perlagedediams

perlagedediams

LES FAUSSES ATTAQUES AUX ARMES CHIMIQUES, LA STRATÉGIE DE L'OCCIDENT POUR MINER LA RUSSIE EN SYRIE

Ryan Jones  Sott.net  lun., 09 avr. 2018 21:32 UTC

cnn fake news

Fausse nouvelle en rediffusion : La fausse couverture médiatique d'une attaque à l'arme chimique du partir du 7 avril 2017.
Dans la nuit du 8 avril 2018, qui était un dimanche, la base aérienne militaire syrienne de Tiyas, dans le gouvernorat de Homs (également connue sous le nom de base aérienne T-4), a été frappée par des missiles lors d'une attaque vicieuse et non provoquée. Les premiers rapports indiquaient que les défenses aériennes syriennes avaient intercepté cinq des huit projectiles et qu'il y avait plusieurs victimes et blessés. 

L'attaque survient un peu plus d'un an après les frappes de missiles américains contre la base aérienne de Shayrat, le 7 avril 2017, lorsque 59 missiles de croisière Tomahawk ont été lancés en "réponse" à un déluge de rapports faisant état d'une attaque aux armes chimiques contre des civils dans la province d'Idlib et qui aurait également tué environ 70 personnes.
Cette "réponse" s'est déroulée sans enquête et sur la base de peu de preuves démontrant l'implication du gouvernement syrien. Les frappes de missiles ont récompensé le président américain nouvellement élu Donald Trump par une couverture médiatique positive, mais ont ébranlé sa base de partisans en sapant sa promesse électorale de ne pas "renverser les régimes étrangers". 

Et maintenant, une fois de plus, la soi-disant "ligne rouge" imputée à cette dernière attaque a été l'utilisation d'armes chimiques à l'intérieur des frontières syriennes, mais il n'y a pas eu les déclarations immédiates d'une grande puissance militaire revendiquant la responsabilité de cette attaque. L'armée américaine a nié avoir perpétré l'attaque, affirmant qu'à l'heure actuelle, le Département de la Défense ne mène pas de frappes aériennes en Syrie. 

La France, qui avait auparavant fait des déclarations sévères pour condamner le gouvernement syrien, a également nié toute implication. La suspicion est tombée sur Israël, qui a mené plus d'une douzaine de frappes aériennes sur des cibles syriennes au cours des dernières années, et a récemment perdu un F-16 dans l'affaire.
La probabilité de la culpabilité israélienne a été fortement renforcée lorsque le ministère russe de la Défense a publié aujourd'hui une déclaration affirmant que la frappe a été menée par l'intermédiaire de deux chasseurs israéliens F-15. Jusqu'à présent, cependant, le gouvernement israélien a refusé de confirmer ou de nier ces allégations. 

La prétendue "attaque aux armes chimiques" à Douma, dans la Ghouta Est, samedi, a bien sûr fait la une des médias occidentaux, mais a été dénoncée par le ministère russe des Affaires étrangères comme étant des "fausses nouvelles". On peut d'ores et déjà douter que quelque chose s'y soit passé.
L'endroit était le dernier bastion des militants takfiri de la région de Ghouta Est qui, depuis cet incident, ont conclu un accord avec les forces de l'État syrien pour se rendre et être réinstallés à Jarablus, dans le nord de la Syrie, sous contrôle turc. 
Les responsables militaires russes ont donc déjà été en mesure de pénétrer sur le site de l'attaque présumée et de l'inspecter : ils signalent qu'ils n'y ont trouvé aucune trace d'armes chimiques. En outre, le Croissant-Rouge syrien et les médecins locaux ont signalé qu'aucune personne à Douma ne s'est présentée pour signaler qu'elle a été victime ou témoin de quelque chose qui ressemble de près ou de loin à une intoxication chimique. 

Cet incident a eu lieu 34 jours après l'empoisonnement, le 4 mars, de l'ancien espion russe Sergei Skripal et de sa fille Yulia au Royaume-Uni, prétendument par un "agent neurotoxique de grade militaire" connu sous le nom de "Novichok". L'empoisonnement a été suivi d'une vague d'accusations sans fondement et d'hystérie au sujet de l'"espionnage russe", propagée par les principaux médias britanniques, toujours prêts à faire de la propagande russophobe au nom de la vente de journaux. 

Deux semaines avant les élections présidentielles russes de 2018 (que le président sortant Vladimir Poutine a remporté à une écrasante majorité avec 76% des voix), l'échec épique de Boris Johnson et de Theresa May a exposé le gouvernement britannique comme la bande de menteurs incompétents qu'il est, et a soulevé de graves questions concernant les actes criminels et meurtriers commis par les agences de sécurité britanniques. 

Malgré la convalescence des deux Skripals (et d'un policier britannique) de l'exposition à cet "agent neurotoxique de qualité militaire" - dont l'absorption d'un seul millilitre par la peau est apparemment suffisante pour tuer- et l'annonce catégorique de l'usine d'armes chimiques de Porton Down au Royaume-Uni qu'elle n'a pas été en mesure d'identifier la source de l'agent - le gouvernement britannique a doublé son ridicule conte de fées d'une tentative d'assassinat russe.
Les gens du gouvernement sont apparemment incapables de faire face à la réalité qui est le fait que leur lutte "existentielle" avec la Russie est une illusion presque entièrement issue de leur propre pathologie. 

Avec l'effondrement du récit du Royaume-Uni au sujet d'une "attaque aux armes chimiques" par un gouvernement étranger sur le sol britannique, soudainement une autre "attaque aux armes chimiques" se serait produite en Syrie. Le gouvernement russe met en garde contre une telle attaque (ou la simulation d'une telle attaque) depuis des mois ; il l'a fait à nouveau il y a plusieurs semaines ; et il ne l'a pas fait 36 heures avant ce dernier incident fabriqué. 

Il est légitime de se poser la question suivante : les récents tirs de barrage de propagande contre la Russie, qui a duré un mois, a-t-il été fait dans le but de miner la crédibilité de toute défense que la Russie pourrait faire sur la scène internationale au nom du gouvernement syrien concernant l'utilisation présumée d'armes chimiques ?
 Après tout, il aurait été beaucoup plus facile de convaincre le monde qu'une nouvelle " intervention militaire " contre Assad était " justifiée " s'il y avait une ombre sur le statut moral de la Russie en matière d'armes chimiques. Il est bien sûr absurde qu'une telle provocation puisse être entreprise étant donné que la Russie est la seule grande puissance qui a volontairement détruit ses stocks d'armes chimiques sous l'observation et la vérification de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), mais nous vivons à l'ère de l'absurde où les dirigeants occidentaux font et disent couramment les choses les plus absurdes. 

Il serait logique qu'Israël soit l'auteur de la frappe aérienne d'hier contre la Syrie. Israël a une longue tradition de provocations militaires contre la Syrie et a une inimitié historique de longue date contre ce pays et l'Iran, dont les forces sont également présentes dans ce pays. Israël n'a pas l'intention de quitter le plateau du Golan occupé en Syrie, riche en ressources naturelles. 
Avec l'annonce récente du président américain Donald Trump que les forces américaines quitteraient bientôt la Syrie, et la rhétorique agressive des responsables militaires israéliens concernant cette prétendue " attaque aux armes chimiques ", il est possible, voire probable, qu'Israël voit ses objectifs pour la partition de la Syrie s'éloigner, et que l'attaque de la base aérienne T-4 était une tentative d'escalader la confrontation militaire entre les Etats-Unis et la Syrie en manipulant les Etats-Unis pour qu'ils interviennent en tant qu'"allié". 

Reste à voir si cette stratégie échoue à court terme. Trump a annoncé que les Etats-Unis pourraient réagir militairement dans un jour ou deux. L'armée arabe syrienne - avec du personnel militaire russe à tous les niveaux - sécurise de plus en plus la Syrie chaque jour.
Avec chaque nouvelle capture des poches restantes de "rebelles" et de "modérés", la défaite complète des forces proxy de l'Etat profond est imminente : il ne restera bientôt plus personne en Syrie pour organiser les attaques sous faux drapeaux nécessaires pour générer l'indignation médiatique sur laquelle la coalition occidentale compte pour manipuler leurs populations nationales. 

A-t-on assisté au dernier récit d'une attaque aux armes chimiques ? Cela aurait dû être mort et enterré depuis août 2013, lorsque la Russie est intervenue pour la première fois en Syrie en concluant un accord avec Londres et Washington pour se porter garant du processus de destruction des stocks d'armes chimiques de l'OIAC.
Ce geste diplomatique a apparemment sauvé la Syrie de l'attaque "choc et effroi" de l'OTAN à la dernière minute. Mais nous sommes maintenant cinq ans plus tard, et le Théâtre des armes chimiques de l'Absurde est toujours, apparemment, le plus grand spectacle de la ville.
 


12/04/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres