certaines des armes découvertes dans la chambre (comme l'AR-15) n'ont pas été utilisées, parce que dans plusieurs vidéos filmées par le public pendant le concert au moment de la fusillade, on entend plusieurs tirs en simultané,provenant de plusieurs armes. La deuxième arme, qu'on peut entendre pendant que le M240 (ou modèle similaire à bande de munitions) est en train de décharger, correspond au tir d'un AR-15 équipé d'un suppresseur au niveau de la bouche du canon. Le suppresseur rend la détonation plus aiguë, la faisant davantage ressembler à un « bruit sec », et est initialement destiné à réduire le bruit des tirs et à empêcher la localisation du tireur. 


Plusieurs autres vidéos sur YouTube présentent des analyses et des conclusions similaires : il y avait au moins deux tireurs munis de deux armes différentes, et postés à des endroits différents ce soir-là. Voici une analyse vidéo un peu plus longue : 


Pour ceux qui se demanderaient pourquoi aucun flash lumineux n'a été observé au niveau du Mandalay au moment des tirs du M240 (ou équivalent), voici une vidéo prise dans des conditions noctures et comparant des tirs de M240 sans, et avec suppresseur (l'arme est montée sur un hélicoptère militaire). 

Pour mémoire, on nous a dit que Paddock avait installé des caméras : une au niveau du judas (intérieur) sur la porte principale de sa chambre et une autre à l'extérieur de sa chambre, sur un chariot de room service. Les autorités ont initialement déclaré que Paddock devait surveiller le couloir en temps réel grâce à ces caméras, apparemment pendant qu'il tirait des rafales depuis les deux fenêtres de sa chambre.
Aujourd'hui, le shérif de Las Vegas Joe Lombardo a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il y avait des « caméras » à l'extérieur de la chambre sur le chariot de room service, mais qu'« aucune d'elle n'enregistrait ». Le shérif n'a pas spécifié comment ils étaient parvenus à cette conclusion. Il a également déclaré que Paddock avait tiré sur un membre de la sécurité à travers la porte de sa chambre.
Ce garde, un certain Jesus Campos, avait averti la police que les tirs provenaient du 32e étage. La police est arrivée là-bas à 22h17, d'après la chronologie donnée par le shérif ; à 22h18, Campos a dit aux policiers qu'il s'était fait tirer dessus. Campos s'est donc fait tirer dessus avant 22h18. Or les tirs provenant de la chambre de Paddock ont cessé à 22h15.
Aucune mention n'est faite des événements qui auraient poussé Paddock à tirer sur Campos, hormis le fait que ce dernier « patrouillait » (une patrouille de routine) à ce moment-là. Cet élément suggère que Campos n'a pas tenté d'accéder à la chambre de Paddock. Alors comment le tireur savait-il que Paddock était dans les environs, si les caméras n'enregistraient pas ? 

Si vous pensez qu'une explication plus plausible serait qu'au moins une autre personne surveillait le couloir pendant que le tireur (ou les tireurs) étaient postés aux fenêtres, détrompez-vous ; les autorités et les médias mainstream insistent sur le fait que le flambeur de 64 ans était seul dans la chambre. 

En ce qui concerne la logistique impliquée dans l'organisation d'une telle opération, il faut tenir compte du fait que ça s'est passé à Las Vegas, qui en tant que capitale du jeu, grouille de caméras de surveillance hi-tech. En fait, Las Vegas est sans doute le emblème mondiale des technologies de surveillanceÀ Vegas, tout - chaque machine à sous, table, salle, couloir, parking souterrain, coin de rue - est sous la surveillance de « Big Brother ». Pensez-donc, même les transports en commun de Vegas sont en passe d'être équipés de caméras qui transmettront 24h/24 en temps réel à la police de Las Vegas.
Un amateur pouvait-il commettre à lui seul le massacre de lundi sans se faire repérer ? Si c'est le cas, où sont les images vidéos le montrant en pleine action ? Est-ce qu'on ne les verra jamais parce que ces vidéos montrent d'autres personnes que Paddock en train de massacrer des gens lundi soir ? Ou bien va-t-on nous dire que les caméras de surveillance du 32e étage du Mandalay Bay étaient mystérieusement éteintes ce soir-là ? 

Aujourd'hui, le shérif Lombardo est apparemment « sorti des clous » de la version officielle, suggérant que Paddock avait dû être assisté par quelqu'un. 


D'autres éléments de preuves indiquent que Paddock n'était pas un « loup solitaire », comme le laissent suggérer les multiples appels téléphoniques reçus par la police. Ces appels mentionnent des incidents dans d'autres casinos du secteur peu après la fusillade du Mandalay Bay. Sur les transmissions de la police, on entend des policiers rapporter la présence de plusieurs tireurs et d'un tireur en activité à l'hôtel Tropicana ; il est fait mention d'une voiture piégée (qui a effectivement été retrouvée par la suite) à l'hôtel Luxor ; des personnes ayant assisté au concert et revenant à l'hôtel Excalibur peu après le bain de sang du festival rapportent avoir entendu un grand bruit dans cet hôtel , ce qui a poussé les gens à s'enfuir et même à se précipiter sur le toit ; des tirs ont été entendus au niveau de l'entrée principale de l'hôtel Bellagio ; un suspect en treillis noir a été aperçu au Motel 6.
En fait, pratiquement tous les casino et les hôtels situés entre le Mandalay, au nord, et le Caesar's Palace (à 2,5 km de là) ont été bouclés en raison « d'incidents » se déroulant dans chacun de ces établissements. 

Par la suite, les médias mainstream ont déclaré avec insouciance qu'il s'agissait de faux témoignages, nous incitant à penser que ces témoignages provenaient de Paddock lui-même, afin de désorienter la police (même si au moment de certains de ces incidents, Paddock était apparemment déjà mort), ou de personnes paniquées et traumatisées qui se trouvaient dans les hôtels ou à proximité. Il est clair que quelqu'un avait effectivement l'intention de désorienter la police et de l'envoyer à la chasse au dahu - en outre, nous soupçonns que le but était également de confiner pendant plusieurs heures tous ceux qui se trouvaient sur le Las Vegas Strip à ce moment-là. Pourtant, il n'est pas évident du tout que ces témoignages rapportant d'autres tireurs soient à mettre sur le compte de la simple panique : en fait, c'est plutôt l'inverse. Outre les dizaines de milliers de festivaliers, des milliers de clients séjournant dans ces hôtels ont rapporté ce qu'ils avaient vu cette nuit-là. 

Ci-dessous, une sélection de témoignages postés sur les réseaux sociaux le soir des fusillades : 


Nous étions au Caesars Palace ce soir, et il y avait des tirs là-bas aussi. Je ne sais pas pourquoi, mais les infos n'en parlent même pas. Nous avons entendu parler de la première fusillade alors que nous marchions dans la rue, et nous sommes allés nous réfugier au Caesars. Nous étions dans la salle de resto et tout à coup, on a vu tout le monde s'enfuir en courant de la salle du casino, juste à côté du resto. Nous nous sommes levés, et alors j'ai entendu environ 20 coups de feu derrière moi. Nous nous sommes abrités derrière un mur et avons réussi à nous échapper par la cuisine. On se serait cru dans un film. Les infos n'en parlent pas du tout, alors je me suis dit que tout le monde devait savoir qu'il y a eu plusieurs fusillades ici ce soir.

ok... je pensais pas qu'une photo de mon post attirerait autant l'attention, mais je vais clarifier... J'ai commencé à jouer au poker au Caesars vers 22h. Vers 23h, le croupier a raconté aux joueurs assis à la table qu'il y avait une fusillade au Mandalay bay... Au début, j'ai pas pensé que c'était aussi grave, mais vers 23h15 mes amis et ma famille m'ont envoyé un texto disant qu'il y avait au moins 20 morts. 

Alors je suis allé voir sur Google et ça avait l'air vraiment grave. Mais comme j'étais très loin de la fusillade, j'étais pas inquiet plus que ça. Au bout de 5-10 min, j'ai entendu d'autres personnes à la table qui parlaient de fusillades aux hôtels MGM, NYNY, Aria et Bellagio. Apparemment, l'attentat visait les établissements MGM. Ça m'a un peu effrayé, mais ma petite amie travaillait au Caesars alors j'attendais qu'elle débauche pour quitter l'hôtel. 

Au bout de 5-10 min, tout à coup j'ai entendu des cris et des gens qui hurlaient « FLINGUE ! COUREZ ! » et des gros boums. MANIFESTEMENT, après avoir entendu la nouvelle un peu plus tôt, je m'attendais à une attaque terroriste alors j'ai PENSÉ que c'était des COUPS DE FEU... normal, quand on vous dit que des fusillades ont eu lieu 1h avant. J'ai bondi de ma chaise et j'ai plongé à terre... J'ai commencé à ramper comme un fou vers l'issue de secours.



J'ai entendu dire qu'il y avait eu des fusillades au Caesars palace et à l'hôtel Aria en même temps qu'au Mandalay... Quelqu'un a-t-il des infos, c'est sûr ?
J'étais au Caesars et j'ai entendu environ 10 coups de feu. C'était la confusion totale, la débandade, on courait comme des malades.



Pendant qu'il [Paddock - NdT] se faisait descendre au 32e étage, on nous tirait toujours dessus depuis plusieurs hôtels, et on tentait de s'enfuir. 
Ouais, j'ai entendu sur les transmissions de la police la nuit dernière que les gens ont vu des tireurs un peu partout. Et tout à coup, il y en a plus qu'un ? Mon œil ! Ils cachent quelque chose.


Alors voilà... Pour ceux qui demandent d'arrêter de parler de tout ça, de faire des spéculations, etc. Traitez-moi de folle, dites que j'exagère, dites ce que vous voulez. Je poste ça pour ceux d'entre nous qui étaient sur le Las Vegas strip dimanche soir, qui savent ce qu'ils ont vu et ce que leur ont dit la police, les gardes, et même les infos locales au début de toute cette folie. Et je poste ça dans l'espoir d'informer tous les autres, ceux qui croient tout ce qu'ils voient aux infos. Si en quittant le Cosmopolitan, on nous avait dit qu'il y avait une fusillade au Mandalay Bay, Anthony et moi n'aurions pas craint pour nos vies et nous serions sortis, sachant que nous ne nous dirigions pas vers ce secteur particulier du Strip.
Mais ce n'est pas ce qu'on nous a dit. On nous a dit qu'il y avait 7 tireurs, et des morts dans plusieurs hôtels. Dont le Bellagio, l'Aria et le New York New York. C'est un gars de la sécurité qui nous l'a dit, et il nous a dit d'aller nous réfugier au 3e étage. Mais Anthony m'a dit : "Non Rikki. C'est un hôtel très populaire, je ne pense pas que le 3e étage de cet hôtel soit l'endroit le plus sûr. On va essayer de sortir de là immédiatement. »
Quand nous sommes revenus à notre hôtel, le Vdara, qui est juste à côté, là aussi la police/sécurité nous dit en vérifiant nos identités et les clés de notre chambre : « Oui, plusieurs hôtels sont visés. Allez dans votre chambre, ne sortez pas. » Alors on va dans notre chambre, on allume la télé et on regarde par la fenêtre pour voir ce qui se passe. Les infos live nous disent que le Bellagio a été visé et qu'il y a un mort...



Maintenant, une heure plus tard. Les infos ne parlent plus des autres hôtels visés. Ils parlent d'un seul tireur. Toutes les infos qu'on nous a données au départ disparaissent. On pouvait voir, alors qu'on était à la fenêtre, des alarmes incendie déclenchées au Cosmopolitan, et plusieurs voitures de police et des ambulances sur place. On voulait davantage d'infos sur ce qui se passait dans ces autres hôtels juste à côté, et personne ne nous disait rien. C'est toujours le cas. Lundi matin, j'ai raconté notre expérience à mes amis et ma famille, et j'avais l'impression de devenir folle.
Tout le monde me disait qu'il n'y avait qu'un seul tireur, et je ne comprenais pas ce que j'avais vu. Finalement, d'autres personnes ont commencé à parler. J'étais soulagée de savoir que je n'étais pas folle, mais aujourd'hui je suis toujours aussi perdue, je ne comprends toujours pas pourquoi les médias tentent de cacher ces infos. Maintenant, il y a des vidéos et des témoignages sur le Web qui montrent d'autres tireurs et d'autres hôtels visés. Pourquoi essaient-ils de cacher tout ça ?! Pensez aux proches de ceux qui sont morts ou qui ont été blessés dans ces hôtels. Ils méritent le respect et la vérité sur ce qui est arrivé à leurs proches. 

Maintenant, est-ce qu'on peut arrêter de parler de la restriction sur les armes à feu pendant une minute, et essayer de découvrir ce qui se passe ici ? Découvrir les vraies raisons de cet incident, et dire la vérité aux gens. Des lois peuvent être instaurées pour tout et n'importe quoi. Il y aura toujours des gens qui les enfreindront.


Les transmissions parlent de tirs aux NYNY, Tropicana, Caesars et Bellagio. 
Mon fils a quitté son travail avec des collègues ! Il travaille au PH. 
Un homme avec un fusil tente d'entrer au Bellagio par la porte de service. Via les transmissions de la police. 
Oh Mon Dieu, il dit qu'il a entendu des coups de feu au PH.

Une cliente de l'hôtel Bellagio a filmé une vidéo le soir de la fusillade au concert, vers 23h20, au moment où la police forçait la porte de la chambre de Paddock au Mandalay. Cette cliente, Rene Downs, était assise avec son mari près des portes d'entrée de l'hôtel lorsque les tirs ont retenti, suivis par l'anarchie et la confusion. 


Ce témoignage semble être corroboré par celui d'un autre client du même hôtel : ce soir-là, Andy Williamson a été interviewé en direct sur une émission de chat britannique, "Good Morning Britain", depuis l'hôtel Bellagio. Il a dû mettre fin à l'interview au milieu des cris et des sanglots. 


Un autre client de l'hôtel Aria a filmé cette séquence montrant des clients paniqués prenant la fuite après avoir entendu des coups de feu : 


L'hôtel Aria est à plus d'1,5 km du Mandalay Bay, et le Bellagio à environ 2,5 km. 
Ces témoignages de fusillades dans plusieurs autres hôtels sont également corroborés par des captures écrans de rapports de transmissions de la police la nuit de l'attentat : 

Tous ces tirs, toutes ces victimes, tous ces casinos, toutes ces questions, et si peu de réponses sensées. Étant donné le silence radio des médias mainstream et des autorités sur ces éléments-clés de l'attentat, on ne peut que suggérer que des tactiques de diversion ont été délibérément déployées pour permettre aux tireurs de s'enfuir. Comme l'autoroute 91 est juste à l'ouest des lieux des fusillades, et que l'aéroport international McCarran est à proximité de la zone ouest, les tireurs auraient pu quitter Las Vegas bien avant minuit. 

Entretemps, les médias Fake News à qui nous devons le Russiagate continuent à suivre la ligne du parti, à savoir que Paddock est l'unique responsable de tout ce chaos. Le débat bidon sur la restriction des armes à feu a ressurgi, tandis que les ventes d'armes sont en train de monter en flèche et les actions des fabriquants d'armes de monter en bourse. Et les firmes de sécurité se lèchent les babines à l'idée d'une législation imposant des scanners à rayons X (ou autres dispositfs similaires) dans tous les casinos à travers le pays. Peut-être que quelqu'un pourrait passer un coup de fil à Mike Chertoff. 

Mais ce n'est pas qu'une question d'argent. Avec l'émergence, depuis l'élection de Trump, d'un net clivage entre les « masses » relativement conservatrices et les « élites » relativement libérales, alors que l'influence des États-Unis dans le monde s'affaiblit de plus en plus, quel meilleur moyen pour imposer votre autorité au troupeau que de le terroriser, puis de le « protéger » en l'enfermant dans un système de contrôle encore plus drastique ?
Avatar

Joe Quinn (Profile)

Joe Quinn est le coauteur de 11 septembre, l’ultime vérité (avec Laura Knight-Jadczyk, 2006) et de Manufactured Terror: The Boston Marathon Bombings, Sandy Hook, Aurora Shooting and Other False Flag Terror Attacks (avec Niall Bradley, 2014) et présentateur des Communiqués vidéos Sott et coanimateur de l’émission de radio « Behind the Headlines » sur le réseau Sott Talk Radio.

Auteur d’ouvrages et cyber-essayiste reconnu, Quinn écrit des éditoriaux percutants pour Sott.net depuis plus de 10 ans. Ses articles sont publiés sur de nombreux sites d’actualité alternatifs et il a participé en tant qu’invité à plusieurs émissions de Webradios et est également apparu sur Iranian Press TV. Vous pouvez également trouver ses articles sur son blogue personnel JoeQuinn.net.


Avatar

Niall Bradley (Profile)

Chroniqueur à Sott.net depuis 2009, Niall contribue également au Dot Connector Magazine, la version papier de Sott.net, et été invité plusieurs fois comme commentateur sur Press.TV. Niall a écrit de nombreux articles pour Sott.net, dans lesquels il analyse les tendances géo-politiques dans le contexte des prétendus changements climatiques.



14/10/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres