perlagedediams

perlagedediams

NOTRE HYPER-TITANIC PIED AU PLANCHER

 

Le 27 juillet 2016 – Source entrefilets

 

À la veille de cette pause estivale, le bilan semestriel de la grande crise terminale de notre contre-civilisation est tout simplement effarant. Partout l’accélération du désordre se confirme, phénoménale. Implosion et fuite en avant de l’UE ; perspectives de dislocation US ; risques accrus de guerre de haute intensité contre la Russie ; désordre migratoire chaotique ; dissémination métastatique locale des guerres occidentales au Moyen-Orient : toutes les sous-crises de notre grande crise terminale atteignent leur « plus haut » comme diraient les néolibéraux aux commandes de notre vertueux Titanic. Quelques jours après le carnage de Nice et la série d’attentats en Allemagne, l’assassinat abject d’un paisible prêtre octogénaire est même venu ouvrir encore un peu plus la voie à la guerre civile dans l’Hexagone, situation dont le pouvoir ne peut hélas que tirer profit. Tour d’horizon.


Dans le mur totalitaire

Commençons par l’Europe de Bruxelles, morte avec le Brexit et qui pourtant poursuit sa route, imperturbable, conduite par une armée de zombies post-modernes. Mais au vu du niveau lamentable avéré de l’élite europhile en question, il était évidemment naïf d’imaginer une sortie par le haut avec un retour à une Europe des Nations par exemple. Le refus de la caste dirigeante d’accepter l’échec d’une Union européenne désormais méprisée par les peuples qu’elle lamine nous conduit donc tout droit dans le mur totalitaire.

 

Ainsi, face au rejet populaire (quel vilain mot !), il y aura donc de plus en plus d’Union Européenne, de plus en plus de violence technocratique et, surtout, de moins en moins de démocratie. Aux déclarations d’un Juncker the drunker disant « qu’il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », se sont agglutinées les déclarations d’une élite politico-merdiatique désormais en guerre ouverte contre les gueux, les prolos, les vieux, les chômeurs, les pauvres, l’Europe d’en-bas donc qui forme tout de même, mais c’est un détail pour eux, l’immense majorité de la population de l’Union.

Pour traduire l’esprit de la chose, il suffira de citer le président allemand Gauck qui, au lendemain du Brexit, avait su résumer en une seule phrase la pensée profonde de la pègre europhile libérale en disant « Ce ne sont pas les élites le problème, c’est le peuple. » 

On avait bien compris.

 

Concrètement, davantage d’Europe va donc surtout signifier désormais davantage d’Allemagne, comme le souligne Emmanuel Todd. Car débarrassé de son contrepoids anglais, la kaiserin Merkel va désormais régner sans partage sur son empire technocratique et la petite France va très rapidement comprendre sa douleur. Sous la poussée d’un autoritarisme allemand renaissant, nous allons ainsi assister à un durcissement rapide des diktats de Bruxelles pour imposer partout austérité et dérégulation dans tous les domaines avec une violence redoublée.

Mais il est clair qu’à terme, les élites nomades qui s’obstineront à soutenir cette Union Européenne mortifère dans leur pays de résidence seront chassées par cette immonde plèbe partout où les derniers lambeaux de démocratie le permettent encore.

 

Sauf si.

Trouble-jeu intérieur dérangeant...

Et c’est là où la vague d’attentats qui se déploie en France, en Belgique et en Allemagne trouve son écho le plus dérangeant.

Cette vague d’attentats survient, rappelons-le, au croisement exact de trois crises.

Tout d’abord la crise extérieure que constitue l’ensemble des guerres terroristes menées par le bloc atlantiste au Moyen-Orient. Guerres qui depuis vingt-cinq ans ont tout de même fait entre 2 et 4 millions de morts selon les sources, et qui ont donné naissance à Daesh.

 

Ensuite, la crise migratoire, ou plutôt sa version allemande d’une véritable politique de désordre migratoire massif initiée à l’échelle continentale. A l’origine, la stratégie allemande était destinée, on le sait, à fournir une main d’œuvre bon marché à l’industrie [et aux services, Ndlr], à faire baisser les salaires locaux et surtout à compenser la stérilisation en cours du pays et du Continent par l’idéologie consumériste − et donc de remplir les caisses de retraitesLa kaiserin a en effet deux obsessions : soutenir la croissance et donc la suprématie allemande, mais aussi corriger la pyramide des âges catastrophique du pays.

 

Enfin, troisième crise, celle de la légitimité de pouvoirs néolibéraux soumis aux seuls impératifs économiques globalisés des banksters et des multinationales de l’hyper-classe. Ce pouvoir juridico-marchand qui ruine les sociétés et dont nous avons tenté de décrire récemment les dérives et l’amoralisme structurel : les gens n’en veulent plus.

 

Alors dans un premier temps, on se dit que la survenance des boucheries perpétrées en France comme en Allemagne pose a priori un problème à nos élites globalisées et à la gauche-caviar [boboïsée, Ndlr] chargée de faire la promotion des guerres contre les méchants dictateurs, et bien sûr des joies de l’immigration de masse et du dumping salarial. Il est en effet devenu difficile, voire impossible, d’empêcher les gens d’établir un lien de cause à effet entre cette accélération de la politique de désordre migratoire massif sur fond de guerres extérieures éternelles, et la multiplication des boucheries perpétrées en Europe à coups de bombes, de camion, de hache, de machette ou de couteau.

 

Dans un deuxième temps, on réalise finalement que ces troubles sociaux, cette stratégie de la tension qui en rappelle une autre [les Opérations Gladio, Ndlr], ne peuvent que bénéficier au pouvoir. Chacun par exemple a déjà pu constater avec quelle rapidité l’effet Nice a éteint absolument toutes les contestations liées à la Loi travail en France. Il faut aussi se rappeler que la dictature ([pas si] molle) libérale est d’abord un système fondé sur l’atomisation de la société, son éclatement sur le principe juridiquement structuré de « la guerre de tous contre tous ».

Pour le gouvernement, la tentation est donc certainement très grande de pousser plus loin cette logique et de jouer ainsi sur les désordres sociaux à caractères raciaux pour se soustraire à l’accusation d’incompétence. Comme les États-Unis, la France a d’ailleurs une longue expérience dans l’instrumentalisation du racisme et de l’anti-racisme à des fins politiques, au moins depuis Mitterrand 1. Il est d’ailleurs intéressant de constater que deux jours avant les attentats de Nice, un nouvel ennemi pointait déjà officiellement le bout de son nez dans l’Hexagone sous la bannière d’une ultra-droite dont on n’avait jamais entendu parler, mais dont on craint (espère ?) désormais officiellement qu’elle ne passe à l’action contre les Musulmans.

 

Une telle confrontation, même de basse intensité, permettrait évidemment au gouvernement de passer du rôle d’incompétent-pompier-pyromane à celui, beaucoup plus confortable, d’arbitre et garant de la Constitution dans un climat de guerre civile qui justifierait au passage l’accentuation de sa dérive autoritaire, voire totalitaire.

 

Écoutons religieusement M. Patrick Calvar, patron de la Sécurité Intérieure française (DGSI): « Je pense que nous gagnerons contre le terrorisme. Je suis en revanche beaucoup plus inquiet de la radicalisation de la société et du mouvement de fond qui l’entraîne. (…) C’est ce qui m’inquiète quand je discute avec tous les confrères européens : nous devrons, à un moment ou un autre, dégager des ressources pour nous occuper d’autres groupes extrémistes parce que la confrontation est inéluctable. Vous aurez une confrontation entre l’ultra-droite et le monde musulman − pas les islamistes mais bien le monde musulman. »

Et voilà notre petite guerre civile française déjà balisée avec les nouveaux méchants qui vont avec, et dont le modèle peut évidemment se décliner partout. Si elle devait survenir, spontanément ou par la grâce de quelques actions sous faux drapeau, nous verrions ensuite fleurir la propagande insinuant d’abord, puis affirmant ensuite, les liens troubles  ou le silence coupable des partis anti-systèmes au sujet des actions de cette ultra-droite pour que, surtout, la présidentielle de 2017 ne vienne en rien bousculer les plans globalisants de notre élite globalisée.

Comme disait l’autre : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

Vous en reprendrez bien une tranche ?

 

Et pendant ce temps-là

Et pendant ce temps-là, notre crise terminale enfle également dans sa dimension transatlantique avec la fameuse présidentielle US explosive que vous savez.

Aux dernières nouvelles, Killary Clinton a donc été investie, certes sous les huées des partisans de Sanders et au grand désespoir de Susan Sarandon, mais il n’est toujours pas assuré que l’hystérique en chef n’implose pas en vol du fait de l’avalanche de casseroles qu’elle trimbale. Déjà, des signes de ratés nerveux apparaissent chez une Hillary soudain hilarante. Tiendra-t-elle le coup ? Pas sûr…

 

Reste que se dessinent désormais deux scénarios épiques pour cette présidentielle.

 

Le premier pourrait être la victoire tout de même de Killary (façon trucages Bush au besoin), avec la très forte probabilité du déclenchement d’une guerre de haute intensité contre la Russie, guerre que prépare déjà aujourd’hui ardemment l’OTAN.

Passé l’effet de manche et le soulagement de nos merdias, la première présidente US ne pourra en effet absolument pas gouverner du fait des multiples scandales qui la poursuivent et qui la confineront dans une impuissance totale, impuissance dont elle ne pourra s’extraire qu’en cheffe de guerre comme toujours.

 

Le deuxième scénario est celui d’une victoire de Trump − si aucun assassinat par le déséquilibré [ou loup solitaire] de service ne survient entretemps, victoire que les bobos US n’accepteront pas facilement, multipliant d’autant la possibilité, là aussi, de troubles civils qui pourraient bien conduire à la dislocation du pays.

Et pendant ce temps-là (bis)

Nous terminerons ce billet-bilan sur une note moins crépusculaire et même pour ainsi dire pleine d’allant.

Car heureusement, malgré tant d’adversité et d’incertitude à tous les étages de notre hyper-Titanic, il maintient comme toujours fièrement son vertueux cap à l’avant-garde du progrès social.

 

Ainsi, la Suède ne vient-elle pas d’interdire d’interdire le topless, c’est-à-dire d’autoriser les seins nus dans toutes les piscines, histoire de nier un peu plus les différences entre les genres, histoire de balayer enfin de l’espace public les dernières traces de pudeur, les dernières élégances, les dernières réserves au profit d’une porn-society libérée de tout, et surtout du respect de soi-même et de la notion de décence.

 

Quant au Conseil d’éthique allemand, il propose, quant à lui, de dépénaliser l’inceste entre frère et sœur, arguant que « la loi pénale n’est pas le moyen adapté de protéger un tabou social [ni] d’imposer des standards ou des barrières morale. »

On le voit, contrairement aux apparences, tout va donc bien dans le meilleur des mondes pour notre contre-civilisation.
Nous progressons.

N’est-ce pas?

 

Notes

  1.  La création de SOS Racisme sous la férule du machiavélique Mitterrand avait en effet donné le coup d’envoi d’une nouvelle stratégie d’ingénierie sociale permettant de jouer d’abord l’immigré contre le prolétaire (et vice-versa) dans une politique délibérée de fragmentation sociale. Cette stratégie fut ensuite étendue partout avec comme résultat d’exacerber toutes les formes de discriminations possibles sous prétexte de les combattre dans une ronde sans fin, et cela grâce au soutien de toutes sortes de lobbies plus ou moins hystériques type LGBTQ (…rstuvwxyz). 


02/08/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres