Voici, peut-être, une de vos principales inquiétudes si vous envisagez de faire un jeûne.

La réponse, naturellement, dépend avant tout de vos réserves de graisse.

Thomas Uhl a l’habitude de donner ce point de repère : un individu mesurant 1,70 m et pesant 70 kg possède des réserves de graisse lui permettant de jeûner 40 jours.

Avec la même taille, un individu pesant 20 kg de plus est capable de jeûner… 100 jours !

Cela peut paraître difficile à croire. Pourtant, de nombreux cas de jeûnes très longs et surveillés médicalement témoignent du maintien de la bonne santé de personnes cessant de s’alimenter pendant des dizaines et des dizaines de jours.

Le jeûne le plus long surveillé médicalement concerne un jeune homme écossais qui jeûna 382 jours.

À première vue, cela semble être un canular. Ou une erreur de journaliste. Jeûner pendant un an ?

Pourtant le jeûne de cet homme, nommé Angus Barbieri, a donné lieu à des communications scientifiques tout ce qu’il y a de plus sérieux.

Je vais vous raconter son histoire.

Le problème de poids d’Angus Barbieri

En 1965, Angus Barbieri prend rendez-vous avec des médecins de l’hôpital universitaire de Dundee, en Ecosse.

Le jeune homme n’est pas malade, mais il a un problème de poids : Angus Barbieri pèse alors en effet 207 kilos.

Son obésité est un obstacle permanent dans sa vie sociale et affective. À 27 ans, l’Ecossais n’a jamais eu de petite amie. Il a déjà essayé de perdre du poids.

En vain.

Il ne manque pourtant pas de bonne volonté. La suite le confirme d’ailleurs.

Les médecins que rencontre Angus Barbieri lui proposent de jeûner. Aucune date n’est pour la fin de la cure…

Angus Barbieri débute ainsi son jeûne, à l’hôpital de Dundee. Son état de santé est étroitement contrôlé.

Cela se passe si bien que, bientôt, Angus rentre chez lui. Il continue à jeûner et ne se rend à l’hôpital que pour y effectuer des contrôles réguliers.

Un an de réserves de graisse !

Je vous ai expliqué, dans mon précédent mail, le fabuleux mécanisme que notre organisme déclenche lorsqu’il est privé de nourriture.

Lire aussi:  Comment le jeûne élimine vos toxiques (et vos toxines)

C’est dans les réserves de graisses que le corps puise alors l’essentiel de son énergie. Il convertit les lipides en glucides, puis en corps cétoniques.

Angus Barbieri, au cours de son jeûne, brûle les réserves de graisse qu’il a accumulées durant toutes les années précédentes.

Pendant la cure, il ne reçoit aucune nourriture solide. Il boit de l’eau, du thé, des tisanes. Il reçoit quelques compléments alimentaires – essentiellement des vitamines – puis du sodium pendant dix jours, au bout de douze mois.

Rien d’autre.

Angus ne connait pas de carence significative.

Puis, au 382è jour de son jeûne, il décide qu’il peut de nouveau s’alimenter. Il estime avoir atteint le poids qui lui convient. Il pèse… 82 kilos.

Angus Barbieri a perdu 125 kilos.

jeûne angus barbieriAngus Barbieri avant sa cure (g.), puis le jour où il rompt son jeûne (dr.)

Pendant plus d’un an, on peut dire qu’Angus se nourrit de ses réserves de graisse.

Six ans plus tard

En mars 1973, un article scientifique relatant le jeûne d’Angus Barbieri est publié dans le Postgraduate Medical Journal.

Vous pouvez retrouver cet article, en anglais, en cliquant ici.

Cet article détaille par le menu tout le suivi médical d’Angus Barbieri au cours de ses 382 jours de jeûne : ses analyses d’urine, de plasma sanguin, etc.

Mais, le plus frappant dans ce compte-rendu, c’est évidemment son recul. Six ans après ce jeûne, Angus Barbieri stabilise son poids à 89 kilos.

Autrement dit, Angus Barbieri a définitivement guéri de son obésité uniquement en jeûnant.

Sans médicament. Sans produit chimique. Uniquement en exploitant un mécanisme naturel de son corps : la transformation des lipides en corps cétoniques par le jeûne.

Angus réalise son rêve : il a une petite amie. Il se marie. Il a des enfants.

Il n’a eu, pour cela, besoin que de deux choses :

  • Faire confiance aux ressources naturelles de son corps.
  • Rester déterminé.

Perdre du poids : une raison classique de jeûner

Lors de mes séjours dans le Vercors, j’ai beaucoup parlé avec Thomas Uhl des raisons qui poussent les gens à venir jeûner chez lui.

Sans surprise, la perte de poids revient très souvent.

L’attitude de Thomas face à ce motif est très bienveillante.

Tout d’abord, il convient que jeûner est un moyen aussi naturel qu’efficace de se débarrasser de kilos en trop… Pour peu qu’on ne retombe pas dans les mêmes excès alimentaires par la suite !

Mais, surtout, il m’a dit ceci :

« Jeûner uniquement pour perdre du poids, oui, ça marche. Si c’est ce qui réconcilie la personne avec elle-même, lui redonne de la confiance et de l’estime, c’est déjà un progrès magnifique.

C’est encore mieux lorsque, comme souvent, c’est une porte d’entrée vers une prise de conscience plus générale : comment puis-je prendre soin de moi, au quotidien ? Sans culpabiliser, et en prenant du plaisir ?

La plupart des gens qui jeûnent pour perdre des kilos sortent de cette expérience en changeant d’hygiène de vie. Elles se sont réconciliées avec elle-même. »

Ce qu’elles croyaient être un but en soi, est devenu un moyen, vers plus de bonheur.

Auteur:  Rodolphe Bacquet

Source: www.santenatureinnovation.com