perlagedediams

perlagedediams

Rions (jaune) avec UNE NOUVELLE AVENTURE DE SAS: PANIQUE A LA BANQUE POSTALE (A PROPOS DE LA CIA ET DE GINA HASPEL)

sas gerard de villiers jovanovic CIA

 

Le prince Malko Linge était assis dans le confortable fauteuil en cuir épais courchevel au dernier étage de la direction de la CIA. Face à son nouveau directeur. 

Ou plutôt face à la nouvelle... directrice. 

Il arrivait difficilement à réaliser que celle qu'il avait connue en 2002 en Thaïlande lors de sa mission post 11-septembre avait monté tous les échelons et était même arrivée à prendre les commandes de la Company grâce à la soudaine décision de Donald Trump de couper la tête du directeur précédent, un peu trop résistant à sa politique (lien ytube).

 

Le féminisme avait finalement ses avantages. 

Une femme directeur de la CIA ! Qui aurait imaginé une chose pareille voici encore 10 ans ?

Gina Haspel leva sa tête de son dossier et lui jeta un regard amusé.

 

- Je finis de signer ces documents et je suis à toi Malko. Ton château fuit toujours autant ?

 

Malgré les 6 heures de décalage horaire, il ne les sentait pas. Arrivé de Vienne à 12h10 par le vol AF1139, le Boeing 777-300 de l'AF054 avait décollé à 13h40 de Paris et l'avait posé à 17h à Washington, en avance de 15 minutes grâce à des vents favorables Et comme le CIA l'avait booké en première, il avait même pu dormir tranquillement dans les nouvelles mini cabines privatisées, une merveille des ingénieurs d'Air France. 

 

- Hèlas... comme tes méthodes de water-boarding, ma chère Gina. Toutes mes félicitations pour ta nomination. J'en suis très heureux pour toi.

 

Elle ne broncha pas et continua à poser ses initiales sur des papiers tamponnés SECRET dans tous les sens. 

Gina Haspel s'était distinguée dans la Company pour avoir fait parler maints prisonniers proches de la mouvance Ben Laden. Capturés à l'étranger, ils étaient amenés par jets privés dans des prisons clandestines réparties un peu partout dans des pays peu hostiles aux méthodes de torture, en échange d'un gros chèque.

Comme la Roumanie ou la Thaïlande. Il avait vu Gina à l'oeuvre à Bangkok sur le site au nom de code « les yeux du chat », et même s'il n'avait jamais approuvé ce genre méthodes, il faut reconnaître que parfois elles étaient très efficaces. 

 

En particulier celle de planche et de la bouteille d'eau. Pas de coups, pas de blessures, mais de quoi rendre le prisonnier totalement fou. Allongé et attaché sur une planche avec les yeux bandés et une serviette posée entre les dents, Gina deversait dans la bouche ouverte du prisonnier des bouteilles d'eau les unes après les autres. Elle avait même essayé le Coca-Cola, histoire de désorienter sa victime et la terroriser encore plus avec les bulles.

Une torture soft qui ne laissait pas de traces.

 

Une fois elle avait violemment secoué une bouteille de Coca avait de la verser dans la bouche de sa victime qui avait l'impression de se noyer en permanence et de s'étouffer. Au bout d'une heure de ce régime, ils racontaient tout, priant le ciel que ça s'arrête. Abu Zubaydah lui avait servi d'entraînement, il n'a pas trop traîné à parler. Mais c'est surtout Abd El-Rahim al-Nashiri qui lui a appris les règles de l'art. Elle l'a « noyé » 83 fois avant qu'il ne crache le morceau devant sa caméra vidéo. 

 

C'est une têtue... et toutes les décorations derrière elle, accrochées au mur (médaille George Bush pour excellence dans le contre-terrorisme, la médaille Donavan, la médaille du mérite du Renseignement, médaille du président des Etats Unis pour services rendus, etc) prouvaient qu'elle savait prendre des risques dans les opérations noires. Personne ne connaissait mieux la Direction des Opérations Clandestines mieux qu'elle, vu qu'elle l'a dirigée également.

 

Un soir, après une nuit torride ensemble au Peninsula, Malko lui avait demandé comment elle pouvait s'endormir le soir, sa journée de 12 heures de tortures achevée. Sa réponse fut claire : « En pensant à toutes les victimes des ces ordures. Je n'ai aucun état d'âme ». Sa mission de l'époque lui a permis d'empêcher un attentat majeur au Vatican place Saint-Pierre, et sans l'aide de Gina et de ses litres d'eau, d'autres innocents auraient connu une mort précoce, signée par des islamistes fous. Sans parler des dégradations sur la vénérable place elle-même.

 

Il lui avait envoyé une caisse entière de Dom Perignon pour la remercier.

Depuis beaucoup d'eau tiède a coulé sous le pont rouge de Bangkok... 

 

gina haspel cia 2018

 

Gina referma abruptement son dossier et le fixa avec son sourire qu'il ne lui connaissait qu'après leurs ébats.

 

- Malko, j'ai une note ici du chef de station à Paris. Une situation délicate qu'on ne comprend pas bien. Depuis quelques mois, la plus grande banque publique française, nommée Banque Postale, a entrepris d'empêcher ses clients de retirer leur argent.

 

- Comment est-ce possible ? Quelques clients... ou ses millions de clients ? 

 

Malko pensa in petto a son compte à la Österreichische Postsparkasse sur la Georg Coch Platz de Vienne où il avait un compte pour payer tous les artisans qui réparaient son château de Liezen. Gina souffla vers son front où des mèches de cheveux se soulevèrent doucement. 

 

- Ses millions de clients. La banque est en faillite totale, et elle doit empêcher à tout prix les Français de retirer leurs économies. Les guichetiers demandent des justificatifs pour toute dépense supérieure à 1500 euros. La direction a l'aval de leur nouveau président de la république. Le prétexte officiel est « empêcher l'argent sale de financer le terrorisme ». 

 

- Tu ne m'as pas fait venir de Vienne pour me parler de la Banque Postale française ? Si ? 

 

Gina posa ses lunettes avec précaution, se leva avec douceur, fit le tour de son bureau et vint s'asseoir près de Malko. Ses jambes étaient toujours aussi élégantes et fines, avec des jolies courbes, recouvertes de lycra noir transparent. La wasp typique de Washington. Quant à son charme, il était toujours aussi indéfinissable.

 

- L'un de nos « opératives » avait un vieux compte dormant avec presque deux millions d'euros dessus. Le chef d'agence a détourné cet argent et l'a placé sur ce que les Français appellent un... Livret-A spécial ou une Assurance-Vie bloquée, une sorte de « sparkonto » si tu veux où les fonds sont bloqués ainsi que les intérêts. La banque refuse de lui rendre l'argent disant qu'elle avait dit « oui » lors d'un démarchage marketing par téléphone.

Notre agent, ou plutôt agente en a assez à attendre en file indienne dans leurs agences qui sentent la sueur. Elle dit qu'elle n'a aucun moyen de récupérer cet argent sauf à kidnapper le chef de la banque et le mettre sur une planche, histoire de le ramener à de bons sentiments. Sauf que c'est un territoire ami. Et le nouveau président est banquier... ça ferait désordre... 

 

Elle reprit en le regardant avec bienveillance:

- De plus, par le jeu de signatures, il faudrait en kidnapper plusieurs. Notre compta n'aime pas perdre 2 millions aussi bêtement, surtout que les « bean counters » du Congrès nous cherchent des poux. Donc tu iras à Paris nous régler cela. Je sais que tu aimes la ville et que tu passes beaucoup de temps chez Laperla pour ton amie autrichienne. Vu tes relations avec nous, la NSA surveille tous tes achats, tu le sais... 

 

Malko resta silencieux... Il connaissait trop bien la CIA pour savoir que la mission ne sera pas simple. Autrement, elle ne l'aurait jamais sorti de son château. 

 

- Gina darling, avec toi je me retrouve toujours dans des histoires de liquidités... 

 

- Malko... tu penses à nos soirées au bord de la piscine du Peninsula, n'est-ce pas ? Ou bien tu songes déjà à lui déverser du vin french dans le gosier ? Je t'ai montré comment faire à Bangkok.

 

(Suite dans un prochain épisode... ) Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2018



18/03/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres