perlagedediams

perlagedediams

Suisse: internements forcés en psychiatrie

par Uhxnue Création

En tant qu'heureux élu ayant eu la chance d'expérimenter le système égotico-mensongerdans lequel je surnage pourtant depuis 40 ans sans jamais m'en être le moins du monde aperçu - il n'est jamais trop tard pour bien faire - je peux attester que l'alerte lancée par l'avocat Edmund Schönenberger est fidèle à la réalité à laquelle "on" souhaite nous faire consentir comme seule possible.

 

La psychiatrie est définitivement un des importants rouages, pour ne pas dire "garde-fou", permettant à ce monde insane de ne pas s'écrouler dès demain matin. Toujours cette perverse inversion des valeurs... à laquelle la Suisse est très loin d'échapper.

 

Bonjour,

L'avocat M. Edmund Schönenberger dénonce les très graves dérives du système judiciaire suisse actuel qui ne permet plus de se défendre en cas de décision d'internement psychiatrique forcé prise par un juge ( en terminologie inversée, il s'agit du "pafa" = placement à des fins d'assistance  )

Cet avocat à la retraite s'est spécialisé dans les abus liés au domaine psychiatrique. Il a créé ce site en allemand: http://psychexodus.ch/

Voilà ce qu'il a écrit le 17 août 2017 concernant les recours envoyés au Tribunal fédéral par les victimes de ces internements forcés:

« En appliquant la maxime « pars pro toto », le juge fédéral UDC et Bourgeois bernois Nicolas VON WERDT serait l’équivalent d’un Roland FREISLER. Sous la houlette du juge fédéral RASELLI, les internés de force en psychiatrie avaient une chance aléatoire, mais tout de même réelle d’obtenir leur libération dans 7% des recours au Tribunal fédéral. Sous Fabienne HOHL, ce taux a baissé à moins de 2%. Le juge fédéral VON WERDT a réussi à comprimer ce taux d’acceptation des recours auprès du Tribunal fédéral l’année passée à zéro pour cent. Plus aucune chance d’être libéré. 

Si on tient compte du taux d’acceptation de zéro % pour les requêtes de relaxation auprès du Tribunal fédéral en 2016, cela signifie entre les lignes que les moyens de droit sont tacitement abolis. Les tribunaux de district peuvent prendre ces décisions d’internement en totale liberté. Les personnes enterrées vivantes sont entièrement à leur merci.

Affaires Dreyfuss en masse! 

La recette contre ces abus: les dénoncer, les dénoncer, les dénoncer – jusqu’à ce que la masse critique déclenche le point d’ignition d’une (r)évolution. » (les parenthèses ont été ajoutées par Ûhxnûé)


Source: egalitedescitoyens.blog.tdg.ch



23/08/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres