perlagedediams

perlagedediams

UNE ÉTUDE MET AU JOUR UN PARADOXE : LES OPIOÏDES CAUSENT DES DOULEURS CHRONIQUES

Greenmedinfo.com  Sott.net  ven., 20 avr. 2018 08:51 UTC

opioids
 
 
Nous savons tous que la chirurgie est souvent douloureuse, mais une nouvelle étude vous fera réfléchir à deux fois avant de remplir cette prescription de pilules anti-douleur. Comme le révèle cette nouvelle science, même quelques jours d'opiacés peuvent vous apporter une guérison plus longue et plus douloureuse. 

Une étude tout juste publiée remet en question la faisabilité de l'utilisation des opioïdes pour gérer la douleur post-chirurgicale. Les rats ayant reçu des doses répétées de morphine ont souffert d'inflammation et de douleur pendant trois semaines de plus que les sujets non médicalisés. 

Le 16 avril 2018, des chercheurs de l'Université du Colorado à Boulder ont publié une étude animale [1] examinant l'effet des opioïdes sur la douleur, après une intervention chirurgicale. Dans le cadre de l'étude, une chirurgie abdominale exploratoire a été pratiquée sur des rats mâles appelée laparotomie. Les laparotomies sont des interventions chirurgicales de routine aux États-Unis, souvent pratiquées lorsque des troubles pelviens sont soupçonnés et pour lesquelles les opioïdes constituent la prescription standard pour la prise en charge de la douleur post-chirurgicale. 

Les rats ont été traités avec des doses modérées de morphine immédiatement après l'intervention chirurgicale pendant sept jours, tandis qu'un groupe témoin a reçu une solution saline. Une autre expérience a été menée pour déterminer les effets de deux jours de réduction progressive de la morphine après huit jours d'administration, par opposition aux effets d'un sevrage brutal. Une troisième expérience a nourri des sujets à la morphine pendant sept jours avant la laparotomie. On a ensuite mesuré la sensibilité au toucher des rats, ainsi que l'expression de marqueurs inflammatoires dans la moelle épinière. 

A la surprise des chercheurs, les résultats ont montré que les traitements antidouleur opioïdes prolongeaient la douleur pendant trois semaines par rapport aux sujets non médicalisés qui recevaient la solution saline. De plus, les opioïdes ont eu pour effet d'amorcer les cellules spécialisées du système immunitaire dans la moelle épinière pour qu'elles deviennent plus sensibles à la douleur. 
Plus longtemps les rats recevaient de la morphine, plus longtemps ils réagissaient à la douleur. La diminution progressive de la dose du médicament n'a eu aucun effet sur la sensibilité à la douleur comparativement à l'abandon du sevrage à froid. Les chercheurs ont conclu que "la morphine peut avoir un effet délétère sur la douleur postopératoire" et ont suggéré que des études longitudinales soient effectuées pour déterminer si ce même effet peut être observé chez l'homme. 

Dans une entrevue avec Science Daily, les auteurs de l'étude sont bien conscients des implications pour les procédures actuelles de gestion de la douleur dans la plupart des hôpitaux et des cliniques de la douleur, ainsi que de l'impact que cette étude pourrait avoir sur le débat national sur l'abus d'opioïdes. Selon l'auteur principal Linda Watkins,
"Cela indique qu'il y a un autre côté sombre des opiacés que beaucoup de gens ne soupçonnent pas. Il montre que les traumatismes, y compris la chirurgie, en combinaison avec les opiacés peuvent entraîner des douleurs chroniques."
Le professeur Watkins décrit cela comme "deux coup en un" sur le système immunitaire, celui qui vient d'abord de la chirurgie, puis de la médication opioïde, envoyant des signaux répétés au corps que ce n'est "ça ne va pas". C'est comme si la morphine était perçue par le corps comme une seconde menace, à un moment où il est déjà compromis. Watkins décrit la réponse amorcée par les cellules gliales, déclarant qu'elles créent " un état d'inflammation plus durable et parfois des dommages tissulaires locaux", problèmes vécus uniquement par les rats exposés à la morphine. 

Cela ouvre la porte à un débat méthodologique plus large sur la façon dont le corps - et la médecine occidentale - gère la douleur. Les opioïdes, sinon tous les médicaments pharmaceutiques, détournent-ils les systèmes de réponse innée de l'organisme ? Des millions d'années d'évolution ont créé une intelligence naturelle qui est de loin supérieure aux interventions médicales que l'humanité met en œuvre. Les ordonnances pour la prise en charge de la douleur nous tirent-elles une balle dans le pied de façon collective ? 

Les résultats de cette étude ne sont pas les seuls. Une étude animale réalisée en 2016 [2] a révélé que seulement quelques jours de traitement aux opioïdes pour la douleur nerveuse chronique intensifiait et prolongeait la douleur pendant des mois en raison d'une inflammation systémique accrue. Il y a peu d'études humaines qui appuient également le réexamen des opiacés [3],[4] La crise actuelle des opioïdes du pays appuie sans aucun doute la nécessité d'explorer immédiatement des traitements holistiques et non toxicomanogènes contre la douleur. 

Les chercheurs admettent que l'intention derrière la thérapie aux opioïdes est de limiter la douleur et la souffrance - et non de la prolonger - et que d'autres études humaines sont nécessaires pour déterminer si d'autres analgésiques peuvent remplacer efficacement les opioïdes, sans les effets secondaires négatifs. 

References 

[1] University of Colorado at Boulder. "Post-surgical opioids can, paradoxically, lead to chronic pain: Rats given morphine experienced pain-reactivity for three weeks longer, inflammatory changes in spinal cord." ScienceDaily, 16 April 2018. 
[2] Morphine paradoxically prolongs neuropathic pain in rats by amplifying spinal NLRP3 inflammasome activation 
Peter M. Grace, Keith A. Strand, Erika L. Galer, et al. PNAS June 14, 2016. 113 (24) E3441-E3450 
[3] doi.org/10.1016/j.jpain.2005.08.001 
[4] doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2005.09.007 

Traduction SOTT. Source.


29/04/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres