perlagedediams

perlagedediams

Pourquoi israël veut la guerre et l’obtiendra ? Massacre colonial pour un «jour de gloire»... rires et liesse des occupants, pleurs et colère des occupés

Pourquoi israël veut la guerre et l’obtiendra ?

Par Jean-Yves Jézéquel, 14 mai 2018

Si l’on veut comprendre quelque chose à ce qui se passe, sur le plan géopolitique, depuis la chute du bloc communiste et la fin de la « guerre froide », on découvre très vite qu’un des éléments clés de l’échiquier, explique le chaos organisé pour la légitimation d’un Nouvel Ordre Mondial. Cet élément central de l’échiquier c’est Israël. Israël est incontournable, il est le centre autour duquel tout gravite.

Massacre colonial pour un «jour de gloire»

Par Bruno Guigue, 15 mai 2018

52 morts et 2400 blessés dont 1200 par balles. C’est le dernier bilan de la sanglante journée du 14 mai 2018 dans la bande de Gaza. Mais pour Netanyahou, c’est un “jour glorieux”. Lors de la cérémonie d’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, il a remercié Donald Trump avec des trémolos dans la voix.

14 mai 2018 : rires et liesse des occupants, pleurs et colère des occupés

Par Daniel Vanhove, 15 mai 2018

Date symbolique s’il en est, le 14 mai marque chaque année l’anniversaire d’accession au statut d’Etat du projet colonial sioniste. Ses partisans fêtent cette année le 70è anniversaire de ce jour fatidique pour les Palestiniens, sacrifiés à cet effet par ce qu’ils commémorent de leur côté comme la Nakba (catastrophe) qui en réalité n’a jamais cessée et se poursuit chaque jour.

La Nakhba, une catastrophe en cours depuis 70 ans en Palestine

Par Emiliano Arpin-Simonetti, 15 mai 2018

Au moment où ces lignes étaient écrites, l’armée israélienne tirait encore à balles réelles sur des manifestants palestiniens non armés dans la bande de Gaza. Après une septième semaine d’affilée de manifestations amorcées le 30 mars, le bilan des victimes s’élevait à plus de 50 morts — dont au moins un journaliste clairement identifié et plusieurs adolescents. Des milliers de personnes avaient été blessées par balle, selon les chiffres du ministère de la Santé de Gaza.

Israël, 200 armes nucléaires pointées sur l’Iran

Par Manlio Dinucci, 15 mai 2018

La décision des Etats-Unis de sortir de l’accord sur le nucléaire iranien -stipulé en 2015 par Téhéran avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu plus l’Allemagne- provoque une situation d’extrême dangerosité, pas seulement pour le Moyen-Orient. Pour comprendre les implications d’une telle décision, prise sous la pression d’Israël qui  qualifie l’accord de “reddition de l’Occident à l’axe du mal conduit par l’Iran”, on doit partir d’un fait bien précis : c’est Israël qui a la bombe, pas l’Iran.

 

Pour consulter tous les articles récents de Mondialisation.ca cliquez ICI.



16/05/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres