perlagedediams

perlagedediams

Voyage chez les survivalistes

Photo PAK TUA FROM PAYA KUMBUH INDONESIA par abe less on 500px
Source
 
Note  : Ce texte, très américain libertarien, parle de la lutte entre les productifs et les improductifs.
A prendre avec une certaine distance car personne n'est totalement l'un ou l'autre.
Nous sommes tous quelque part entre les deux, chacun utilisant les routes, les écoles, un tournevis, etc... produits par d'autres. Nous sommes tous débiteurs du travail des autres, au moins de celui de nos parents et de leurs impôts passés.
Mais il y en a un certain nombre qui se gavent très au delà de ce qu'ils ne produiront jamais. La destruction de l'identité et de la territorialité par les kleptocrates a aussi à voir avec le racket par la dette sur les générations futures. Si on coupe les gens de leurs racines, il est plus facile de les spolier.

Le monde est entré dans une sorte de no man’s land, entre des royaumes de dénis insensés et des crises tout à fait apparentes. L’Europe est maintenant déstabilisée au milieu du feuilleton grec (un événement qui j’avais prédit en janvier et qui aurait lieu en 2015) ; la bulle du marché boursier chinois est en train d’éclater ; et le statut de réserve mondiale du dollar américain est sur le point d’être détruit par un changement global vers un système de panier de monnaie de réserve du Fonds monétaire international. Je crains de devoir dire cela parce que je ne sais pas si quelqu’un d’autre va l’admettre : les analystes économiques alternatifs avaient raison, et le chœur de l’information de masse qui les a contredits s’est soit terriblement trompé, soit était honteusement malhonnête. Cependant, la plupart d’entre nous, dans le mouvement de la liberté lucide, en sont bien conscients : avoir raison n’est pas nécessairement une solution à la catastrophe.

A la pointe des économies alternatives et de la vigilance constitutionnelle, il y a des gens qui font un travail réel dans le mouvement: les preppers (1). Ce sont des activistes qui prennent des mesures concrètes dans le monde tangible (par opposition à la paresse éthérée du monde intellectuel), d’abord en travaillant à se rendre aussi indépendants que possible du réseau public, ce qui revient à ne pas devenir un réfugié potentiel ou un pillard en cas de crise nationale. Ensuite, ce sont des personnes maîtrisant des compétences précieuses et nécessaires qui leur permettront de reconstruire tout système social et financier effondré. Troisièmement, ce sont les personnes les plus capables pour défendre nos libertés inhérentes et les principes de notre culture fondatrice, et ce sont les seules personnes qui s’organisent localement pour l’aide et la sécurité mutuelle.

Le fait est que les preppers sont libres, et que presque tout le monde est esclave – esclave à la dépendance, esclave du doute, esclave de l’ignorance, esclave de la peur et, par conséquent, esclave de la moindre petite autorité de l’establishment.

Durant la Grande Dépression, l’immense majorité des citoyens américains étaient des populations rurales axées sur la ferme avec des compétences de survie très au-delà de l’Américain moderne. Le prepping en ces jours anciens était enraciné dans notre société, plutôt que marginalisé et stigmatisé [évidemment, ce n’était même pas conscient, c’était leur façon de vivre, NdT]. Aujourd’hui, les chiffres sont inversés, avec une diminution du nombre de fermes et d’Américains expérimentés et une vaste frange des citoyens urbains et suburbains, beaucoup n’ont aucune compétence utile. Durant la Grande Dépression, des millions de personnes sont mortes de faim et de pauvreté générale, malgré le nombre incroyable de personnes ayant des connaissances de survie en milieu rural. Que pensez-vous qui se passerait à notre métrosexuel efféminé, iPhone-dépendant ; maniéré ; couille-molle ; égocentrique ; accro à Twitter, textotant, pourri par le jeu vidéo ; de la génération Z ; infantilisé culturellement, dans le cas où une autre crise économique de même ampleur devait se produire (2) ? Oui, la plupart d’entre eux mourraient, probablement de façon horrible.

Pensez-y un instant. Un nombre incroyable d’Américains ne savent pas comment se nourrir ; ils ne savent pas comment chasser ; ils ne savent pas comment faire pousser des légumes ; ils ne savent pas comment réparer tous les éléments nécessaires à la subsistance ; ils ne savent pas comment construire quelque chose d’utile ; ils ne savent pas tirer au fusil ; ils ne savent pas comment se défendre ; ils ne savent même pas comment faire cuire un peu de riz correctement. Leurs seules compétences tiennent dans des remarques de perroquet déficient sur le plus petit dénominateur commun de leurs émissions de télévision préférées et du Web, dans la construction de vastes points de karma sur Reddit, et dans leur aptitude à éviter toute attitude contraire à ce qu’ils perçoivent comme l’opinion de la majorité (qu’ils tirent aussi des grands médias et du web).

 
Il est décidément ironique, étant donné l’inutilité de ces gens, que ce sont souvent ces pires caricatures de l’aveugle, du sourd et du muet qui choisissent de taxer le mode de vie prepper de perturbé ou de dangereux.

À mon avis, ce sont des damnés absolument pathétiques et ils devraient être considérés avec un profond mépris comme l’exemple le plus concentré de la plus rampante misère humaine jamais produite à travers l’histoire.

Mais bon, cela ne signifie pas que je leur souhaite du mal.

Les gens qui sont inconscients et mal préparés ne sont pas nécessairement nos ennemis. À un moment ou à un autre, nous étions tous ignorants des vérités sous-jacentes de notre système et de notre avenir, jusqu’à ce que nous nous soyons réveillés un jour. Mais par ailleurs, il y a des gens qui ont vraiment évolué à partir de leur bile maladive et amère raclée depuis les plus bas instincts de leur monstrueuse ignorance. Ces personnes sont les anti-preppers.

Les anti-preppers sont bien conscients de la philosophie et des arguments factuels sur lesquels s’appuient les activistes preppers ; mais plutôt que de les ignorer ou de les rejeter purement et simplement en vivant leurs vies insipides, ils cherchent plutôt à détruire les preppers et leur idéal. Pourquoi ? Pour comprendre cela, vous devez comprendre la nature des étatistes et des collectivistes parce que c’est là que s’enracinent ces personnes et leur vision torturée du monde.

Je lisais récemment un article de Joshua Krause sur The Daily Sheeple dans lequel il répliquait à un article mainstream contre les preppers intitulé Soyez prêt pour les preppers. L’article est lui-même une construction extrêmement controuvée, d’abord en utilisant des attaques typiques et sans imagination ad hominem pour marginaliser les preppers, puis en dérapant vers un traité expliquant pourquoi les preppers devraient tous être exterminés.

Krause a fait un excellent travail de démantèlement de cette propagande journalistique insalubre, mais je voudrais aller au-delà des arguments typiques des anti-preppers, sur l’état d’esprit qui les anime. Je vous recommande de lire Soyez prêt pour les preppers pour faire bonne mesure, étant donné qu’il est un parfait exemple de la nature psychopathique de l’étatiste commun. Ensuite, je voudrais effectuer un peu de chirurgie du cerveau ici, et décoller certaines couches du psychisme, de sorte que vous puissiez comprendre pourquoi ces gens nous haïssent tant.

Le Stéréotype du Prepper

La triste réalité est que la plupart des anti-preppers auxquels j’ai eu affaire en personne n’ont même jamais parlé face à face avec un prepper jusqu’à ce qu’ils me rencontrent. Ils ont tendance à entrer dans une posture de débat immédiat avec plusieurs préjugés sur ce que le prepper croit et sur sa façon de vivre. Cette posture commence par une attitude incrédule et sarcastique. Et quand ils commencent à réaliser que le prepper auquel ils sont confrontés est plus intelligent qu’eux, leur attitude dégénère en régurgitation d’éléments de langages pré-conditionnés et en envolées lyriques généralement indignées.

Les anti-preppers ne connaissent pas ou n’ont jamais côtoyé de vrais preppers. Ils tirent plutôt leurs opinions sur nous de médias populaires, qui sont, dans la plupart des cas, ouvertement biaisés ; des épisodes de Doomsday Preppers [Le jour du Jugement dernier des Preppers, série télévisée, NdT] et autres spectacles conçus pour nous ridiculiser ; et sont influencé par le Southern Poverty Law Center qui publie des articles de presse chargés de calomnies soigneusement élaborées. Ils ont rarement, sinon jamais, fait face à un prepper ou des preppers sur terrain neutre ou envisagés les faits ou les chiffres honnêtement.

La majeure partie de ce qui fait le stéréotype du prepper est une absurdité totale. Mais elle renforce les inclinations haineuses anti-prepper, afin qu’ils mangent cette bouillie informationnelle sans se poser de questions.

Ils nous détestent à cause de notre liberté

Les anti-preppers sont-ils des terroristes ? Oui, ils le sont. Cela peut sembler brutal, mais considérez l’attitude de l’anti-prepper un moment. Il vous hait parce que vous avez choisi un mode de vie qui est indépendant du système et de l’idéologie dont il a choisi de rester solidaire. Il vous hait, parce que vous avez un degré de liberté qu’il n’a pas, mais qu’il pourrait avoir si seulement il avait le courage de faire quelque chose à ce sujet. Il vous hait parce que vous ne voulez pas participer au jeu sans intérêt du collectivisme qu’il a passé toute sa vie à tenter de maîtriser. Il vous hait parce que vous marchez loin de son système et que vous faites vos propres choix. Comment osez-vous faire des choses par vous-même !

Beaucoup d’entre nous qui apprécient les idéaux libertaires, sont partisans du principe de non-agression, qui, pour résumer, stipule que le respect de la liberté individuelle est la valeur primordiale de toute société qui cherche à se maintenir en paix indéfiniment. La société humaine n’est pas un réseau ; elle n’est pas une ruche. La société, si elle est quelque chose, est une collection d’esprits et d’âmes individuels agissant volontairement pour l’avancement de la communauté, mais jamais au détriment de la liberté personnelle. Contrairement à la croyance populaire, l’individu ne doit rien à la société.

La non-agression exige que la société ne viole pas la liberté individuelle pour un gain collectif arbitraire et que les individus n’utilisent pas la violence ou la coercition pour imposer de force la participation des autres. Cela revient à dire, tu me laisses mon rêve et je le laisse le tien. Mais si vous essayez de piétiner volontairement mon rêve afin d’enrichir le vôtre, je suis dans mon droit d’utiliser un puissant marteau et de vous taper sur le crâne jusqu’à ce que vous me lâchiez. Les anti-preppers n’ont pas la capacité de saisir ce concept. Pour eux, chaque être humain est la propriété de l’ensemble du groupe et la défiance envers l’État est un blasphème.

Ces collectivistes sont également des dévots prévisibles de la religion de la gestion des ressources, et font souvent valoir que les preppers sont en fait des gaspilleurs de ressources. En vertu de cette idéologie, les ressources ne sont pas la propriété des personnes qui ont réellement travaillé pour les gagner. Mais plutôt, les ressources appartiennent en quelque sorte à tous, peu importe la situation, s’ils sont paresseux, et si ces ressources doivent constamment être redistribuées afin que toutes les personnes (personnes ordinaires, pas les élites) en aient exactement le même montant. Ils peuvent ne sembler jamais réussir à définir ce qu’est exactement une juste part, et je crois que cela les arrange bien car tant que la juste part reste ambiguë, ils conservent le pouvoir ultime de prendre ce qu’ils veulent quand ils le veulent, toujours pour la raison que, hier, vous et moi en avions assez, mais qu’aujourd’hui pour nous, c’est encore trop. L’argument anti-prepper selon lequel l’accaparement est nocif pour le collectif et que toutes les ressources, même votre espace de stockage alimentaire, devraient être gérées par le groupe (l’État), c’est le modèle de propagande de l’avenir. Ne l’oubliez pas, parce que vous allez voir cette propagande entrer en scène très bientôt.

Les anti-preppers sont souvent des clowns de la justice sociale qui prêchent la tolérance absolue et prétendent traiter par le mépris toute forme de discrimination, mais ils sont en même temps violemment discriminatoires contre quiconque ne prêche pas pour leur évangile collectiviste. Le modèle social collectiviste est par définition une forme de sectarisme, et dans la plupart des cas, le dieu de ce culte est l’État. Il présente l’État comme une présence omnipotente infaillible : la mère et le père, gardien et disciplinaire.

Refuser d’y participer est nier le dieu du collectivisme, et toutes les sortes d’horreurs que nous lisons à propos du fanatisme religieux des inquisitions chrétiennes médiévales est une pâle comparaison face à la mort et aux destructions infligées par les collectivistes modernes.

Leur culte de l’État est excité par leur amour de sa puissance collective – l’État est l’arme ultime pour ceux qui pensent qu’ils peuvent réussir à la manier. L’État a la capacité d’emprisonner et de tuer légalement , et il a la capacité de menacer de représailles quiconque refuse de se conformer aux caprices idéologiques de ceux qui l’exploitent, à moins que les victimes de l’État deviennent révolutionnaires. Telle est la grande crainte des collectivistes concernant les mouvements de preppers; ils nous voient comme des révolutionnaires potentiels qui pourraient éventuellement éteindre leur mécanisme de contrôle, et ils ne l’aiment pas du tout.

Le fanatisme psychotique des anti-preppers

Beaucoup d’anti-preppers ne se contentent pas seulement d’attaquer le caractère du mouvement, du moins, pas plus. Vous voyez, malgré les tentatives enragées pour saper la validité de ce mouvement et de dissuader sa croissance, les preppers sont maintenant légion, avec des millions de participants actifs et des experts efficaces dans les médias alternatifs qui dominent le trafic Web et écrasent les médias traditionnels. Nous avons fait des grands médias mainstream une vaste blague, et cela ne cadre pas bien avec l’esprit des adeptes étatistes qui avaient le contrôle du goulot d’étranglement de tout débat. Si nous étions si désespérément en bordure, il n’y aurait pas besoin d’écrire toute cette propagande contre nous pour commencer. Qui tentent-ils de convaincre ?

Depuis qu’ils savent maintenant qu’ils ne peuvent pas gagner la guerre de l’information, ils fantasment de plus en plus pour passer au génocide. Cette citation (en référence à des méthodes pour résoudre le problème des prepper) de l’article pointé ci-dessus en dit vraiment long :

«En outre, consumés par la convoitise grisante de leur propre survie inattendue (voir un épisode de la série The Walking Dead), et avec seulement des préservatifs ayant dépassé leur date de validité à leur disposition (pas même des pilules agissant sur le contrôle des naissances), leurs morveux vont sans doute se multiplier rapidement, et, de fait, doivent être arrêtés avant un tel avènement. Cela ne peut signifier qu’une seule chose : la préparation, par les preppers, d’une catastrophe pour le reste d’entre nous (autre qu’un plan d’accès à tous les entrepôts de distribution de Wal-Mart) a pour conséquence que nous soyons prêts à neutraliser les preppers par tous les moyens disponibles.

… Non seulement une telle noblesse qui nous oblige, assurera un pool génétique plus fort à l’avenir, mais bon… Ces salauds ont tout l’équipement, la nourriture et les antibiotiques dont vous aurez besoin.»


Et là vous l’avez : la bande dessinée des désillusions de l’anti-prepper, tellement désespérés jusqu’à nous empêcher de stocker des aliments et l’essentiel nécessaire, si gêné par notre organisation locale et notre capacité à nous défendre, qu’ils préféreraient nous voir tous neutralisés, c’est-à-dire, tués. Notez également l’obsession de la stérilisation des gènes, en tant que socialistes dans leur furie psychotique, qui est souvent un indice de leurs ancêtres fascistes et communistes.

Ce n’est peut-être pas une coïncidence que les personnes les plus amoureuses de l’État sont souvent les premières à être anéanties par lui. Les échelons inférieurs avides et les agents intermédiaires de la tyrannie sont dans de nombreux cas exterminés par le système même qu’ils ont porté au pouvoir. S’ils ne doivent pas leur disparition à l’establishment en place, ils la devront invariablement de ceux avec lesquels ils luttent contre lui.

Le problème des anti-preppers est que la plupart d’entre eux sont des mauviettes et des lâches qui sont incapables de réaliser leur vision d’un programme final. Ils ont toujours besoin d’une classe guerrière mandatée par l’État pour mettre en œuvre les meurtres qu’ils désirent. Hilare, cet anti-prepper en particulier y consacre 80% de son torchon assassin comme autant de fumier, comme si nos préoccupations sur les crises étaient sans conséquences, puis poursuit en décrivant son idée de faire disparaître tous les preppers et de leur voler leurs approvisionnements dans le cas d’un effondrement du système. Si nous sommes tous des dingues et des montagnards paranoïaques, alors pourquoi même imaginer de nous étouffer de sorte que nos magasins puissent être redistribués ? Et comme un tel effondrement ne se produira jamais sur la base de notre économie américaine invincible ; les preppers ne sont rien de plus que des excentriques inoffensifs qui gaspillent leur argent pour des boîtes de conserves qu’ils ne toucherons pas avant 20 ans. Exact ?

L’histoire n’est pas vraiment d’accord avec les hypothèses des anti-preppers. L’histoire se souvient que les gens sans préparation ont tendance à être les premiers à subir une mort prématurée dans le sillage de l’effondrement financier et social, car ils n’ont aucune utilité et parce que, franchement, personne ne les aime vraiment. Ils n’ont pas inventé la foudre (le gars pense effectivement qu’il va trouver de la nourriture dans un centre de distribution Wal-Mart après une rupture de l’ordre civil).

Les anti-preppers aujourd’hui font la promotion de l’action violente contre la culture de la préparation parce que, dans les confins de leur subconscient maladif, ils savent que nous avons raison et que nous ne seront pas éliminés par la rupture du système. Ces gens nous accusent d’espérer un effondrement, quand ce sont eux en fait qui salivent le plus devant des scénarios catastrophe dans lesquels ils fantasment qu’ils seront en quelque sorte les survivants en dépit du fait qu’ils sont nés victimes. Ils imaginent ce moment où, après le nettoyage du pool génétique, ils vont reconstruire une société comme une utopie socialiste parfaite dans laquelle toute idéologie contraire à la leur aura été effacée de toute mémoire, leur laissant leur prix ultime : un monde comme une page vierge pour faire ce qu’ils veulent.

L’objectif derrière le mouvement des preppers est simple, pas sinistre ; nous cherchons à désamorcer la crise avant qu’elle ne survienne en assurant nos propres besoins, sans la nécessité d’intégrer une grille globale qui pourrait facilement dysfonctionner et un gouvernement qui est trop corrompu pour la réparer. Si votre voisin est un prepper, soyez en reconnaissant, car vous avez une personne de moins dans votre rue qui voudra vous piller dans une situation d’urgence. Si votre voisin est un anti-prepper, méfiez-vous, que cette personne ne vous voie comme une source potentielle pour venir se servir en pensant que vous le lui devez simplement parce que vous avez quelque chose qu’il n’a pas. La ligne directrice est que si le monde était plein de preppers, il n’y aurait pas de crise parce qu’il n’y aurait pas de manque de biens ou d’ingéniosité individuelle. Sur la terre des preppers, la catastrophe disparaît.

À quand remonte la dernière fois qu’un anti-prepper a fait quelque chose pour améliorer le sort de quelqu’un d’autre que lui-même ? Demandez-vous ce que vous préférez : être prêt pour tout ou prêt pour rien ?

Brandon Smith

Liens

Deux articles récents de Bill Bonner sur la chronique Agora qui ne dit pas autre chose avec ses mots à lui.

http://la-chronique-agora.com/mythe-crise-actuelle/
http://la-chronique-agora.com/zombies-durs-entretenir/

Un autre sur Wesley Clark, vous savez, le gars qui était tombé par hasard au pentagone sur le plan américain de renversement de 7 gouvernements des pays arabes.

http://francais.rt.com/international/4602-clark-radicalisation-camp-internement

Et une réaction de dedefensa.org sur cette déclaration de Wesley Clark

http://www.dedefensa.org/article-notes_sur_les_recommandations_du_g_n_ral_clark_21_07_2015.html

Traduit par Hervé, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Je vais garder le terme prepper pour la suite du document et non survivaliste qui est le terme français pour bien garder l’esprit américain du texte.
Résume en français : un bobo, Ndt 
 


25/07/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres