perlagedediams

perlagedediams

Tuer au nom de Wotan : des néonazis européens combattent en Ukraine

Image

Un groupe néonazi ukrainien baptisé Misanthropic Division, qui fait partie du bataillon de volontaires Azov, recrute ses combattants en Europe.

Selon le journaliste allemand Thomas Eipeldauer, le groupe compte dans ses rangs "des dizaines de néonazis venus de toute l'Europe". Il s'agit d'une organisation ayant un programme bien plus radical que ceux de Secteur droit ou du parti Svoboda représenté à la Rada suprême: la Misanthropic Division déclare lutter pour les "valeurs aryéno-ukrainiennes".

"L'un des points essentiels de leur programme stipule qu'ils mènent la guerre en vue de préserver la "race blanche". Ils se proclament adeptes des traditions de l'Allemagne nazie. Parmi leurs ennemis ils comptent les Juifs, les Russes et d'autres peuples", affirme M.Eipeldauer.

Le groupe coordonne les actions des volontaires européens au sein du bataillon Azov qui est placé sous les ordres d'Andreï Biletski, chef de file de plusieurs organisations ukrainiennes à caractère néonazi. Selon le journaliste, le bataillon reçoit régulièrement des "renforts" de Croatie et de France, ainsi que d'Italie, de Suède et d'Allemagne.

Comme devise, les combattants de la Misanthropic Division ont adopté "Töten für Wotan" (Tuer au nom de Wotan). Selon Thomas Eipeldauer, l'idéologie du groupe est un mélange de national-socialisme et de mythologie allemande. Et leurs aspirations guerrières vont bien au-delà de l'Ukraine, souligne-t-il.

"A en juger par ce que les membres de ce groupe disent sur les réseaux sociaux, ils estiment que la véritable guerre n'a pas encore commencé", indique le journaliste.

"Misanthropic Division affirme entre autres vouloir "libérer" l'ensemble de l'Europe", explique-t-il. Dans ce contexte, M.Eipeldauer juge "extrêmement dangereux" les projets actuels de livraison d'armes aux forces fidèles au gouvernement ukrainien.

"Il est évident que les volontaires européens, qui deviennent d'ailleurs de plus en plus radicaux, vont revenir en Europe avec ces armes et avec l'expérience militaire acquise en Ukraine", prévient le journaliste allemand.



27/03/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres