perlagedediams

perlagedediams

QUAND DES POINTURES SCIENTIFIQUES AFFIRMENT QUE DES GÉANTS PEUPLAIENT LA TERRE… !

Publié par MERLIN sur 9 Janvier 2016, 12:24pm

Catégories : #Découvertes Scientifiques...

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

Ce sujet c'est du lourd, j'espère qu'il va cartonner...

Une chose importante est à noter avant de commencer, c’est que tous ceux qui se voudraient critiquer, ou contester les travaux de ces deux pointures mondiale que sont Franz Weidenreich et Carleton Stevens Coon, ne leur arrivent même pas à la cheville, et n’ont même pas réalisés le 10e du ¼ de leurs travaux et études, et n’atteignent aucunement leur immense renommée, et connaissances.

Il fallait s’en douter, tout comme nos ancêtres, ces incroyables bâtisseurs, que nous ne pouvons même pas encore égaler de nos jours, ne sont pour l’archéologie moderne que de pauvres australopithèques attardés qui ne connaissaient même pas la roue.

Nos ancêtres géants, encore plus anciens dans le temps apparemment, ne seraient quant à eux, que de vulgaires grands singes, qui auraient disparus de la surface de la Terre, car ils n’auraient pas voulu manger leurs légumes… !

La falsification remonte après la 2e guerre, mais l’histoire commence en 1935, quand le paléoanthropologue allemand Gustav von Koenigswald débarque de Java à Hongkong, où il cherche des fossiles d'Homo erectus. Un jour, il pousse la porte d'un apothicaire pour jeter un coup d'oeil sur ses fossiles, car cette profession en utilise pour confectionner des remèdes traditionnels.

A plusieurs reprises, certains de ses confrères ont ainsi fait des découvertes sensationnelles. Justement, au fond du gourbi, un vieux Chinois est en train de moudre des bouts d'os. Parmi eux, Gustav découvre une dent énorme. Un frisson le saisit quand il comprend qu'elle n'appartient à aucun animal connu ! Cette molaire ne peut appartenir qu'à un primate... gigantesque.

Au cours des quatre ans qui suivent, le jeune Allemand écume les échoppes de Hongkong et de Canton. Son obstination finit par payer, car il trouve trois autres dents similaires, qu'il finit par attribuer à un primate géant, baptisé Gigantopithecus blacki .

Mais voici que la guerre surprend von Koenigswald à Java. Par précaution, il enferme ses précieuses dents dans une bouteille qu'il enterre dans le jardin d'un ami. Juste à temps. Les Japonais, qui débarquent dans l'île, le font prisonnier. Cependant, quelques mois auparavant, il avait confié des moulages de ses fossiles au célèbre paléontologue Franz Weidenreich, qui s'était illustré en décrivant l'homme de Pékin, un Homo erectus.

Ce confrère parvient à rallier le Museum de New York, où il se met à défendre une autre hypothèse : Giganto appartiendrait à la lignée humaine ! L'homme descendrait donc d'un singe géant asiatique, et non pas d'un primate africain.

Bien sur, tout est fait pour discréditer cette affirmation, on trouve d’autres fossiles, de dents, de mâchoires, qui seront déclarées appartenir à des grands singes, pas questions, de reconnaitre que des géants vivaient sur la Terre, ou plutôt régnaient  sur la Terre, car la datation des fossiles fait apparaître en Inde cet homme géant il y a 6,5 millions d'années et le disparaître voilà seulement cent mille ans !

Ils mesuraient pour les plus ‘’petits’’ au minimum 3 mètres, pour un poids minimum de 550 kilos…

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

Preuves du mensonge officiel, c’est que l’on ne connait pratiquement rien de son anatomie ou de ses habitudes. Les seuls enregistrements fossiles le concernant sont quatre bouts de mâchoires inférieurs et des centaines de dents.

Partant de là, les scientifiques et autres archéologues à la solde du pouvoir, en déduisent et affirment, que son proche cousin moderne serait l’orang-outan, qu’il était doté de longs bras musculeux sur lesquels il s'appuyait probablement en marchant, qu’il devait forcément être lent et pataud, qu’il était strictement végétarien, qu’il ne vivait que dans la forêt, et qu’il pouvait à peine se reproduire !

Un millier de dents et quelques morceaux de mâchoire, c'est bien peu pour dresser un portrait-robot. Pourtant, les paléontologues ont réussis cet exploit de faire croire et admettre à la terre entière, que ce géant n’était un grand singe !

Et pourtant, selon plusieurs études, d’autres singes et les premiers humains en Afrique qui disposaient d’une dentition comparable ont pu survivre à des transitions similaires.

Bref, on ne connait rien à ces anciennes créatures, mais on nous affirme que ce ne sont que de grands singes, donc veuillez circuler svp, il n’y a rien à voir, merci !

Mais alors, pourquoi Franz Weidenreich, ce médecin, anatomiste, paléoanthropologue, et spécialiste de l'évolution humaine, affirmait que Giganto appartiendrait à la lignée humaine ?

Franz Weidenreich était détenteur d’un doctorat en médecine, il était d’origine allemande, et Il fut professeur invité à l'Université de Chicago en 1934, il est né le 7 juin 1873 à Edenkoben et il est mort le 11 juillet 1948 à New York. A la lecture de ce qui suit, je pense que les doutes qui subsistent s’envoleront définitivement, il avait tout à fait raison !

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

Par bien des manières, on peut affirmer que Franz Weidenreich fut, parmi les scientifiques ayant étudié l'évolution humaine au XXe siècle, l'un des plus importants et des plus influents. Jugez plutôt :

Pendant la première moitié du XXe siècle, presque tous les anthropologues croyaient que l'homme de Piltdown était l'ancêtre de l'homme moderne. L'homme de Piltdown avait des caractéristiques que beaucoup de scientifiques avaient définies comme devant être celles du chaînon manquant : une grande capacité crânienne et une denture proche de celle du singe.

Dans les années 1920, trente ans avant que des analyses au fluorure montrent, en 1953, que « l'homme de Piltdown » était un canular, Franz Weidenreich avait examiné les restes et signalé qu'ils étaient composés du crâne d'un homme moderne et de la mâchoire d'un orang-outan, avec les dents rangées vers le bas.

Franz Weidenreich, étant un anatomiste, il avait facilement pu démontrer qu'il s'agissait d'un canular.Mais, il fallut trente ans pour que l'ensemble de la communauté scientifique accepte de reconnaître qu'il avait raison.

Il faudra sans doute attendre 10 fois plus, pour que l'ensemble de la communauté scientifique accepte de reconnaître qu'il avait raison, quand il affirmait que Giganto appartenait à la lignée humaine !?

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

L’empreinte du géant de Lepakshi, en Inde…

Un chaud partisan de la théorie de Weidenreich fut Carleton Coon, dont les travaux sur l'origine des races furent bien sur eux aussi controversés, pourtant ce n’est pas non plus n’importe qui, jugez par vous-même...

Carleton Stevens Coon, né le 23 juin 1904 à Wakefield dans le Massachusetts et décédé le 3 juin 1981 à Gloucester dans le Massachusetts, était un anthropologue américain, professeur d'anthropologie à l'université de Pennsylvanie, maître de conférence et professeur à Harvard et président de l'association américaine d'anthropologie physique. Il est notamment connu pour avoir écrit The Origin of races.

Pour info, en 1939 il met à jour l'ouvrage de William Z. Ripley The Races of Europe qui fait autorité parmi les anthropologues.

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

Carleton Coon évoque son rôle au sein de l'Office of Strategic Services (OSS), agence américaine de renseignement qui sera dissoute après la guerre pour former le CIA. Son statut d'anthropologiste en Afrique du Nord lui permit en effet d'y exercer un grand nombre de responsabilités, allant de l'organisation de groupes de résistance ou de l'engagement au côté des groupes de résistance français jusqu'à la participation à certains combats.

Carleton Coon reste engagé auprès de l'armée américaine après la guerre : c'est ainsi que de 1954 à 1957, il prend des photographies aériennes de nombreuses place stratégiques telles la Corée, Ceylon, l'Inde, le Japon... pour le compte de l'US Air Force.

C'est en 1962 que paraît son œuvre majeure, The Origin of Races, travail qu'il veut préliminaire à une étude plus vaste intitulée Races of the World. C'est ainsi qu'en 1965, il publie The Living Races of Man. Le livre est âprement critiqué par ses adversaires, pour une petite erreur d’édition. Malgré ces critiques, l'ouvrage est réédité de nombreuses fois, et reste trente ans plus tard une référence utile tant pour le profane que pour les spécialistes.

En conclusion, je reprends mon introduction, qui est assez parlante je trouve : Une chose importante est à noter, c’est que tous ceux qui se voudraient critiquer, ou contester les travaux de ces deux pointures mondiale que sont  Franz Weidenreich et Carleton Stevens Coon, dans ce domaine, ne leur arrivent même pas à la cheville, et n’ont même pas réalisés le 10e du ¼ de leur travaux et études, et n’atteignent aucunement leur immense renommée, et connaissances.

Mais bon, nous ne sommes que de pauvres conspirationnistes attardés, et il faut que l’on admettent une fois pour toute, que les géants n’ont jamais existés, ni les ovnis d’ailleurs, que les extraterrestres n’existent pas, puisque nous sommes seul dans l’univers, et aucune planète dans l’univers n’abrite, ou n’a jamais abritée la vie, et les monuments gigantesques construits ici-bas avec des pierres de plusieurs centaines de tonnes ne sont que des constructions faites par des australopithèques attardés qui ne connaissaient même pas la roue, et de toute façon, nous ne comprenons rien à rien, et nous délirons, car nous fumons trop le chichon !

Quand des pointures scientifiques affirment que des géants peuplaient la Terre… !

Comme toujours c'est à vous de juger...



13/01/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres