Image
© Inconnu
C'est une nouvelle qui devrait faire la une de toutes les rubriques économiques car elle pourrait représenter une véritable révolution monétaire : l'Islande, décidemment en pointe de grands débats démocratiques, envisage de reprendre le contrôle de la création de la monnaie aux banques !

Les prémices de la révolution ?

Il faut remercier les médias belges, qui couvrent cette nouvelle ignorée en France. Le Premier ministre a commandé un rapport intitulé « Un meilleur système monétaire pour l'Islande  », recommandant au parti au pouvoir de confier l'intégralité de la création de monnaie à la banque centrale. Cette étude souligne que « l'île a connu plus de 20 crises financières depuis 1875, avec six crises graves qui se produisent environ tous les 15 ans  ». Elle note que « les banques centrales n'ont pas le pouvoir de restreindre cet emballement du crédit, ce qui fait grimper l'inflation, favorise les prises de risque excessives et la spéculation, fragilise les banques et mènes à des interventions coûteuses de l'Etat  ».

L'étude note que « les banques commerciales en Islande ont créé environ 91% de l'argent en circulation, comparativement à 9% pour la banque centrale islandaise  ». Elle pose le problème démocratique que cela représente, à savoir que « de façon essentielle, le pouvoir de création de la monnaie est isolé du pouvoir de décider comment cet argent sera utilisé (...) Comme pour le budget de l'Etat, le Parlement débattra sur la proposition du gouvernement concernant la répartition de la monnaie nouvellement créée  ». Ce qui est finalement surprenant, c'est de se dire que nous ne fonctionnons pas déjà comme cela aujourd'hui et que le pouvoir de créer la monnaie a été donné aux banques...

Le retour d'un vieux débat

Contrairement à ce que souhaiteraient croire quelques néolibéraux monétaristes, qui ont inventé la théorie commode du voile monétaire, qui justifie l'indépendance des banques centrales (en fait, leur sortie du champ démocratique pour les confier à des bureaucrates généralement trop prompts à défendre les intérêts des banques et du secteur financier), la monnaie relève du champ démocratique. Car la monnaie a souvent été un sujet de débat politique opposant des camps différents, comme le rappelle David Graeber dans son livre ou Jean-Claude Werrebrouck. Aux Etats-Unis, cela a été un sujet majeur il y a plus d'un siècle. Au Japon, cela a fait partie du programme politique de Shinzo Abe.

Bref, il est bon de constater dans notre zone euro, qui a sorti la question monétaire du cadre démocratique, affaiblissant ce faisant la démocratie, que cela est en réalité une anomalie et qu'il est parfaitement possible de reprendre le contrôle de la monnaie. Les théories chartalistes, ou du 100% monnaie, sont sans doute à la base de la réforme aujourd'hui envisagée en Islande. Il faut remercier ce petit pays aux grandes idées pour sa vibrante démocratie qui remet en cause des choses qui semblent malheureusement impossibles à une majorité des citoyens, alors qu'elles ne le sont pas. L'Islande est, à date, le seul pays qui a pleinement tiré les leçons de la crise financière, aussi dures soient-elles.

Il sera donc essentiel de suivre l'avancée de cette possible réforme monétaire. L'Islande pourrait encore éclairer l'Europe de sa vigueur démocratique. En attendant, je vous invite à suivre les écrits de Jean-Baptiste Bersac, un prometteur des théories chartalistes dont je dois lire le livre.