perlagedediams

perlagedediams

Payer en Lémans, Farinets ou Francs suisses?

vendredi 23 septembre 2016

Un nouveau vent frais en finance à la suisse?


Payer en Lémans, Farinets ou Francs suisses?

Tour d’horizon des monnaies parallèles, de leur fonctionnement et de leur impact économique.



Source: Wikimedia

Les monnaies locales ont actuellement le vent en poupe en Suisse romande. Le Léman a fait son apparition en 2015 et le Farinetvalaisan est en cours de préparation, sans oublier les fameux chèques REKA et la banque WIR. Mais la tendance est bien plus globale. Bernard Lietaer, économiste et spécialiste des questions monétaires internationales, a recensé plus de 13’000 expériences de monnaie parallèle en 2014.
Pourquoi aurait-on besoin d’une monnaie alternative?

Pourquoi faudrait-il se balader avec deux porte-monnaies, un pour chaque devise, alors qu’un seul pourrait suffire? Après tout, avec la création de la zone euro, la tendance de ces dernières années était plutôt à l’abandon de sa monnaie nationale. On trouve bien sûr dans l’histoire des expériences de monnaies parallèles, mais ces monnaies ont généralement émergé à cause de conditions économiques difficiles (système bancaire instable, rareté de la monnaie nationale, forte inflation, haut taux de chômage, etc.). La situation économique stable de la Suisse romande ne justifie pas l’émergence de ces monnaies locales, la raison est donc ailleurs…

D’après Christian Arnsperger, professeur de durabilité et anthropologie économique à l'Université de Lausanne, la multiplication de ces monnaies parallèles témoigne de la volonté des citoyens de reprendre le contrôle de l’argent utilisé au quotidien. Comme la monnaie nationale est mise en circulation via le système bancaire, ce sont les banques qui déterminent l’allocation des fonds et, par conséquent, quelles entreprises sont soutenues (ou non) par un crédit. Les monnaies locales permettent de se réapproprier la monnaie en contournant les banques et en mettant «l’humain» au cœur des échanges économiques.

Généralement le fruit d’une association ou d’une collectivité, ces monnaies ont pour but de favoriser l’économie locale et les échanges entre particuliers et entreprises. Les prestataires qui acceptent cette monnaie s’engagent à promouvoir les valeurs fixées dans le projet associatif (utilisation de produits locaux, respect de l’environnement, promotion de la culture locale, etc.). C’est la raison pour laquelle certains commerces ou producteurs (par exemple les chaînes de grande distribution) en sont de facto exclus. En général, ces monnaies locales ont aussi des préoccupations globales telles que la lutte contre la spéculation, la toute-puissance des banques ou encore les risques de défaillance monétaire et financière globale.

Comment ça marche?

Sous forme papier et/ou numérique, ces monnaies ont généralement une parité fixe avec la monnaie nationale et leur convertibilité est contrôlée. Par exemple, 1 Léman est égal à 1 Euro (et à son équivalent en Franc suisse). Pour chaque Léman émis, sa valeur en Euro/Franc suisse est déposée sur un compte en banque:

Source: Arte (Futuremag). Monnaie complémentaire: à quoi ça sert?Youtube

Si l’on souhaite convertir son Léman en Franc suisse, on peut tout à fait le faire chez un «agent de change». Cependant, seulement 95% du dépôt est rendu, les 5% restants étant reversés au Fonds d’investissement de la Communauté de paiement en guise de frais de solidarité. Ces pénalités de «sortie» visent notamment à limiter les risques de revente en masse.

Globalement, ce système privilégie les circuits courts car il n’y a aucun intérêt à épargner (aucune rémunération), ni à thésauriser, ni à spéculer! Ces monnaies encouragent donc l’argent à circuler localement. Le but est de changer la façon de consommer des gens et de créer un «cercle vertueux local»: les ménages l’utilisent pour consommer local, les commerçants les réutilisent pour payer leurs fournisseurs locaux, et ainsi de suite. Cependant, le système n’est viable que s’il y a suffisamment d’adhérents qui y participent et si chaque partie prenante est bien représentée. Un commerçant qui accepte les paiements en monnaie locale doit pouvoir les dépenser.
Le danger est que celui-ci doive les stocker en continu sans pouvoir les utiliser. Ce problème menace le système car le commerçant en question pourrait décider de ne plus accepter de paiement en cette monnaie, ce qui aurait des répercussions sur le reste du système. Il semble donc primordial d’intégrer des prestataires variés et des acteurs importants afin d’avoir un impact réel.
Y a-t-il un impact économique réel?

Malgré un certain dynamisme dès leur lancement, l'attrait pour ces monnaies parallèles semble s’essouffler au cours du temps. Collom (2005) a en effet recensé 82 systèmes de monnaies locales aux Etats-Unis entre 1991 et 2004, mais seulement 17 étaient toujours actifs en 2004. Krohn et Snyder (2008) ont évalué l’effet des monnaies parallèles sur l’économie locale aux Etats-Unis, en période de stabilité économique.
En comparant le taux de croissance par habitant des villes ayant fait l’expérience d’une monnaie locale par rapport à celles qui n’en ont pas eu, les auteurs n’ont observé aucun effet significatif. Quant au profit généré par la création monétaire, le seigneuriage, celui-ci semble minime. Remarquons tout de même que les auteurs de cette étude ne font pas de distinction entre le revenu des établissements appartenant à des propriétaires locaux ou non. Une telle distinction pourrait ainsi aboutir à une autre conclusion.

Mais les chiffres ne sont pas tout, même si les bénéfices économiques apparaissent faibles, voire inexistants, il est nécessaire d’avoir une appréciation plus qualitative de ces monnaies locales. L’engagement citoyen, la promotion de valeurs écologiques ou encore le changement pratique au niveau local peuvent avoir des implications plus globales.

Blogs apparentés:
Faut-il redonner le monopole de la création monétaire à la BNS?
Faut-il investir dans le bitcoin?

Pour en savoir plus:
Module «Monnaie et échange»
Module «Politique monétaire»
Le Temps. Les «SELs» tissent l’entraide à l’infini. (02.08.2016)
Article sur les plateformes d’échanges locales contournant les monnaies traditionnelles.
RTS (Info, Dossier). Léman, Farinet: à quoi servent les monnaies locales?
Dossier complet sur les monnaies locales en Suisse romande.
ARTE (Futuremag). Des monnaies locales complémentaires. (11.10.2014 – Durée: 14:03)
Reportage sur les monnaies locales en France.

Maude Lavanchy,
Doctorante en sciences économiques et assistante à l’Université de Lausanne.

Cet article est une contribution d’une invitée. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur.
THÈMES: Argent, monnaie et financeEtat et société
MAUDE LAVANCHY, JEUDI, 1 SEPTEMBRE 2016, 09:09
#Lémans
#Farinets
#Francs
#Wir
#Reka 
53 VISITES, 0 COMMENTAIRES
PERMALINK

 

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17



23/09/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres