perlagedediams

perlagedediams

Le massacre des chiens en Russie avant le Mondial : le Fake révélé et corrigé

Les poussées russophobes des médias et cette volonté de sensationnel les conduisent trop loin, ou à négliger les conséquences de leurs écrits. L'on se souviendra des soi-disant meurtres massifs de chiens en Russie, où les cadavres trainaient soi-disant partout dans les rues.
Le texte de l'AFP était illustré avec une photo de Karachi au Pakistan, publiée par l'agence Reuters en 2016 sur le site Géo.TV. C'est le journal allemand Stern qui publie l'information. Après plusieurs échanges, nous avons le plaisir de vous annoncer que l'AFP a réagi auprès de ce site pour leur demander d'ôter la photo litigieuse.
Les médias nous avaient alertés sur le comportement bestial du pouvoir russe, que peut-on attendre encore des Russes, qui massacrait les chiens des rues avant le Mondial pour faire place propre.
Habitant à Moscou, je vois toujours autant de chiens errants, mais pourtant les médias diffusaient à qui mieux mieux des photos avec des montagnes de corps inertes de nos petits amis.
Je ne sais pas où elles ont été prises, mais en tout cas celle diffusée par Géo.TV reprenant l'AFP, elle, est clairement hors contexte, comme le démontre le média allemand Stern.
 
Voici GéoTV reprenant le texte de l'AFP, avec le loge de l'AFP:
 
Et maintenant, voici l'original de la photo:
 
L'AFP ne savait pas que cette photo n'était pas prise en Russie? Elle ne savait pas que cette photo truquée était utilisée pour illustrer son texte? Le cadrage a été volontairement  modifié pour enlever tous les éléments permettant la localisation. C'est en tout cas ce que nous a dit l'AFP après la publication de ce texte, dans sa version originale, accusant l'AFP.
 
Histoire qui finalement se termine bien, puisque l'AFP a démenti être responsable et s'est adressée au site d'origine pour qu'ils enlèvent la photo litigieuse:
 

 
J'aimerais croire qu'ils sont de bonne foi, donc j'ai modifié le texte et n'ai pas laissé le texte d'origine, en leur laissant le bénéfice du doute, pour ne pas induire en erreur les lecteurs. Mais j'espère que cela servira de leçon et que les journalistes de l'AFP surveilleront l'utilisation qui est faite de leur texte, si l'on veut pouvoir avoir confiance en ce qui est publié en leur nom. 
 
Ici, tout est bien qui finit bien et nous les en remercions.
 


22/06/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres