Commentaire : Les fous dangereux qui sévissent au plus haut niveau avec, à leurs bottes, les médias dominants qui relaient leur vision distordue de la réalité, ont besoin d'un auditoire avalisant, même mollement, les mensonges et les mystifications en tous genres. On comprend, à la lecture de l'article ci-dessous, combien cette complicité, active pour les journalistes, passive pour le citoyen, contribue à nourrir, à faire perdurer et empirer cette entropie avérée du Système. En acceptant l'imposture, par ignorance, calcul, peur ou paresse, il n'est plus possible de douter que la multitude participe elle aussi à la dégradation de son environnement, de son psychisme, et au final, de son humanité. Ce que l'on peut vérifier soi-même, concrètement, tous les jours, en allumant sa propre télévision. 

En toute logique, les signes des temps nous le confirment aussi, l'aveuglement maladif qui semble nous caractériser ne nous entraine t-il pas inéluctablement vers notre propre destruction ?

Pour nombre de nos collègues, Michel Collon, c'est l'horreur : hors de la bien-pensance médiatique, décryptant la manipulation de l'information organisée dans leurs journaux, télévisions ou radios pour égarer les citoyens, soulevant les lièvres sur la propagande de guerre, l'économie mondiale, les rapports de domination... Alors, c'est l'omerta. 

Ce qu'il dit pourtant, notamment sur sa plateforme Investig'Action (1), est d'une pertinence redoutable. Ouvrier en usine à Liège, en Belgique, dans les années 1970, Michel Collon fait ses premières armes de journaliste en couvrant les grèves et luttes sociales pour Solidaire, hebdomadaire du Parti du travail de Belgique. En 1990, sa rédaction lui demande d'écrire sur la première guerre du Golfe. 

« Je ne connaissais rien au Moyen-Orient, ne parlais pas l'arabe, n'avais jamais été en Irak. J'ai donc essayé de me documenter. » 

Il lit Le Monde, regarde TF1, Antenne 2 (ex-France 2) et leurs équivalents belges, Le Soir, la RTBF et RTL. Puis il téléphone, envoie des fax à des experts du Moyen-Orient. Et là, surprise :
« Les faits qu'on me présentait ici étaient complètement différents de ceux que j'entendais de là-bas. Je parle des faits, et non des opinions. Chacun a son opinion, mais les faits sont noirs ou blancs. »
À la fin de la guerre, en 1991, il s'entoure d'une dizaine de personnes mobilisées, « dont un certain Majed Nehmé », et procède à ce qu'il appelle un « test-médias ». Tous les articles du Monde et du Soir de cette période sont passés par une grille de lecture : nombre de lignes, temps employé (présent ou conditionnel) et aspects de censure. 

Et que vous montrait ce test-médias ? 

C'était hallucinant : s'étalait devant nous le cortège de tout ce qui est interdit dans les écoles et manuels du journalisme : des informations sans source, non vérifiées, fabriquées, des victimes d'un camp attribuées à l'autre, etc. Avant le lancement des premiers missiles, on a compris qu'une autre guerre avait préparé l'intervention en Irak : celle de l'information. J'ai constaté plus tard les mêmes phénomènes en Yougoslavie et dans d'autres pays. De cela, j'ai tiré un principe : chaque guerre est précédée et accompagnée d'une propagande poussant l'opinion publique à l'approuver, ou en tout cas à ne pas la désapprouver. 

Les envoyés spéciaux du Monde et du Soir produisaient exactement les mêmes infos ? 

En fait, l'envoyé spécial est généralement utilisé pour valider l'opinion dominante du journal. On appelle cela le « Hilton journalisme » : le rédacteur interroge un barman ou un chauffeur de taxi pour confirmer dans son papier deux ou trois infos qui ont été décidées à Paris ou Bruxelles. Mais, de temps en temps, il arrive que l'un d'eux, spécialement courageux, donne sa propre version des faits. Il voit alors son papier déformé ou retitré par la rédaction centrale. On a des exemples frappants de titres réécrits à Paris ou Bruxelles qui disent exactement le contraire du contenu des articles. Or, sachant que la plupart des gens ne regardent que les titres... Le journaliste américain Peter Arnett a rué dans les brancards lorsqu'il s'est rendu compte qu'il était exploité par sa chaîne. Je l'ai rencontré à Bagdad en 2002 et il était très en colère sur la couverture CNN de l'Irak (2). 

Les sources sont-elles toujours accessibles ? 

Absolument. Nul besoin d'être Superman ou de se transformer en plombier ou en espion pour accéder à l'info, car les sources sont là, à portée de main. Et elles sont souvent données par les pays eux-mêmes. Aux États-Unis par exemple, tout est écrit noir sur blanc sur les rapports du Congrès, des think tanks, etc. Les États-Unis disent toujours ce qu'ils font, pourquoi ils le font et comment ils le feront mieux la prochaine fois. Au sein de la presse occidentale, il suffit de lire les Américains contredire les Français, lesquels les désavouent à leur tour. Ou encore les Allemands ou les Italiens, jamais bien d'accord avec les guerres qui nuisent à leurs intérêts - en Libye par exemple - , qui n'hésitent pas à balancer des infos, via leurs services secrets, contre les Français, les Britanniques ou les Américains... 

Avec Internet, on trouve très facilement d'autres sources, parfois moins audibles, de l'autre camp par exemple. Dire qu'on n'a pas accès à l'info est donc un prétexte qui ne tient plus. 

Mais les journalistes n'ont souvent pas les moyens d'exercer leur métier de façon indépendante et approfondie... 

Je ne suis pas d'accord : les journalistes doivent justement aller chercher ce qu'on leur cache. Quand ils disent qu'ils n'ont pas eu l'info, cela veut dire qu'ils n'ont pas su ou voulu la chercher... Qu'on déforme les faits n'est pas nouveau. Lorsque Jules César écrit La Guerre des Gaules, il cache soigneusement ce qui le dérange. On ment aussi à chaque fois qu'on parle de questions économiques et sociales, parce que la politique économique et sociale est une guerre à part entière. On fait croire que des mesures prises défendent tout le monde, alors qu'elles n'avantagent que 1 % de la population. 

Que pensez-vous des journalistes qui renoncent à consulter des sources au motif qu'elles pourraient nuire à la ligne de leur journal ? 

Je fais une distinction entre médias et journalistes, car les journalistes n'ont pas de pouvoir dans leur média.
Cela étant dit, les journalistes se divisent en trois catégories : 5 à 10 % représentent le haut du gratin, vivent très bien, mentent et le savent ; 5 à 10 % travaillent courageusement et difficilement, cherchent à donner la parole aux deux camps, respectent une déontologie. Et le reste : 80 ou 90 % de journalistes qui font leur boulot mais ont aussi une famille à nourrir. Ils ne sont pas forcément malhonnêtes, mais sont placés dans une situation de prolétaires de l'info. On ne leur demande plus d'aller sur le terrain, de faire des enquêtes, de vérifier leur information. Pis : on les en empêche.
Parce qu'avec la commercialisation de plus en plus forte des médias, jouer Tintin n'est pas rentable : il faut vendre de la pub. Rappelez-vous la fameuse citation de Patrick Le Lay, alors PDG de TF1 : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. » Le journaliste est juste bon à recopier les dépêches des gouvernements, administrations, entreprises, lobbys, armée. Lorsqu'il arrive au bureau, les informations qu'il doit transmettre sont déjà sur sa table. Il transforme une matière première - la dépêche, le communiqué - en un produit fini - une brève, un papier - qui permet d'engranger de la pub. Il est devenu un prolétaire non seulement mal payé, mais sciemment précarisé. La raison est toute simple : il doit impérativement rester dépendant de son média. 

Pas mal de journalistes prétendent que je les critique. C'est un réflexe purement corporatiste. Ce que je dénonce, ce n'est pas eux, mais le système des médias, c'est-à-dire les patrons, généralement bien placés et très riches. Regardez les grands médias en France. Ceux qui sont à la tête duFigaro, du Monde, de Libé ou de TF1 sont des milliardaires, la plupart liés à l'armement, à Israël et profitant généreusement des guerres menées par la France. Ce sont eux qui décident de ce que vous allez lire, qui désignent « les gentils » et les « méchants », etc. 

Mais il existe des médias du service public qui ne dépendent pas principalement de la publicité... 

Le service public subit aussi le filtre de la publicité. Comment pourrait-il dénoncer les crimes de Total alors que Total paie grassement ses passages à l'écran ? Comment peut-il appeler à une révolution des transports quand Renault et Peugeot assurent une partie du budget des médias ? Et il y a d'autres filtres. Par exemple les liens entre les dirigeants - ou les journalistes vedettes - des médias et les responsables des affaires et politiques. Ces gens viennent du même monde, et les vases communiquant entre eux biaisent tout accès à l'information. Enfin, il ne faut pas négliger une chose : l'idéologie dominante touche toute la société, et l'individu doit faire un très gros travail sur lui-même pour trier le vrai du faux... Les médias ne sont donc pas libres. La presse est dominée par le 1 % qui nous vend son point de vue. 

Y compris en censurant les faits et opinions divergents ? 

La censure de l'information est logique dans un système de propagande. Dans leur ouvrage La Fabrication du consentement, Herman et Chomsky expliquent que le but des médias n'est pas d'informer le citoyen, mais de lui faire approuver la politique de son gouvernement. Lorsqu'on est dans un système de propagande, on écarte complètement les principes de base enseignés dans les écoles de journalisme : écouter les deux parties, vérifier les faits, permettre aux lecteurs de se faire une opinion. Aujourd'hui, Le Monde est la voix du CAC 40, Libération celle de ses patrons... On assiste à un phénomène qui se développe de plus en plus : l'achat de médias par des patrons de multinationales. Ces opérations ne leur rapportent pas forcément de l'argent, mais elles leur permettent de contrôler l'opinion et de promouvoir leurs intérêts ainsi que leur guerre. Toutes les guerres sont économiques, je l'ai toujours affirmé. Le rôle des médias est de faire le service promotion de ces guerres. 

Durant la guerre du Kosovo, des dizaines de journalistes grecs étaient sur place, mais la presse occidentale n'en a pas tenu compte : leurs dépêches ne correspondaient pas au scénario officiel. Le Monde a titré « 100 000 morts au Kosovo », ce qui était totalement faux... Le reportage à Pristina de Régis Debray a été donné à lire à Bernard-Henri Lévy avant même sa publication dans Le Monde (3), ce qui a permis à ce dernier d'aussitôt activer la propagande... Cette censure appelle deux commentaires. L'arrogance coloniale d'abord : l'idée de se référer à des journalistes grecs, mais aussi russes, chinois, palestiniens est impensable, car ils sont forcément suspectés de servir un camp... Contrairement à leurs confrères de Paris, Londres et Bruxelles qui, eux, ne font jamais de propagande ! L'ethnocentrisme des médias est terrible. Régis Debray avait écrit : « Ils ont enlevé le casque, mais dessous la tête est restée coloniale. » On en est exactement là. 

Deuxième remarque : les médias censurent en effet tout ce qui ne correspond pas à la ligne qu'ils défendent. Rappelez-vous Timisoara en 1989, au moment du renversement de Ceausescu. Un charnier de 4 630 cadavres - un chiffre dont la précision peut déjà étonner - est découvert. On affirme alors que ces victimes ont été éventrées à la baïonnette par la police politique du président roumain. À l'époque, quelques cadavres sont montrés à la presse, parmi lesquels une femme avec un bébé posé sur son ventre dont la photo fera le tour du monde... Le rédacteur en chef deSolidaire, qui était médecin (nous n'étions pas des professionnels du journalisme), a tout de suite vu l'erreur : primo, les corps étaient recousus bien droit du pubis jusqu'à la gorge. « Très fort quand on éventre à la baïonnette ! », m'a-t-il dit. Secundo : le cadavre de la femme était blanc alors que celui de son bébé avait noirci, marque d'une décomposition avancée du corps. Pour mon rédacteur en chef-médecin, ces morts avaient donc non seulement subi une autopsie, mais n'étaient pas morts à la même date. 

Nous avons décidé de titrer en une de notre hebdomadaire « Timisoara : les images, c'est bidon », en communiquant l'article à toute la presse. Bien sûr, il y a eu un silence total. Trois semaines plus tard, un journal allemand titrait « Timisoara, c'est bidon » et publiait les mêmes analyses. En fait, Timisoara était une vaste mise en scène à laquelle ont adhéré les journalistes. Pas tous, heureusement. Colette Braeckman, envoyée spéciale duSoir, avait écrit qu'elle n'y avait rien vu. Ses patrons lui ont répondu qu'elle se trompait. Ils ont titré : « Charnier à Timisoara »... 

Que peuvent faire les journalistes contre les détournements de leur direction ? 

Colette Braeckman a eu le courage de dénoncer cette grande manipulation. Le fait est assez exceptionnel pour être rapporté, car les médias occidentaux ne font jamais leur autocritique ni ne procèdent à l'analyse de leurs erreurs. Il y a là un vrai syndrome du journaliste qui se prend pour Dieu, sait tout et ne s'excuse jamais. S'il commençait par se dire : « Je ne sais pas, je vais vérifier », s'il admettait après coup s'être trompé ou avoir été manipulé, il aiderait les citoyens à mieux appréhender l'information et à ne pas l'avaler comme une pizza. Mais cette posture est interdite par l'audimat, la concurrence, la rivalité. Aujourd'hui, il faut être les premiers, les meilleurs, ne pas subir d'autocritique... et surtout ne jamais admettre que de « petits » journalistes sur Internet ou dans un « petit » magazine font mieux qu'eux. Sinon ils perdraient totalement leur raison d'être. La loi du silence les protège. 

Quand un média affirme qu'il existe des armes de destruction massive en Irak, ses journalistes sont-ils manipulés ou non ? Savent-ils ou ne savent-ils pas ? 

L'existence d'armes de destruction massive a été immédiatement mise en doute, arguments à l'appui. Cela méritait au moins un débat. Pour favoriser l'entrée en guerre contre l'Irak, y compris lors de la première guerre du Golfe, les « médiamensonges » se sont multipliés. Rappelez-vous en 1990 le faux témoignage faisant état d'atrocités commises contre des nouveau-nés koweïtiens, ou des télévisions affirmant qu'une gigantesque marée noire avait été provoquée par Saddam Hussein dans le Golfe, mais qui montraient des images des côtes bretonnes. Les journalistes ne pouvaient pas dire qu'ils ne savaient pas. Tout le monde y allait d'ailleurs de son petit ouvrage pour expliquer les bavures commises. 

La guerre du Golfe a provoqué plus de livres sur les médias que sur la guerre elle-même ! 

Absolument. Le discours de l'époque était unanime : « On s'est fait avoir, c'est la faute aux Américains, etc. » Les journalistes se présentaient comme des victimes. Le problème, c'est que les mêmes se sont encore fait avoir en Yougoslavie en avalisant le « massacre de Markale » à Sarajevo (4), les charniers et les viols en Bosnie, le fameux plan Fer à cheval (5) au Kosovo. Puis ils ont avalé des couleuvres en Libye, en Syrie. On peut leur accorder le bénéfice du doute une fois, mais pas à chaque fois. Ce n'est pas admissible. Pour préserver leur crédibilité et admettre qu'ils se sont trompés sur « certaines choses », les médias publient de temps en temps un petit dissident dans un courrier des lecteurs ou une tribune libre. C'est leur soupape de sûreté. 

En même temps, de plus en plus de médias semblent être sensibles à la critique de manipulation et créent des rubriques du genre « décryptage de l'info ». 

C'est ce que j'appelle la tactique du coupe-feu : ils font semblant de décrypter l'info, mais ne la décryptent pas en réalité. Si ces médias appellent les gens à débattre, c'est toujours dans un cadre soigneusement délimité. Par exemple, ils discuteront de la manière de faire la guerre, mais jamais des raisons de cette guerre. Celui qui sort de la ligne est éjecté. Aujourd'hui, Le Monde ou Libération peuvent publier des calomnies sur moi ou me faire dire choses que je n'ai jamais dites, mais ils refusent tous les droits de réponse, censurent tous les courriers des lecteurs qui protestent... Paradoxalement, c'est cette censure de plus en plus forte qui nous éclaire sur leur point faible : l'opinion. Quand les lecteurs ne voient jamais leurs courriers publiés, cela doit les inciter à écrire davantage, faire circuler leurs idées dans le public ! Les gens doivent devenir actifs, il faut organiser une pression citoyenne pour une information de véritable confrontation. 

Internet est un bon moyen, non ? 

En effet. Il y a quelques années, les grands médias pouvaient mentir en toute tranquillité. Même un livre qui dénonçait leurs bêtises ne les dérangeait pas, dans la mesure où il était édité plusieurs mois après... Aujourd'hui, sur la Toile, nous sommes capables de nous faire entendre très rapidement. Dans les 24 heures qui suivent un événement, nous pouvons dire s'il y a eu manipulation ou, en tout cas, prévenir les gens, leur demander de ne pas se précipiter, de se méfier. Les médias se sentent d'autant plus en danger que la jeune génération s'informe davantage sur Internet que sur le papier ou à la télé. Ils sont pris entre deux feux : celui de la propagande qu'ils doivent servir à leurs clients, et celui de la contre-propagande qui devient très accessible. 

Le problème, c'est qu'on trouve à boire et à manger sur Internet... 

Le meilleur, c'est qu'Internet est un support presque gratuit où on est capable de produire une information de meilleure qualité que celle des grands médias. Le pire : il est aussi une vitrine pour tous les fantasmes et autres théories du complot. Il faut condamner cela : les guerres ne sont pas l'œuvre d'un complot quelconque, mais la continuation normale de la politique des multinationales qui veulent sortir de la crise économique qu'elles ont elles-mêmes provoquée en puisant les matières premières, les mains-d'œuvre et les marchés des pays qu'elles envahissent. 

Le complotisme est l'enfant non reconnu des médias. Quand des gens contestent les versions des médias, ils sont aussitôt traités de complotistes. En réalité, ce sont les médias qui, en n'apportant pas une information correcte, poussent les gens dans le complotisme. Chaque guerre peut s'expliquer de façon rationnelle et logique. On peut montrer qui la provoque, comment elle est préparée et pourquoi elle est menée. Le complotisme non seulement ne permet pas de comprendre la société et donc de la transformer, mais il est défaitiste car il fait croire à l'opinion qu'elle ne peut pas agir. Il est important que les journalistes, mais aussi les citoyens, fassent l'effort de se documenter. Car l'Histoire, y compris l'Histoire récente, montre que la résistance est parfaitement possible. Certains médiamensonges ont été révélés par la pression populaire, et c'est grâce à elle qu'on a pu arrêter des guerres, empêcher des coups d'État, libérer des pays. 

Vous avez des exemples ? 

Lorsque le 11 mars 2004, à trois jours des élections espagnoles, des bombes explosent à Madrid, Aznar, qui veut être réélu, accuse l'ETA. L'information est reprise en chœur par les médias, mais l'opinion réagit immédiatement : par SMS, elle affirme que le premier ministre ment, que c'est Al-Qaïda et non l'ETA qui est à l'origine des attentats. À l'époque, l'engagement de l'Espagne en Irak était très critiqué. Aznar perdra les élections. 

Un autre exemple : en 2002 au Venezuela, des snipers de la CIA tirent sur la foule pour justifier un coup d'État contre Chavez. Des médias répandent l'information d'une démission du président pour accélérer l'installation de la dictature. Là encore, l'opinion réagit rapidement : des motards vont porter la contre-info de la non-démission de Chavez dans tous les quartiers de Caracas. Des dizaines de milliers de gens se ruent vers le palais présidentiel où sont réfugiés les putschistes. Le coup d'État échoue en moins de 48 heures ! La pression populaire est l'arme décisive contre les médiamensonges. 

En France, le taux de crédibilité des médias est de 12 %, autrement dit rien. À quoi bon imprimer des vérités quand le journal sert surtout à envelopper les épluchures de pommes de terre ? Dans les sondages d'opinion, le journaliste se situe entre la prostituée et le politicien, c'est dire... Sauf que, pendant différents conflits, les vidéos-trottoir que nous avons faits ont révélé une réalité contradictoire : les gens se méfient très fort des médias, mais ils avalent quand même leurs informations ! Tout le monde savait que l'intervention en Irak était fondée sur des bobards, pourtant cela n'a pas empêché ces mêmes bobards de fonctionner en Libye et en Syrie. 

Le problème est là. Il nous faut réfléchir aux moyens de produire et diffuser les bonnes informations au plus grand nombre, peut-être par la mise en place d'une sorte d'alliance des médias indépendants au niveau d'Internet. Un point fort de notre plateforme Investig'Action est d'organiser ce que j'appelle un « activisme citoyen de l'information ». Nous accueillons des bénévoles qui, quelques heures par semaine, portent l'information et la contestation. 

L'information est trop importante pour la laisser aux seuls journalistes, il faut vraiment que tout le monde s'en empare. Je vais régulièrement dans les écoles pour sensibiliser les élèves aux médiamensonges. Ces jeunes éprouvent beaucoup de méfiance à l'égard de l'information, mais aussi une grande curiosité et une envie de vérité. Ils ont un sentiment de révolte et la volonté de lutter contre l'injustice. Je crois qu'ils représentent l'avenir du travail que nous menons. Nous devons mobiliser les jeunes pour qu'ils soient actifs et jouent leur rôle... 

Aujourd'hui, dans nos médias « Nescafé » - ou instantanés - , il pleut des « experts » de tout et de n'importe quoi. Est-ce le signe d'un manque de compétence des journalistes ?
C'est encore plus pervers que cela. L'expert est la voix du journaliste puisqu'il est généralement choisi par lui. Son rôle est de donner un vernis de neutralité et de scientificité aux opinions du journaliste lui-même. Le mécanisme est largement répandu : le journaliste développe les faits qui l'arrangent et invite « son » expert pour corroborer son discours. Les « experts » ne sont pas tous ignorants du sujet, bien sûr. Mais pour comprendre leur place dans le système actuel, il faut analyser le camp pour lequel ils travaillent, leur idéologie, leurs intérêts.
Il y a une vraie opacité autour de ces « spécialistes ». Un tueur des forces libanaises de Sabra et Chatila peut se retrouver expert du Liban sur une télévision française et avoir à se prononcer sur la guerre et les massacres... 

Absolument ! Dans les médias audiovisuels et de la presse écrite, les experts de prétendus ONG, think tanks ou centres de ceci ou cela sont toujours présentés de façon vague et neutre. Et on les retrouve tous dans les titres, Le MondeLibé ou L'Obs... Soyons sérieux : ces gens ne font pas dans l'humanisme ; ils sont payés, ou plutôt achetés, par de grosses multinationales et sont là pour nous embobiner. Vous remarquerez d'ailleurs que les médias n'organisent jamais de vrais débats contradictoires entre leurs « experts ». Je ne demande qu'à ce qu'on m'invite pour discuter avec des gens du Pentagone, du lobby sioniste ou des grandes multinationales. Mais ils refusent. Lorsque je passais à l'émission française Ce soir ou jamais, certains invités se décommandaient quand ils apprenaient que j'allais venir. 

On ne vous invite plus à Ce soir ou jamais ? 

Il y avait un très petit nombre de lieux à la télévision où - tard le soir, bien entendu - on pouvait encore entendre des opinions résistantes. Pour le moment, ce n'est plus possible. Il faut dire que, depuis les attentats, un climat d'hystérie est entretenu pour bloquer les vrais débats.
Quand Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2, appelle à « repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie », quand Najat Vallaud-Belkacem, ministre française de l'Éducation nationale, déclare qu'il est intolérable que des élèves posent des questions parce que l'école est là pour transmettre des valeurs (6), on est en pleine police de la pensée.
N'êtes-vous pas utilisé par cette police de la pensée ? On vous laisse parler pour attester qu'on accepte le débat, mais lorsque vous en dites trop, on ne vous invite plus. 

Mais je suis totalement boycotté par les médias ! Ma dernière intervention remonte à 2011. On ne me donne même pas cinq minutes comme alibi. Cette tactique dont vous parlez existe certainement, mais je la prends comme un compliment. En fait, si les médias ne me donnent pas ces cinq minutes, c'est parce qu'ils savent que je peux être dangereux en moins de cinq minutes ! 

Les médias ont tenté de diaboliser Bachar, sans succès, contrairement à Saddam ou Kadhafi. Comment l'expliquez-vous ? 

À mon avis, cet échec en Syrie n'est pas lié aux médias, mais au changement du rapport de force politique dans le monde. Nous basculons vers un monde multipolaire, ce que les États-Unis, superpuissance en déclin, cherchent désespérément à empêcher. Pour plonger la Libye dans le chaos - pardon, dans la démocratie occidentale ! - , ils ont réussi à manipuler Moscou et Pékin avec la promesse d'une zone d'exclusion aérienne, alors qu'en réalité le but était clair dès le début : renverser Kadhafi et neutraliser un pays riche en pétrole qui prenait trop de place dans la région et sur le continent africain. 

Cette tromperie a marqué un véritable tournant. Quand les États-Unis ont voulu refaire le coup en Syrie, ils ont pensé que le régime allait tomber rapidement. Erreur ! En mentant sur les armes chimiques, ils ont cru que la pression médiatique internationale allait obliger la Russie et la Chine à accepter une intervention. Nouvelle erreur ! Le rapport de force a changé à Damas et les États-Unis ont été forcés de revoir leurs calculs : ils ont réalisé que Bachar al-Assad ne quitterait pas le pouvoir - ou pas aussi vite - , et ils ont pactisé avec l'Iran alors qu'ils voulaient le briser... Comment l'opinion publique peut-elle s'y retrouver quand l'information est aussi faussée ? 

Bachar al-Assad n'est pas un ange loin de là, mais tout le battage médiatique de 2011 disant qu'il ne méritait pas d'être sur terre, etc. a laissé une trace. Aujourd'hui, les gens n'ont pas les moyens de se former une image claire du conflit, encore moins de prendre position. Mais ils sont demandeurs et ouverts. 

D'où notre grande responsabilité. Nous devons aider l'opinion à se faire son avis sur les grands conflits internationaux. Ces guerres qui paraissent lointaines ne sont pas du tout exotiques, elles sont menées par les multinationales pour renforcer leur puissance et mieux exploiter les gens d'ici. Quand Angela Merkel ouvre les portes aux Syriens, ce n'est pas par bonté d'âme, mais parce que l'Allemagne souffre d'une chute de sa natalité et a besoin d'une main-d'œuvre qualifiée à même de baisser les coûts, c'est-à-dire les salaires des cadres, travailleurs et techniciens allemands... 

N'y a-t-il pas aussi tout un battage médiatique autour des migrants en Europe ? 

Les belles démocraties occidentales font preuve d'une hypocrisie absolue sur le thème « Il faut les aider, mais nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. » Il faudrait leur répondre ceci : « Vous ne seriez pas obligés d'accueillir toute la misère du monde si vous ne l'aviez pas provoquée, en détruisant l'économie de ces pays et en appauvrissant leur population. » Les migrants ne viennent pas en Europe pour la beauté de la météo, mais parce qu'on ne les laisse pas vivre chez eux ! 

Qu'est-ce que l'Occident a à gagner en provoquant le chaos en Libye et ailleurs ? 

Je ne pense pas que Clinton et Sarkozy aient voulu la Libye d'aujourd'hui. Le problème, c'est que la seule force qui pouvait aider à renverser Kadhafi était Al-Qaïda. Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les rapports de West Point et de la CIA. Les villes de Tobrouk et Benghazi concentraient à elles seules la plus grande masse de terroristes de tout le Moyen-Orient. Al-Qaïda n'aurait pas pris cette ampleur si l'Otan n'avait pas conclu une alliance avec cette organisation. Ce faisant, elle n'a pas saisi que les terroristes avaient leur propre agenda, qu'ils ne se gêneraient pas de passer à autre chose lorsqu'elle ne leur servira plus à rien. Comme dans Frankenstein, la créature a échappé à ses créateurs. Idem avec Daech. 

Notes : 

(1) http://www.investigaction.net/ 

(2) Peter Arnett sera licencié par CNN en 1998 pour avoir mis en cause le comportement de l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam, puis en 2003 par la chaîne NBC pour avoir critiqué la stratégie américaine en Irak. 

(3) Dans sa « Lettre d'un voyageur au président de la République », datée du 13 mai 1999, l'anti-guerre Régis Debray écrit notamment : « À Pristina, où vivent encore des dizaines de milliers de Kosovars, on peut déjeuner dans des pizzerias albanaises, en compagnie d'Albanais. » Le lendemain, l'interventionniste Bernard-Henri Lévy critiquera en une du Monde « l'hallucinante naïveté de ce maître médiologue, expert en soupçon et en pensée critique, que l'on voit gober sous nos yeux les plus énormes bobards de la propagande serbe ». 

(4) Le « massacre de Markale » à Sarajevo a permis à l'Otan d'intervenir contre les Serbes. Or tout indique que ce sont les Bosniaques qui ont tiré. 

(5) Le plan Fer à cheval, aurait été préparé par Milosevic pour massacrer les Albanais du Kosovo. En vérité, cette campagne d'intoxication qui a utilisé de faux témoins fut orchestrée par le gouvernement allemand pour justifier l'intervention de l'Otan. 

(6) « Il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves, et nous avons tous entendu les "oui je soutiens Charlie, mais...", les "deux poids deux mesures", "Pourquoi défendre la liberté d'expression ici et pas là ?" Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu'on les entend à l'école qui est chargée de transmettre des valeurs. » Réponse de Najat Vallaud-Belkacem à Claude Goasguen, député de Paris, janvier 2015.