perlagedediams

perlagedediams

UKRAINE - COMMENT LA GUERRE A-T-ELLE ÉTÉ POSSIBLE ? QUELS SONT LES 2 FACTEURS AGGRAVANTS ? QUEL EN EST LE DÉTONATEUR ?

Mon analyse.

La crise politique en Ukraine n'a pas commencé hier avec le bras de fer entre Poroshenko et Kolomoïski, ni parce que les US veulent remplacer aujourd'hui Yastséniuk par Yéresko. Elle a une cause lointaine.
Mais pour qu'un putsch puisse déboucher sur une provocation guerrière à l'encontre de la Russie conformément à la stratégie du chaos, il faut :
- des facteurs aggravants,
- un bras armé,
- un déclencheur.
Mais, tout cela à des niveaux maximalistes.

La II ème guerre mondiale, n'est pas le creuset où cette crise majeure plonge ses racines. Le bandérisme n'est qu'un prétexte idéologique, un vernis que le "BRAS ARMÉ" brandira pour légitimer sa présence.
Ces anciens démons (bandéristes, néo-nazis) - à qui il a été si facile aux stratèges du chaos de redorer le blason - n'auraient jamais eu la moindre chance d'accéder à une parcelle de pouvoir, sans les deux facteurs aggravants suivants :
1. Les Ukrainiens se sont appropriés l'histoire de la Russie kiévienne, et du coup se sont crus au centre du pan-slavisme. (Un pan-slavisme autocentré, nombriliste, qui ne fait pas dans "la dentelle". Les Russes y sont traités de Moscouilles. Et partout dans les meetings, les réunions, les écoles, les Ukrainiens sautent car "qui ne saute pas est une Moscouille". Depuis, Poroshenko a fait réécrire l'histoire de l'Ukraine, qui est devenu un pur délire narcissique.)
2. Les dirigeants ukrainiens, depuis la chute de l'URSS, ont été des Eltsine à la puissance dix. C'est dire le niveau de corruption atteint. Quant à la belle Youilia Timoshenko en allant trop loin, elle a menacé le système corrompu lui-même. Elle sera mise à l'ombre.

La révolte du Maïdan, a donc eu un prétexte majeure - la corruption - et a bénéficié d'une mobilisation nationaliste. Ce sont les deux FACTEURS AGGRAVANTS.
Maintenant, souvenons-nous des ces trois jours : les 20, 21 et 22 février 2014.

Le 20, nous sommes encore dans ce Maïdan (anticorruption, nationaliste), qui dure et peut durer encore longtemps.

Or le 21 février tout bascule. Que s'est-il passé ?
Pour que tout bascule, il fallait une "bombe". Ce sera le DÉCLENCHEUR.
[Je place ici un lien qui relate le 1er anniversaire du Maïdan (21 fév. 2015), et qui illustre l'importance de cette date. http://laregledujeu.org/…/hotel-europe-de-bhl-le-pic-de-la…/]
Que s'est-il donc passé le 21 février 2014 pour que le "Maïdan qui dure" devienne soudain le "Maïdan qui bascule". C'est que le 21 février, plus de cent personnes ont été assassinées. Tirées comme des lapins, par des tireurs embusqués.
L'indignation populaire étant à son comble, il était alors permis à la Rada de rendre l'âme.

Et c'est donc le 22 février que les bandes se revendiquant du néo-nazisme bandériste, ont pu l'investir. Pas avant ! Avant ce n'était pas possible pour une raison toute simple : la population ne voulait pas d'une révolution constitutionnelle qui aurait fragilisé davantage ce pays multi-ethnique. Or c'est, par la suite, là-dessus que Poroshenko a appuyé. Justement là où "ça fait mal".
Rappelons que ce même 22 février 2014, le président Yanoukovitsh sera "recherché pour meurtre de masse". [Le lien ici : http://tempsreel.nouvelobs.com/…/ukraine-ianoukovitch-reche…]
La société civile ukrainienne a donc accepté le putsch comme solution à une crise d'une ampleur jamais atteinte, qui a débouché sur un drame absolu - un massacre.
Immédiatement Kerry en remet une couche : il téléphone à Lavrov pour lui chauffer les oreilles et le provoquer. Résultat : dès le dimanche, la Russie rappelle son ambassadeur à Kiev.
Et ce 22 février à 20H30 précises, sur le Maïdan, a lieu un "miracle". Yioulia Timoshenko - qu'on a sorti de sa taule - et difficilement monté sur l'estrade (elle est en fauteuil roulant), se lève soudain et se met à marcher. Un silence glacé l'accueille.
- Je vous demande pardon, bla, bla, bla...

À partir de là - à la mode slave - les demandes de pardon, à genoux, ne vont pas cesser à Kiev, pendant des semaines, sur cette même estrade.

Ensuite, les dés étant pipés, Poroshenko n'a plus qu'à les lancer. L'Ukraine peut basculer dans la guerre.
http://www.bfmtv.com/…/direct-ukraine-president-parlement-d…



31/03/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres