Image
L'ambassadeur palestinien aux Nations Unies affirme qu'Israël prélève des organes sur les Palestiniens assassinés pendant les affrontements avec l'armée d'occupation dans les territoires occupés. 

Le 4 novembre, Riyad Mansour affirme dans uneLETTRE adressée au secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon que les corps de Palestiniens "sont rendus sans les cornées ou autres organes,CONFIRMANT ainsi des rapports précédents qui accusaient la puissance occupante de trafic d'organes." 

''Des autopsies pratiquées sur les corps de Palestiniens restitués après qu'ils ont été tués par l'armée israélienne montrent que certains organes ont été prélevés," écrit Mansour dans sa lettre. 

De plus, l'envoyé palestinien proteste contre "l'agression persistante d'Israël contre le peuple palestinien" ce dernier mois et "l'emploi systématique de la violence et de mesures oppressives." 

La question des vols d'organes par Israël a été mise à jour pour la première fois par le plus célèbre des journaux quotidiens suédois Aftonbladet' en 2009. 

Le quotidien américain The New York Times a lui aussi dit, dans un rapport d'aout 2014, que lesCOURTIERS en greffon d'Israël ont empoché des sommes astronomiques. S'appuyant sur l'analyse du Times sur les principales affaires de trafic d'organes depuis 2000, les Israéliens ontJOUÉ un "rôle disproportionné" dans ce trafic. 

Les Palestiniens auxquels Mansour fait référence sont ceux qui ont été tués par Israël, dans les territoires occupés, pendant les affrontements de ces dernières semaines. 

Les récentes confrontations sont la conséquence des restrictions imposées par le régime israélien, en août, sur l'entrée de fidèles palestiniens à la Mosquée al-Aqsa, à Al-Quds. 

D'après les chiffres du ministère de la Santé palestinien, l'occupant israélien a assassiné au moins 74 Palestiniens depuisDÉBUT octobre. 


Commentaire : 78, plus précisément, dont 17 enfants et 3 femmes. 


Au moins 11 israéliens ont été tués durant la même période. 

Les corps des victimes palestiniennes sont la plupart du temps retenus par Israël pendant une longue période avant d'être rendus à leurs familles.