perlagedediams

perlagedediams

LES ÉTUDIANTS DE PARKLAND QUI ONT SUPPLIÉ LE GOUVERNEMENT DE LEUR RETIRER LEURS DROITS ÉPROUVENT MAINTENANT LES REMORDS DE L'ACHETEUR

Matt Agorist - The Free Thought Project Sott.net  dim., 25 mar. 2018 20:34 UTC

take our rights away
"Enlevez-nous nos droits !" - "Merde, ils l'ont fait"
Après la tragique fusillade à Parkland, en Floride, le mois dernier, un groupe de lycéens contre les armes à feu est devenu le chouchou du mouvement anti-armes à feu. Ils ont bénéficié d'une large couverture et de tribunes sur tous les grands réseaux de médias pour appeler au désarmement des Américains. Ils ont été sanctionnés par le gouvernement pour cela - car maintenant ils obtiennent ce qu'ils ont demandé - moins de droit. 

Dans le pays des Libres, marcher pour le changement signifiait que l'on s'opposait au gouvernement pour exiger plus de droits ou des droits égaux. Accélérez jusqu'en 2018, et c'est exactement le contraire. 

Les médias grand public et le gouvernement nous disent que ces étudiants sont courageux de sortir de leur classe et d'exiger des changements - mais en quoi est-ce courageux d'être utilisé comme un outil de l'État ? 

L'activisme implique de remettre en question l'établissement et ce que ces jeunes ont été amenés à faire n'est pas de l'activisme. 

Plus tôt ce mois-ci, des millions d'étudiants à travers le pays ont été encouragés par le gouvernement, les médias grand public et même leur propre système scolaire à sortir de leur classe et à exiger que le gouvernement leur enlève leurs droits. Il ne s'agissait en aucun cas d'un défi à l'autorité, en fait, il s'agissait de la célébrer. 

Non seulement les écoles de tout le pays l'ont approuvé, mais elles l'ont appuyé et puni ceux qui ont choisi de s'abstenir. La grève n'était guère plus que des jeunes se conformant à l'autorité gouvernementale en répétant le message approuvé par le gouvernement dans un lieu approuvé par le gouvernement - et même durant la période approuvée par le gouvernement. 

Le message était simple : nous voulons que ce gouvernement nous retire nos droits. 

Les jeunes Américains de tout le pays ont marché pour exiger moins de liberté de la part de leurs dirigeants et des médias grand public, des célébrités et des politiciens nous l'ont fait avaler comme un activisme politique héroïque de la base. Cependant, c'était le contraire, et maintenant même les meneurs de ce mouvement, David Hogg, Emma González, et. al. commencent à réaliser ce qui se passe lorsque vous suppliez l'État de vous priver de vos droits. Ils vous retirent vos droits. 

Vendredi, le système scolaire du comté de Broward a annoncé son intention de violer le droit à la vie privée des élèves en mettant en œuvre une politique claire sur les sacs à dos. 

"Les sacs à dos transparents sont les seuls sacs à dos qui seront autorisés sur le campus", a déclaré Robert Runcie, surintendant de l'école du comté de Broward, dans une lettre envoyée aux parents. 

Désormais, tous les élèves devront permettre à n'importe qui, en tout temps, de voir le contenu de leurs sacs à dos et de porter des badges afin qu'ils puissent être correctement identifiés par les autorités scolaires. 

liberty memes
Elle n'a cessé à la télévision de supplier le gouvernement de bafouer nos droits. Le gouvernement a réagi en exigeant qu'elle utilise un sac à dos transparent et un badge d'identification.

Elle a demandé plus de gouvernement - elle a obtenu plus de gouvernement.
Ces nouvelles mesures ont maintenant mis les chers militants sur la défensive. 

"Je n'en suis pas satisfait. Pourquoi me punis-tu pour les actions d'une personne ?" A déclaré Tyra Hemans, 19 ans, un senior de Stoneman, à CNN vendredi.
Mais c'est exactement ce qu'ils voulaient. Ces étudiants voulaient punir les dizaines de millions de propriétaires d'armes à feu respectueux des lois en exigeant que le gouvernement leur enlève leur droit de se défendre - tout cela pour les actions d'une seule personne. Maintenant, ils ont un avant-goût de leur propre médecine, et ça sent mauvais. 

"C'est inutile, c'est embarrassant pour beaucoup d'élèves et cela leur donne le sentiment d'être isolés et séparés du reste de la culture scolaire américaine où l'on porte atteinte à leurs droits au premier amendement parce qu'ils ne peuvent pas porter librement le sac à dos qu'ils veulent, peu importe ce que c'est", a dit M. Hogg. 

Piétiner le 2e Amendement, c'est très bien pour David Hogg, mais touchez le premier, qui est soutenu par le second, et vous êtes un tyran. 

"L'une des autres choses importantes à réaliser, c'est que beaucoup d'étudiants veulent leur intimité. Il y a beaucoup de femmes dans notre école, par exemple, qui, lorsqu'elles passent par leur cycle menstruel, ne veulent pas que les gens voient leurs tampons et tout le reste ", explique-t-il. 

"Ce que nous devrions avoir, c'est simplement plus de politiques qui font en sorte que ces élèves se sentent en sécurité dans leurs écoles et non pas comme si on se battait contre eux comme s'il s'agissait d'une prison", a-t-il ajouté. 

L'ironie de l'ignorance des étudiants est étonnante. Heureusement, il y a encore beaucoup de gens qui voient cette ironie et qui la dénoncent. 

"J'ai l'impression que notre école est maintenant une prison", a déclaré Nicholas Fraser, un étudiant de Stoneman âgé de 16 ans. "Je ne me sens plus comme chez moi." 

En effet, lorsque vous préconisez que seul le gouvernement ait des armes à feu, vous faites du pays tout entier une prison. Bravo jeune Amérique, vous avez demandé avec succès moins de droits et vous avez maintenant moins de droits. Espérons que cela servira d'avertissement à ceux qui pensent qu'il est héroïque de punir des Américains respectueux des lois pour les actions d'un fou célibataire dérangé. 

Si ce ridicule activisme astroturf n'est pas appelé pour ce qu'il est, ce sont ces gens qui seront responsables de la création de l'état policier qui découle de leur définition sélective de la "liberté". 

Ici, au Free Thought Project, nous trouvons qu'il est important de noter que lorsque vous dites "Je crois en la liberté", vous ne suivez pas cette phrase avec le mot "mais". 

Traduction Sott. Source.
 


29/03/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres