perlagedediams

perlagedediams

Un site qui porte bien son nom : Le site caniveau.ch ( LICRA ) épinglé par l'autorité de surveillance fédérale

Une capture d'écran du site de veille caniveau.ch.

Une capture d'écran du site de veille caniveau.ch. [caniveau.ch - Licra-Suisse]
Le site caniveau.ch, lancé en 2017 par la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme-Suisse, doit respecter la loi sur la protection des données, exige l'autorité de surveillance fédérale.

Le site caniveau.ch invite les internautes à signaler les commentaires publiquement racistes ou antisémites dont ils sont témoins en ligne. Les cas répondant aux critères d’incitation à la haine sont publiés, avec le nom de leurs auteurs.

 

Or, le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence estime que des propos racistes, tenus par des personnes identifiables, constituent des données sensibles qui ne peuvent pas être reprises de cette manière.

 

Pour lui, il "n’est pas nécessaire d’afficher le nom des personnes et/ou leurs photos de profils" pour soutenir les victimes de racisme et d'antisémitisme ou pour sensibiliser le public.

Effacement "sans condition"

"Il faut répondre aux demandes d'effacement sans les conditionner, contrairement à ce qu'indique le site caniveau.ch, qui exige regrets et lettre de motivations pour effacer les propos dénoncés", précise l'autorité de surveillance.

La plateforme caniveau.ch semble toutefois être à l'abandon depuis des mois.

 

Le projet pas abandonné

Informée de ces exigences par lettre du préposé à la protection des données, le comité de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a voté le blocage du site afin de respecter la loi. Mais il ne renonce pas à son projet. "Nous nous soumettrons aux recommandations de l'autorité de surveillance, nous sommes en train d'élaborer des modifications", explique Philippe Kenel, président de la section suisse de la Licra. 

Si ces modifications sont acceptées par le comité le 13 juin prochain, caniveau.ch survivra sans doute au contrôle du préposé à la protection des données, dont la date n'est pas connue.


29/05/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres