perlagedediams

perlagedediams

Russel « Texas » Bentley, l’Amérique qui refuse d’abandonner le Donbass. Russel va fonder la Radio Free Donbass, « Good Morning Donbaassssssssssss ! »

Russel « Texas » Bentley, l’Amérique qui refuse d’abandonner le Donbass

Russel « Texas » Bentley, l’Amérique qui refuse d’abandonner le Donbass

Les Etats-Unis sont souvent montrés comme une des plaies de l’Humanité, attisant guerres et conflits, poussant des pions, manipulant l’Union européenne et se trouvant à la manœuvre à travers le monde dans le grand jeu international. Le Peuple américain toutefois n’est pas à confondre avec son gouvernement. Si beaucoup sont aveuglés ou dans l’ignorance totale du dessous des cartes, il y a une opposition américaine véritable et qui ne se décline pas seulement à travers le duel illusoire de deux grandes formations politiques. Russel « Texas » Bentley est de ceux-là, en venant dans le Donbass avec quelques autres Américains, il a prouvé qu’il y avait encore des hommes et des femmes debout en Amérique.

 

Ce grand pays, chef de file de l’illusion démocratique qui est aussi un mirage européen a donné naissance à Russel en 1966 à Austin. Il vient d’une famille humble du Texas, une terre dont les Français ne connaissent que quelques stéréotypes sans doute tout aussi ridicules que ceux qui sont véhiculés sur la Russie. Il dit lui-même avoir vécu une enfance libre et différente, lui apportant autre chose que les désirs futiles de la société américaine. Il ne finira cependant pas son cursus scolaire primaire et secondaire, comme il le dit lui-même, il était « un mauvais garçon ».

 

Il fait effectivement les 400 coups, aura des ennuis avec la Police, vivra une vie riche en événements. D’abord ouvrier dans une usine américaine installée à Mexico, dès l’âge de 16 ans, il indique que ce moment de sa vie fut capital. C’est en effet au contact des classes sociales les plus pauvres qu’il se retrouve. Il s’engage ensuite dans l’Armée américaine où il servira pendant trois années. C’est une expérience qui le conduit dans les troupes du Génie, il passe même deux ans en Europe, en Allemagne, ce qui lui permet de visiter l’Ecosse ou l’Autriche.

De retour au pays, il travaille six années dans le restaurant paternel, un établissement pour touristes installé sur une plage du Mexique, endroit paradisiaque pour les Américains et étrangers. Ses ambitions d’entrer au collège pour entamer des études supérieures sont toutefois perturbées par la mauvaise situation financière de sa famille. Alors, il part, effectue tous les boulots possibles, s’installe à Houston, puis dans le Minnesota, puis en Alaska, il sera entre autre bucheron, rude travail.

 

Dans cette histoire de vie, Russel indique avoir été politisé assez rapidement et inspiré par des personnages comme Che Guevara. Il comprit vite que la politique internationale américaine visait autre chose que le bonheur des peuples. Son premier contact avec la Russie se fera, comme souvent, à travers une femme. C’est avec émotion et fougue qu’il parle de cette rencontre et de leur vie commune. Les événements politiques, les guerres, les révolutions se succédaient dans le Monde. Il dit avoir été marqué par ceux du 11 septembre 2001. Il ne sera pas dupe dit-il des commanditaires des attentats. C’est le sapeur du Génie qui parle, pour lui, l’écroulement des tours du Wall Trade Center ne pouvait être le fait du choc du crash de l’avion de ligne. Il doute et observe.

Il s’engagera totalement contre la guerre contre l’Iraq, ayant déjà manifesté en 1990 contre l’agression internationale, il se trouve dans la rue avec des milliers de manifestants en 2003. Cet engagement politique se couple vite avec un engagement social et humanitaire. Comme il le dit simplement « J’ai aidé des gens dans le besoin, par exemple la famille d’un prisonnier, sa femme restée seule avec cinq enfants, et bien d’autres gens oubliés par le système sociétal américain ».

Le choc final après l’Afghanistan, la Somalie, la Libye ou la Syrie arrive le 2 mai 2014, à la nouvelle du massacre d’Odessa. L’événement fut un électrochoc, il ne peut se résoudre à rester sans rien faire. Il ne réfléchira pas longtemps. Il vend sa moto 2 000 $, lui l’amoureux et le passionné des puissantes mécaniques à deux roues. Rassemblant également ses économies, il quitte le pays pour rejoindre Moscou puis de là Rostov et enfin Donetsk. Il y arrive en décembre 2014 alors que la fournaise du Donbass est en pleine ébullition.

La guerre est là, il est incorporé dans le bataillon Vostock, l’un des meilleurs de l’Armée républicaine

Il ne tarde pas à monter au front et participe dès le 17 janvier 2015 à de terribles combats autour de l’aéroport de Donetsk. N’ayant jamais vu le feu auparavant, il raconte ses premiers instants dans le tourbillon de la guerre avec force : « Il faisait vraiment froid, j’avais déjà connu cela dans le Minnesota ou en Alaska, mais en temps de guerre, rester des heures sans bouger fait que tu ne ressens plus tes mains ou tes jambes. C’était très dur et vraiment dangereux, cela tirait dans tous les sens et nous étions sévèrement bombardés par les Ukrainiens.

Nous avons subi des pertes, j’ai vu tomber des camarades, mais nous les avons finalement repoussés avec beaucoup plus de casse.

Je ne me suis jamais dit que ma dernière heure était venue, mais l’épreuve du feu est un moment particulier que j’ai du mal à exprimer. Finalement nous avons pris toutes les positions des Ukrainiens, la tour de contrôle et par la suite je suis resté au front jusqu’au mois de mai dernier. Durant cette période j’ai changé d’unité, pour intégrer le bataillon Khan, un bataillon d’élite, de commandos, vraiment des soldats très professionnels et bien entraînés. A mon âge j’ai eu du mal à suivre et j’ai finalement été transféré au sein de mon unité au service d’informations, comme correspondant de guerre, je me suis alors lancé dans la guerre de l’information »

 

Cette guerre de l’information, Russel va fonder la Radio Free Donbass, « Good Morning Donbaassssssssssss ! » qui diffuse pour l’instant deux fois par semaine quelques heures le mardi et le dimanche (depuis seulement trois semaines).

 

Questionné sur son retour en Amérique il répond que « je n’en ai pas l’intention, ma maison maintenant c’est le Donbass, il y a ici un Peuple admirable, une cause à défendre, de belles filles, des hommes et des femmes que je respecte infiniment pour leur courage et leur abnégation. De toute façon si je rentrais aux USA, la prison m’attendrait et de sérieux problèmes. Ma famille et mes amis me supportent, même si beaucoup sont de chauds partisans de la famille Bush, mais ils comprennent et respectent ma décision. Je ne rentrerais probablement jamais en Amérique. Je pense d’ailleurs que cette guerre se finira par la victoire de la Novorossia, de quelle façon et quand, je ne puis le dire, mais je crois que ce pays s’étendra jusqu’à Odessa ! ».

« A bientôt mon frère » me lance-t-il dans un Français imparfait au milieu de mots russes et américains. Son chapeau est désormais légendaire toujours vissé sur sa tête et orné d’une étoile rouge à la manière des combattants soviétiques. Je le quitte après avoir une fois encore entendu une histoire de vie, qui montre, qu’ici ou ailleurs, qu’en Europe ou aux Etats-Unis, il y a de l’espoir. Il y a des âmes et des cœurs qui ne battent pas que pour le Donbass, mais pour notre liberté à tous. La question est de savoir ce que nous ferons de nos propres vies. Russel lui a choisi.

Laurent Brayard



24/08/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres