perlagedediams

perlagedediams

Les JO 2018 et la Russie: l'avènement du "tout est politique"

Posted: 08 Nov 2017 01:16 AM PST

 
 
En lançant le mouvement "tout est art", l'art moderne s'est détruit. En passant au stade suivant, "tout est politique", notre société a détruit la politique. En décembre, le CIO doit décider de la participation de la Russie aux JO d'hiver 2018 qui se tiendront en Corée du Sud. La pression sur ce qui ne devrait pas être un évènement est telle que, oui, le sport aussi est politique. Quand tout est politique, il n'y a plus de politique, il ne reste que la loi du plus fort. 

La participation de la Russie aux JO d'hiver de 2018 à Pyeongchong est devenu un élément dans le combat géopolitique entre les Etats Unis et la Russie. Ce combat dure depuis longtemps, nous avons souvent écrit sur le sujet. Sur l'affaire du Meldonium, sur Seppelt ce journaliste allemand propagandiste, sur l'utilisation du dopage comme arme médiatique anti-russe, sur les hésitations du CIO face à l'AMA  . Beaucoup de choses pourraient encore être écrites sur ce qui ressemble à un mauvais feuilleton.
 
Une nouvelle page s'avance avec les JO d'hiver. Comment envisager des JO d'hiver sans la Russie? C'est discréditer l'institution elle-même. Mais la révolution a besoin de faire table rase. Notre période est révolutionnaire. Reste une question: ira-t-elle jusque là?
 
Le très indépendant New York Times entre dans la danse à son heure, comme toute presse indépendante se le doit et annonce les "possibles" sanctions que doit prendre le CIO contre la Russie. La Russie qui a transformé son système de contrôle anti-dopage, qui est totalement sous contrôle externe depuis des années, qui ne peut juger les responsables des anciennes dérives du dopages, car ils sont réfugiés aux Etats Unis ou dans des Etats satellites. Mais il faut sanctionner la Russie, car tel est le but initial, la mission doit être remplie.
 
 
Interdire la Russie de cérémonie d'ouverture, interdiction de l'hymne russe lors des médailles ou pas de drapeau tricolore... Cela ressemble plus à de la vengeance. Effacer un pays. C'est presque viscérale. La réaction en Russie est très claire: on ne participe pas à ce qui se transforme en une opération de dénigrement.
 
Le président du Comité olympique russe, A. Joukov est direct: la Russie ne participera pas sans son drapeau, les athlètes russes ne seront pas sous le drapeau neutre. Le sénateur A. Pouchkov a la même réaction, il ne faut pas participer à n'importe quelles conditions et certainement pas à ces conditions-là: "J'en suis certain: la participation aux JO lors de l'interdiction de l'hymne russe et de l'exclusion de la cérémonie d'ouverture est inacceptable. Il ne faut pas supporter la fête de la russophobie".
 
 
La presse française est elle aussi mal à l'aise. Le journal Les Echos reprend en titre les paroles du porte-parole du Kremlin, ce qui est assez rare pour être souligné:
 
 
Interdire aux sportifs russes de participer aux JO-2018 d'hiver de Pyeongchang causerait de "graves dommages au mouvement olympique", a mis en garde mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
"Nous ne voudrions pas évoquer le pire scénario: l'absence de notre sélection aux jeux Olympiques, parce que cela causerait bien sûr de graves dommages au mouvement olympique", a-t-il déclaré aux journalistes.
Pour sa part, le CIO vient de prudemment démentir les affirmations du New York Times après les réactions russes, aucune décision n'a encore été prise:
“This is all premature speculation before the Oswald and Schmid Commissions have even completed their work and before due process, to which any individual and organization is entitled, has been followed,” reads the official answer from the committee.
Le ministre des sports russes explique que la seule information officielle qu'ils aient reçue est la lettre d'invitation du CIO aux JO de 2018:
“It is strange that such a respected publication as the New York Time takes it upon itself to make statements on behalf of the IOC,” the ministry said in an email. “Our national team has received an invitation to take a part in the 2018 Games and is currently preparing for the tournament. No other official letters have been received, and thus we don’t consider responses on unclarified information.”
Dans un monde où la politique existe, une voie de sortie aurait été trouvée, qui aurait permis d'éviter d'en arriver-là, car le message politique est passé depuis longtemps. Mais le temps de la subtilité est passé de mode, il demande d'autres hommes, d'autres modalités de gouvernance. Cette époque exige des méthodes plus primitives, la presse s'en charge à merveille.
 
Tout est politique. Il n'y a plus de politique. Le 20e siècle a annoncé la mort de l'art. Le 21e celui de la politique. Il faut manifestement faire table rase pour reconstruire. La révolution est en marche. Jusqu'où ira-t-elle?


09/11/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres